Dany « Le vert » brandit l’étendard de la démocratie …

(B2) C’est un Dany Cohn-Bendit, jubilatoire, en pleine forme, qui a inauguré la première des conférences des partis politiques qui vont se succéder ces jours-ci à Bruxelles, avant le Sommet européen.
Présentant en guise d’introduction, un montage vidéo montrant José-Manuel Barroso, l’actuel président de la Commission
européenne, en Mister « No », le leader des Verts européens n’a pas voulu en rajouter une louche sur celui qui brigue un deuxième mandat à la tête de l’exécutif européen. Il situe son combat sur un
autre plan, plus philosophique : celui de la démocratie. « C’est au Parlement européen », nouvellement élu – estime-t-il – de débattre du choix du futur président de la Commission, comme le prévoit le Traité de Lisbonne, et non aux chefs d’État et de gouvernement. « Une question « de méthode » et de « légitimité », selon lui. Je crois au parlementarisme » explique-t-il. « C’est comme en football, ce sont les premières minutes qui sont essentielles pour se faire respecter. » Ce faisant l’ancien leader de 1968 sait qu’il joue sur du velours. A plusieurs reprises, dans le passé, l’assemblée européenne a montré qu’elle était soucieuse de ses prérogatives. Et plusieurs
parlementaires, de tous bords, estiment que ce choix imposé n’est « pas vraiment excellent ». « Une vraie catastrophe » n’hésitent pas à dire des diplomates européens. Pour éviter cela. Dany Cohn-Bendit est prêt à une concession. « Je crois qu’il peut y avoir l’émergence d’un nouveau nom, une stature en Europe, reconnue par ceux qui supportent Barroso comme étant dans cet espace politique et par les autres comme quelqu’un qui se distingue de (sa) méthode caméléon ».  Autrement dit un Chrétien-démocrate mais pas Barroso.
(paru dans Ouest-France ce mercredi).

 (NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).