Un chimiquier letton attaqué par les pirates au large de la Somalie

(B2) Le tanker MT Leopard Sun a bien été attaqué par deux skiffs dans la nuit du 23 février (à 0h30, heure locale) a confirmé aujourd’hui le QG d’Atalanta, l’opération européenne de lutte anti-piraterie.

Ce chimiquier de 50.000 tonnes, battant pavillon de Singapour, était en route de Sohar (Sultanat d’Oman) jusqu’au Cap (Afrique du Sud) lorsque l’incident s’est produit, à environ 160 miles nautiques au large des côtes somaliennes. Il appartient à la compagnie maritime lettone (LSC).

La réplique des gardes de sécurité

Les skiffs ont approché le MT Leopard Sun par la poupe et ont tiré sur elle. L’équipe de sécurité privée, qui était à bord, a riposté en tirant des coups de semonce. L’incident a duré environ 20 minutes avant que les skiffs ne s’éloignent. L’équipage a utilisé « toute la gamme des bonnes pratiques » de la norme BMP4 (zigzags, canons à eaux). Le navire et l’équipage sont maintenant en sécurité, souligne-t-on à EUNAVFOR qui a pu être en contact avec la compagnie maritime et le capitaine du navire pour évaluer l’incident. Une alerte a été envoyée à tous les navires via le système MSCHOA d’EUNAVFOR et le réseau britannique UKMTO.

Le premier incident en 2018

Cette attaque pirate est le premier incident de ce type pour l’année 2018. La dernière attaque remonte à novembre 2017 avec l’attaque du MV Ever Dynamic (lire : Six pirates arrêtés dans le bassin somalien, entre Seychelles et Somalie). Les écrans radars demeuraient vides ces derniers mois.

 

Un seul navire à EUNAVFOR Atalanta

Heureusement… car l’opération ne compte aujourd’hui plus qu’un seul bâtiment pour couvrir toute la zone de l’Océan indien, le navire ravitailleur espagnol ESPS Patiño (A-14), ainsi qu’un avion espagnol de patrouille maritime P3 Orion.

(Nicolas Gros-Verheyde)

crédit photo : Latvian Shipping Company