Le navire-amiral de l’opération Irini touché de plein fouet par le Covid-19. Des cas à EUTM Mali aussi (v4)

(B2) La résurgence d’épidémie de coronavirus touche de nouveau les missions et opérations PSDC. C’est particulièrement pour l’opération Irini

Le navire-amiral ITS Carlo Margottini à l’ancre (crédit : EUNAVFOR Med Irini)

Des symptômes suspects à bord du navire-amiral ont sonné l’alerte

Au départ, il n’y avait que quelques symptômes suspects qui ont sonné l’alerte sur l’ITS Carlo Margottini (F-592), le navire amiral de l’opération chargée du contrôle de l’embargo au large de la Libye (EUNAVFOR Med Irini). Le chef de la marine italienne en Sicile, l’amiral Andrea Cottini a alors demandé l’intervention spécialisée. Des médecins du département de la prévention et du département des maladies infectieuses de l’hôpital Umberto I de Syracuse sont alors montés à bord, précise l’agence de santé régionale (Azienda sanitaria provinciale).

Un bon tiers de l’effectif touché

L’épidémie était déjà bien avancée. Le premier résultat des tests a montré qu’une petite cinquantaine de marins et officiers était touchée, a confirmé le QG d’opération à Rome vendredi (25 septembre). 47 membres de l’équipage de la frégate italienne de type FREMM et 4 de l’état-major de force embarqué, sur un effectif total de 186 membres (dont 25 de l’état-major de force). Après résultat d’une autre batterie de tests, 60 militaires ont été détectés positifs au coronavirus. Mais les conditions de vie à bord, avec une promiscuité naturelle pourraient faire évoluer ce bilan de façon plus importante.

L’état-major en partie atteint

La plupart des malades sont Italiens (ce qui est logique vu la composition de l’équipage). Mais on trouve aussi une bonne partie des nationalités de l’état major embarqué : notamment trois Finlandais, sur les quatre qui étaient à bord, selon nos informations (et non deux comme indiqué au départ par la marine finlandaise). Un seul Français est à bord (et non aucun comme l’affirmait une source officielle française).

Six hospitalisés à Syracuse

Sur les 51 du départ, une quinzaine présentaient des symptômes suspects avérés, la majorité des autres étaient asymptomatiques. Six, au final, ont été transférés au centre Covid de l’hôpital de Syracuse (et non quatre comme mentionnés au départ). Leur état n’étant pas jugé grave selon nos informations. Les autres se sont « vus prescrire les thérapies médicales appropriées ». Les « positifs présentant des symptômes légers ont été placés en quarantaine sur le Margottini sous étroite surveillance également du personnel médical de l’hôpital de bord. Les autres positifs asymptomatiques ont été transférés dans les locaux de la marine, dûment identifiés » selon une note officielle, répercutée aussi dans la presse italienne.

Le navire amiral repart sur Tarente, mission suspendue

« Après 15 jours d’activité en mer », le Margottini qui avait pris les fonctions début septembre de navire-amiral (lire : Changement de navire amiral à EUNAVFOR Med Irini) était en pause logistique en Sicile. Amarré sur le quai de Melilli, près du port d’Augusta, dans la zone réservée aux navires militaires alliés de l’OTAN, le navire est reparti en fin d’après-midi, hier (vendredi 25), avec à son bord uniquement le personnel dont les tests ont été négatifs. Direction : la base de Tarente (dans les Pouilles), qu’il devrait atteindre dans la matinée de samedi (26 septembre), selon nos informations.

L’origine à suivre

La question de savoir comment l’épidémie s’est répandue reste à éclaircir. Le navire est habituellement basé à La Spezia (dans le Nord de l’Italie). Normalement, tous les marins ont été testés avant l’embarquement (tous les tests étaient négatifs). Mais les contacts entre le navire et la terre. Le chiffre de 51 pourrait donc augmenter dans les prochains jours. L’activité de commandement de la force pourrait continuer.

Un effectif à compléter ou un nouveau navire amiral

Mais avec des moyens réduits, du fait de l’ampleur de l’épidémie, et le confinement quasi-nécessaire du reste de l’équipage, très vite pourrait se poser la question du remplacement du navire-amiral. Sa mission de patrouille en Méditerranée pourrait être stoppée prématurément. Un navire grec devait prendre le relais à la mi-octobre (le 19). Prendra-t-il la relève plus tôt ?

(Nicolas Gros-Verheyde)

A suivre ici (lire : Le navire amiral de l’opération Irini hors de service. Le QG change de main)


28 cas au Mali

Au Mali, l’épidémie sévit aussi bien que de façon plus limitée. La mission de formation de l’armée malienne. Le bilan originel (six cas au camp de Koulikoro) est très rapidement monté à 25 cas positifs au camp de Koulikoro et trois au QG de Bamako. Les patients ont « été immédiatement isolés et ceux, avec lesquels ils ont été en contact, sont mis en quarantaine, pour s’assurer que les mesures appropriées soient mises en œuvre » précise la mission de l’UE chargée de la formation de l’armée malienne. NB : Les formations étaient suspendues le temps que la situation s’éclaircisse après le coup d’état.


(Maj 26.9 – 29.9. 30.9) Correctifs apportés sur la fonction exacte de l’amiral Cottini, la séquence des tests et la prévision d’arrivée du navire à Tarente + les nationalités présentes à bord. Modification du bilan à EUNAVFOR Med et EUTM Mali

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.