La relance nécessaire du triangle de Weimar

(crédit : ministère polonais de la Défense)

(BRUXELLES2) Poursuivant sa tournée européenne, Jean-Yves le Drian était lundi (23 juillet) à Varsovie pour rencontrer son homologue Thomas Siemoniak. Objectif – comme l’ont rappelé les deux ministres : “relancer la coopération et le dialogue entre les pays du Triangle de Weimar“.

Une coopération qui a, pour l’instant, conduit – selon nous – à beaucoup de positionnements politiques mais peu de résultats. Un bon papier commun, des prises de position parfois communes, parfois non (cf. Libye, sommet de l’OTAN…), mais qui n’a pas encore totalement imprimé sa marque au niveau européen, comme elle le devrait. En bref, du bon blabla, quelques conséquences mais pas à la hauteur de la crise rencontrée.

Budget + Menaces = Coopération plus active

Jean-Yves Le Drian semble conscient de cet état de fait même s’il ne l’avoue pas publiquement. Et à Varsovie, il a entendu sonner le gong. « Le renforcement de la défense commune européenne est une question inévitable ». Y poussent particulièrement « les contraintes budgétaires et l’obligation de développer les capacités voulues ». « Etant donné la multitude de nouvelles menaces, l’étape appropriée est maintenant d’activer la coopération dans le Triangle de Weimar » a-t-il expliqué lors de cette rencontre. Son collègue des Affaires étrangères Laurent Fabius, en visite à Varsovie quelques jours après, a enfoncé le propos devant les ambassadeurs polonais, expliquant la nécessité de l’Europe de la défense, (lire : Fabius défend la relance de la défense européenne. Une priorité pour la France). Différents sujets ont été abordés : les exercices à venir, les achats, le battlegroup (voir ci-dessous), mais aussi selon nos informations les dernières conclusions du sommet de l’OTAN (et le refus de la France de renforcer le financement commun de l’alliance atlantique), l’Afrique (et la situation au Sahel notamment) et le Kosovo (où les deux pays ont retiré leurs forces de police de maintien de l’ordre, ce qui pose quelques problèmes aux chefs de mission Eulex et de la Kfor).

La défense du territoire

Avis identique mais avec une optique différente coté polonais. Pour le ministre polonais de la Défense, ce triangle de Weimar est un vecteur non seulement important au niveau de l’UE mais aussi de l’Alliance atlantique. « Cette coopération revêt un potentiel important, essentiel pour la mise en œuvre des propositions de politiques spécifiques au sein de l’UE et l’OTAN » a déclaré Siemoniak. La France participera ainsi, avec plus de 1000 soldats, à l’exercice Steadfast Jazz 2013. Un point important pour les Polonais car il s’inscrit dans le cadre de la « mise en œuvre de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord ».

Les achats : le (nouveau) nerf de la “guerre”

La coopération franco-polonaise pourrait aussi aborder la question des achats des armées. Ainsi une réunion bilatérale va être organisée prochainement réunissant des spécialistes des deux bords – délégation générale de l’Armement, côté français (de la France – les représentants de la Direction de l’armement, du côté polonais – Sous-secrétaire d’Etat à la modernisation et les bras).

L’ annonce d’un battlegroup de Weimar

Un “battlegroup” dit de “Weimar” sera « mis en place d’ici à 2013 » ont annoncé les deux ministres, groupement tactique « qui pourrait servir d’exemple de coopération à l’échelle européenne ».  Cette initiative sera effectivement une occasion “grandeur nature” de tester aussi l’interopérabilité des armées. Mais de là à présenter cette mise en place comme un résultat de la rencontre, il y a un pas que les politiques peuvent franchir; mais pas les journalistes… La planification de ce “battlegroup” regroupant Français, Allemands et Polonais au 1er semestre 2013 est connue et prévue dans les instances européennes… depuis au moins 4 ans ! Le document de planification datant de mai 2008 que j’ai pu retrouvé dans mes archives en témoigne… Et l’officialisation de cette coopération avait été déjà faite en juillet 2011 (au début de la présidence polonaise de l’UE) – lire : Accord sur le Battlegroup de Weimar. Quant au planning d’entraînement, il a déjà commencé… Et les lecteurs de ce blog en connaissent les principaux tenants depuis plusieurs mois déjà ! Lire : Le battlegroup Weimar à l’entraînement. L’organigramme diffusé à l’époque…

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).