Le mandat du représentant spécial de l’UE au Soudan amendé

(BRUXELLES2) En même temps que son mandat a été prolongé (jusqu’au 30 juin 2012), le représentant spécial de l’UE au Soudan a été légèrement amendé pour tenir compte de l’évolution sur le terrain (la sécession du Sud-Soudan) et des préoccupations constantes de l’Union européenne. L’objectif étant de parvenir à une « coexistence pacifique entre le Soudan et le Sud-Soudan » et de contribuer activement à la résolution de toutes les questions en suspens relatives à l’accord de paix global et à l’après-accord de paix global ». Il s’agit aussi de « favoriser l’atténuation et l’élimination des menaces que fait peser l’Armée de résistance du seigneur (LRA) sur la stabilité du Sud-Soudan et de l’ensemble de la région » (Congo, Ouganda notamment). Un objectif entièrement nouveau qui ne figurait pas dans la précédente décision.

En matière de moyens, ils sont quasiment identiques. Simplement la possibilité d’établir un bureau régional au Darfour (en plus de celui établi à Khartoum et Juba) est supprimée. Coté budget, l’enveloppe annuelle se monte à 955.000 euros pour couvrir une année supplémentaire de mandat (ce qui correspond en fait à une diminution, le budget précédent était de 1,8 millions).

Télécharger le texte de la décision

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.