Une intervention à terre contre les pirates somaliens ?

une péniche de débarquement du Johan de Witt près des côtes (crédit : Eunavfor / Marine néerlandaise)

(BRUXELLES2) C’est l’idée qu’a développée le ministre néerlandais de la Défense, Hans Hillen, devant la KVBK, la société royale de science et d’art militaire, mercredi (11 mai). Plusieurs pays semblent, en effet, partisans d’une action plus déterminée contre les pirates en Somalie, au besoin en faisant des incursions sur les bases des pirates à terre. Le ministre a ajouté que les Pays-Bas, avec l’Allemagne et le Royaume-Uni, feront une proposition en ce sens à leurs homologues européens en juin. « L’UE ne s’attaque actuellement qu’aux symptômes. Il faudra, au besoin, revoir, les règles d’engagement » explique-t-il. Mais il ne s’agit pas d’un engagement permanent. Il n’y a pas de nécessité d’être à terre de manière permanente, « juste de manière temporaire » précise-t-il.

Il faut préciser que le travail est déjà engagé. Une discussion a déjà eu lieu au sein du comité militaire sur ce sujet. Et le commandant d’opération Eunavfor Atalanta, Buster Howes doit présenter une proposition de modification de l’OpPlan et des règles d’engagement, qui pourrait être discutée entre ministres de la Défense, lors du prochain conseil, et entre ministres des Affaires étrangères.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).