B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogFrontières Immigration Asile

Les 27 veulent mieux accueillir les immigrés

(archives B2 *) Après la signature du Traité de Lisbonne, les 27 chefs d’Etat et de gouvernement se retrouvent, cette fois à Bruxelles, pour le rituel sommet de fin d’année. Ce sera pour eux l’occasion de célébrer l’ouverture de toutes les frontières terrestres et maritimes sur le continent.

L'ouverture des frontières

Dans quelques jours, en effet, avant Noël, le 21 décembre exactement, les barrières des postes frontières entre les « anciens » et « nouveaux » pays membres de l’Union européenne — Pays baltes, Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie, Slovénie, Malte — se lèveront. Les contrôles dans les aéroports ne seront levés que fin mars 2008. Ainsi, durant les vacances de Noël, les files aux frontières ne devraient être plus qu’un souvenir et chacun pourra circuler dans toute l’Europe sans montrer patte blanche. Enfin presque, puisque le Royaume-Uni et l’Irlande garderont un régime à part.

Une politique européenne de l'asile et de l'immigration

Les 27 leaders européens devraient aussi se pencher sur la mise en place d’une politique européenne globale pour l’asile et l’immigration. L’enjeu est de faire avancer ces dossiers délicats car ils touchent à la souveraineté de chaque Etat. L’objectif est, tout d’abord, de mettre en place des filières d’immigration légale, notamment pour l'admission d’étrangers hautement qualifié (jeunes chercheurs, informaticiens...) ou dont les profils manquent sur le marché du travail européen (médecins...). Il s’agit, ensuite, de simplifier les formalités d’accès, notamment en mettant en place une procédure de demande unique, et de mieux intégrer les étrangers résidant légalement dans un pays européen, qui devraient pouvoir bénéficier d’un socle commun de droits dans toute l’Europe.

Lutter contre l'immigration clandestine

Les 27 devraient aussi afficher leur résolution à renforcer la lutte contre l‘immigration clandestine. Une date butoir sera fixée pour que la directive européenne harmonisant les sanctions pour l’emploi de travailleurs clandestins soit adoptée. L’objectif est de dissuader les employeurs de recourir à dans travailleurs en situation irrégulière. Le sommet européen devrait également acter le renforcement des moyens de contrôle aux frontières extérieures de l’Union – patrouilles maritimes et terrestres – qui voisine dorénavant avec l’Ukraine, la Russie et… le Liban.

Une stratégie pour la flexicurité

Enfin, le Sommet adoptera aussi une nouvelle doctrine sociale fondée sur la flexicurité, ce concept très à la mode, venu du Danemark, combinant flexibilité et sécurité pour les entreprises et salariés. Une rencontre avec les partenaires sociaux est ainsi prévue

(Nicolas Gros-Verheyde)

(*) article paru dans Ouest-France dans une première version


L'opération au Tchad en interrogation

En marge du sommet, le président français Nicolas Sarkozy tentera également de convaincre ses partenaires de faire un petit effort supplémentaire pour boucler l’envoi d’une force militaire européenne de 3000 hommes au Tchad / Centrafrique. Une dizaine d’hélicoptères doivent encore être financés. Tous les regards se tournent vers Angela Merkel et Gordon Brown qui détiennent les cordons de la bourse.


 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®