Barnier rallume la flamme de la Communauté européenne de Défense !

(BRUXELLES2) S’exprimant à l’université Humboldt de Berlin, pour la fête de l’Europe, Michel Barnier a tenu à avoir un discours volontariste, notamment en matière de défense. Il appelle ainsi à « relancer le chantier d’une Communauté européenne de défense, s’il le faut dans le cadre d’une ‘coopération structurée’ (rendue) désormais possible avec le Traité de Lisbonne ».

Un véritable projet de coopération structurée

Aujourd’hui commissaire chargé du Marché intérieur, Michel Barnier a aussi présidé en son temps le groupe de travail n°8 consacré à la Défense, de la Convention européenne qui a conduit au Traité de Lisbonne. Il sait un peu de quoi il parle donc. Pour lui, cette coopération peut se structurer autour de quelques projets : « Un véritable état-major, une mutualisation systématique des efforts de recherche et de programmation et des capacités, une préférence européenne pour les acquisitions. L’Union doit se doter d’une véritable capacité permanente de planification et de conduite des opérations comme la Pologne et l’Allemagne ou la France l’ont souhaité. Et la création d’un réseau de consulats européens dans le reste du monde regroupant au moins les pays de l’Espace Schengen volontaires pour travailler ensemble et apporter une aide commune à leurs compatriotes. »

Objectif : devenir un partenaire robuste et crédible

Ce n’est pas vraiment un choix, estime-t-il, mais une nécessité guidée par un objectif. « L’enjeu pour l’Europe est d’être prête à assumer de plus en plus sa propre défense collective, mais aussi à devenir un partenaire robuste et crédible des Etats-Unis. En matière de sécurité, (terrorisme, cyber-attaques, criminalité organisée) ou de défense (conflits régionaux, défense collective du continent, prolifération nucléaire), aucun Etat européen ne peut faire face seul à toutes les menaces. (Et) les contraintes budgétaires sont telles pour chacun de nos pays, s’il reste seul, que cela conduirait au décrochage stratégique pour tous. »

Renforcer la notion de Ministère européen des affaires étrangères

Le Service diplomatique européen qu’on devrait à nouveau appeler le Ministère européen des affaires étrangères a un rôle essentiel, souligne le commissaire. « Celui d’être le lieu, sous l’impulsion de Catherine Ashton, d’une culture diplomatique commune. Il ne peut être le lieu où se détricoteraient au profit d’une simple coopération entre quelques Etats, les politiques extérieures qui sont déjà communautaires, pour le développement, le voisinage ou le commerce. Il doit être le lieu où les instruments de gestion de crise mis en place depuis 10 ans seront maintenus et renforcés. » Cette « diplomatie commune des Européens – je n’ai pas dit unique – doit être construite par la mise en commun patiente et volontaire des expertises, des analyses géopolitiques, des stratégies et quand il le faut du renseignement. »

Lire texte du discours