Dernières nouvelles de la piraterie (17 avril 2011) (MAJ)

(BRUXELLES2) L’action offensive des forces multinationales continue aboutissant à une reprise de force ou une destruction des bateaux mères pirates ou de dhows pouvant être utilisés comme bateau-mère. Cette semaine, au moins trois dhows ont ainsi été repris.

Un sommet pour chercher une approche commune contre la piraterie… et des financements
Une réunion d’importance se tient lundi et mardi à Dubai, rassemblant des représentants de l’industrie maritime et des gouvernements de 50 pays, à l’invitation des Emirats arabes unis et de l’opérateur maritime DP World. Objectif de de cette conférence dénommée “Global Challenge, Regional Responses: Forging A Common Approach to Maritime Piracy” :  trouver des solutions sécuritaires à court terme, économiques et de développement à plus long terme. En marge de la conférence, les Emirats arabes unis et les Nations-Unies se réunissent avec les différents partenaires du Trust fund, pour recueillir des fonds, publics comme privés, destinés à mettre en place les différents projets autorisés par la récente résolution NU : prisons en Somalie, juridiction somalienne pour juger les pirates, projets de développement de la pêche… Voir le site.

Vendredi (15 avril) Malgré la rançon, une partie de l’équipage n’est pas libéré.

L’Asphalt venture, un navire norvégien capturé le 28 septembre 2010, est relâché contre une rançon de 3,5 millions $. Mais pas tout l’équipage ! Sur les 15 marins indiens qui formaient l’équipage, seuls 8 sont libres. 7 autres sont gardés en otages par les pirates. C’est la première fois qu’une telle division de l’équipage se fait après la remise de la rançon. On peut penser à des représailles contre l’action, particulièrement offensive, de la marine indienne. Celle-ci a non seulement arrêté de nombreux pirates (120 depuis quelques mois). Mais la manière forte employée – couler le bateau-mère concerné – a fait de nombreuses victimes parmi les pirates.

Mercredi (13 avril). Un négociateur de rançon arrêté en Somalie et transféré aux USA.

La justice US a inculpé, un Somalien, Mohammad Saaili Shibin, qui était un des complices de la capture du yacht américain, SV Quest. Ses occupants avaient tous été tués lors de l’assaut. Il a été transféré à Norfolk (Viriginie), où il avait déjà été inculpé. Il a été arrêté, le 4 avril, sur le territoire somalien par le FBI, les forces Us et somaliennes. C’est le premier “pirate” à être arrêté en Somalie, depuis les suspects du Ponant repris à terre par les commandos français. Mais ce n’est pas tout à fait un forban des mers. C’était plutôt un des soutiens arrières de l’opération. Il avait été identifié notamment comme recherchant internet qui étaient exactement les otages pour déterminer le montant de la rançon pouvant être demandé. Il aurait également été impliqué dans d’autres affaires, notamment pour la négociation du navire allemand Marida Marguerite. Shibin a expliqué au FBI qu’il avait reçu 30.000 $ pour ce travail. Lire également : Les 4 otages du SV Quest sont morts : dans l’assaut ?

Mercredi (13 avril). Deux navires libérés contre rançon

Le navire allemand de l’armateur Beluga, le Beluga Nomination, a été libéré contre une rançon de 5 millions $. La mort de deux marins a été confirmée. Lire également  : La capture du Beluga Nomination par les pirates tourne mal. La veille, le cargo thaïlandais Mv Thor Nexus a été libéré a confirmé le QG européen anti-piraterie. Il avait été capturé le jour de Noël 2010. Le navire et son équipage de 27 marins se dirigent vers un port sûr.

Mardi (12 avril). La piraterie au beau fixe dans l’Océan indien.

Le bilan publié par le Bureau maritime international établit un nouveau record. Pour le premier trimestre 2011, 142 attaques pirates, dont 97 dans l’Océan indien, soit plus du double pour la même période de l’année dernière (35). 45 bateaux ont été abordés et 45 autres ont été la cible de tirs. Mais … seulement 18 ont été capturés par les pirates : 15 dans l’Océan indien ou dans la mer d’Arabie et 1 dans le Golfe d’Aden.

Mardi (12 avril) Un skiff pirate détruit.

L’USS Mason (membre de la force CTF 151), localise un dhow suspect, grâce à l’hélicoptère de bord, un SH-60B Seahawk. Durant les discussions par radio, les militaires américains observent que les suspects se débarrassent de nombreux matériels de piraterie, notamment un skiff et une échelle. Le skiff est détruit.

Lundi (11 avril). Libération d’un dhow yémenite détenu par les pirates.

Le navire australien HMAS Stuart (membre de la force CTF 151) libère un autre dhow yéménite, le Al Shahar 75, détenu par les pirates, à l’ouest de l’ile de Socotra. Il avait été capturé 20 jours plus tôt. 18 personnes se trouvaient à bord. Trois membres d’équipage ont été libérés (les autres membres d’équipage avaient été transférés peu de jours sur un autre navire des pirates, selon une technique désormais couramment usitée, consistant à diviser l’équipage). Et 15 suspects arrêtés. “L’opération s’est effectuée sans tir de part et d’autre”, annonce la marine australienne. A bord, ont été trouvés 11 fusils AK47 et 16 magasins de munitions, un RPG. Les armes ont été saisies et les suspects libérés, le dhow yéménite escorté jusqu’à une zone plus sûre…

Dimanche (10 avril). Un autre dhow libéré

L’USS Mason (CTF 151) libère un dhow capturé par les pirates. Le FV Nasri avait été repéré par un avion de patrouille maritime australien la veille qui avait détecté un skiff avec échelle et de nombreux barils d’essence. 11 suspects ont été identifiés et 5 membres d’équipage libérés.

Samedi (2 avril). Un dhow iranien libéré par la marine danoise.

La frégate danoise Esbern Snare (OTAN / Ocean Shield) a libéré, le 2 avril, un dhow (Hormuz) par la force. 18 otages – 16 Pakistanais et 2 Iraniens – ont été libérés. Les coups de semonce n’ont pas suffi. Les pirates auraient répliqué selon les marins danois. Lors de l’échange des tirs, 3 pirates sont blessés lors de l’assaut. A bord tout un arsenal : 14 lance-grenades, neuf fusils mitrailleurs AK-47, deux grandes boîtes de munitions pour mitrailleuses, six échelles et trois skiffs d’attaques avec de puissants moteurs hors-bord, selon le commandement danois. Les blessés ont été soignés par le médecin de bord danois et l’équipe médicale de la frégate néerlandaise De Tromp, arrivée en renfort. Leur état est considéré comme “stable” indique le commandement danois. Le navire a été escorté jusque dans les eaux territoriales. Les suspects ont été maintenus en détention à bord du navire et le parquet spécial pour les crimes internationaux saisi.

NB : La nouvelle n’a été révélée que le 11 avril par le commandement danois des opérations (SOK)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).