Actu BlogGolfe Moyen-OrientMissions OpérationsPiraterie maritime

[Actualité] Les Pays-Bas vont déployer un navire logistique en mer Rouge en soutien à l’opération Aspides

(B2) Le navire amphibie Zr.Ms. Karel Doorman va participer à l’opération européenne Aspides en mer Rouge de protection de la marine marchande dans le détroit de Bab-el-Mandeb et la mer Rouge.

Pour Aspides comme Prosperity Guardian

Début mai à mi août

Navire de soutien logistique, Zr.Ms.Karel Doorman (A-833) sera déployé de début mai à mi-août. Il permettra d’approvisionner en carburant, diverses fournitures les navires de l’opération européenne EUNAVFOR Aspides. Il sera équipé d’un centre médical, de Rôle 2, pouvant assurer les soins médicaux d’urgence et interventions chirurgicales. Le navire dispose d’un hélicoptère de transport Cougar pour ce type d’évacuations médicales. 

Un soutien à Prosperity Guardian

Les unités participant à l’opération Prosperity Guardian menée par les États-Unis pourront également y faire appel. C’est « une contribution supplémentaire à l’ordre juridique international et à la protection du transport maritime sur cette importante route commerciale » a mis en avant la ministre de la Défense, Kajsa Ollongren.

En dehors des zones à risque sauf si…

Le navire de soutien logistique opèrera « en dehors des zones à haut risque » indique-t-on côté néerlandais. S’il est néanmoins nécessaire de naviguer dans cette zone, il bénéficiera « du guidage et de la protection des autres navires de guerre ». C’est le second navire engagé par la marine néerlandaise dans la mer Rouge depuis le début des hostilités des Houthis

Un navire logistique

Rescapé des coupes budgétaires

Construit sur le chantier naval du Néerlandais Damen à Vlissingen (Pays-Bas) et en Roumanie, le Karel Doorman a failli ne jamais entrer en service. Victime des coupes budgétaires sévères décidées dans le budget de défense par le gouvernement de Mark Rutte II en 2013 (lire : La marine néerlandaise vend un de ses fleurons). Des coupes qui seront finalement annulées. Le même gouvernement fait machine arrière après l’intervention de la Russie en Crimée et le sommet du Pays de Galles de l’OTAN en septembre 2014. Les pays de l’Alliance s’engagent alors à renverser la vapeur et ne plus faire de réductions de dépenses sur la défense. Il a finalement été mis en service en avril 2015.

Un navire exploitable par l’Allemagne

C’est l’un des premiers navires européens à avoir fait l’objet d’une utilisation commune entre deux États. En 2016, les deux ministres de la Défense, la Néerlandais Jeanine Hennis-Plasschaert et l’Allemande Ursula von der Leyen, signent une lettre d’intention permettant son utilisation par l’Allemagne (lire : Ursula et Jeanine sur un bateau).

Multi usages

Ce navire peut servir à de multiples usages, un peu comme les BPC ou porte-hélicoptères amphibies français. Il dispose ainsi d’une soute de 8000 m3 de carburant (et de carburant aviation), d’une possible réserve de 450 m3 d’eau potable et peut héberger 400 tonnes de nourriture et équipements divers, dont des munitions. Équipé d’un radier, cela permet le départ du navire barges de débarquement (deux péniches de débarquement LCVP).

Déployé dans des missions humanitaires

Il a été déployé à plusieurs reprises dans le cadre de missions de secours ou d’assistance médicale : en Afrique de l’Ouest (Sierra Leone, Guinée) en 2014 lors de l’épidémie d’Ebola (lire : Le Karel Doorman envoyé contre Ebola), aux Antilles après l’ouragan Irma en 2017 et à nouveau dans les Caraïbes en 2020 pour pallier à l’épidémie de Covid-19 et aux ouragans (lire : France, Pays-Bas et Royaume-Uni se coordonnent dans les Caraîbes). C’est son premier déploiement dans une zone de tension armée.

(Nicolas Gros-Verheyde)


Une frégate déjà engagée sur zone

Les Pays-Bas ont déployé le 27 mars dernier un navire, la frégate de défense aérienne et de commandement Zr.Ms. Tromp (F-803) qui participe à l’opération Prosperity Guardian menée sous direction américaine. Elle peut aussi apporter un soutien à l’opération européenne Aspides, si nécessaire.

Sa mission est en passe de se terminer. Ce déploiement étant temporaire — pour 25 jours — et plutôt inopiné. Le navire qui se dirigeait vers l’orient a en fait ajusté « son plan initial » pour participer aux opérations en mer Rouge.

Le HNLMS Tromp continue ensuite son voyage vers l’Indo-Pacifique, où il va participer à « divers exercices et opérations avec des alliés et des partenaires ». Les Pays-Bas se sont engagés à avoir un navire présent dans la zone Indo-Pacifique une fois tous les deux ans, en coordination avec d’autres pays (France et Allemagne principalement).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.