Cathy va recevoir un mandat des « 27 » pour négocier avec l’OTAN

(BRUXELLES2) Les 27 chefs d’État et de gouvernement, réunis en sommet informel à Bruxelles, mercredi 16, devraient demander à la Haute représentante (d’après le projet de conclusions que j’ai pu apercevoir), de présenter « des idées » pour renforcer la coopération entre l’Union européenne et l’OTAN dans la « gestion des opérations de crise ». Une terminologie qui permet de préserver les pays neutres, notamment l’Irlande plutôt chatouilleuse sur ce point, mais qui est un véritable mandat de négociation.

Il s’agit notamment, si un accord-cadre OTAN-UE reste bloquée du fait des positions opposées de la Turquie et de Chypre, de pouvoir trouver des modalités de coopération nouvelles lors du déploiement conjoint, ou successif, de missions, surtout civiles, de gestion de crises de l’UE aux cotés de missions de l’OTAN. Les deux organisations sont, notamment, côte à côte, de façon opérationnelle, en Afghanistan (EUPOL et IFAS), au Kosovo (EULEX et KFOR) et l’Océan indien (EUNAVFOR Atalanta et Ocean Shield), le point le plus critique étant l’Afghanistan.

En Bosnie-Herzégovine, la situation est plus spécifique, plus politique. Eufor Althea est, en effet, la dernière mission « sous Berlin + », l’UE se reposant sur les moyens de commandement opérationnel de l’OTAN. Un positionnement justifié en 2004, au lancement de la mission mais qui paraît d’autant plus dépassé aujourd’hui que la nécessité opérationnelle d’une présence militaire aussi nombreuse ne se fait plus aujourd’hui sentir (1). La mission européenne est d’ailleurs en « phasing out » lent, passant à une mission de présence latente et de formation (2). Tandis que l’OTAN se concentre sur une mission de coopération militaire préparant l’armée de Bosnie-Herzégovine à l’intégration de l’organisation euro-atlantique.

Lire :
(1) Bosnie (dossier) La situation est « calme » au plan de la sécurité, selon Althea
(1) Althea Bosnie: feu vert à une transformation en douceur de l’opération?

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).