Les Talibans à Kaboul. Des Alliés pris par surprise. Un bug du renseignement euro-atlantique ?

(B2) L’avancée rapide des Taliban vers la capitale afghane n’avait pas été prévue. Du moins aussi rapidement par les différents services. Certains responsables européens le reconnaissent sans ambage

« Vendredi [13 août], selon toutes les informations disponibles, notamment les données du renseignement, nous avons travaillé avec le fait que nous avons le temps d’évacuer d’ici la fin septembre. Nous parlions samedi [14] de la fin août, date à laquelle les Taliban pourraient atteindre Kaboul. Le fait qu’il y ait finalement fait irruption lundi [16] est une preuve claire de la dynamique de l’évolution de la situation. Personne n’était prêt pour un tel développement », a reconnu le ministre tchèque des Affaires étrangères Jakub Kulhánek.

Soit les informations n’ont pas bien circulé entre les alliés, soit il y a eu un gros bug quelque part (du côté des Américains notamment), soit il y a eu un surcroît d’optimisme et d’auto-intoxication collective. Ou les trois à la fois…

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre newsletter