Un hôpital en Syrie… Boum boum… plus d’hôpital. Un vrai nettoyage du territoire

Un hôpital en Syrie… Boum boum… plus d’hôpital. Un vrai nettoyage du territoire

TwitterFacebookLinkedInPinterestPrintFriendly
(crédit : MSF)

(crédit : MSF)

(B2) Tenir un hôpital aujourd’hui en Syrie n’est plus un acte neutre. C’est devenu presque un acte de courage. Sensés être des lieux neutres, où les personnes de tous bords peuvent être soignées, les centres de soins et hôpitaux sont devenus des cibles délibérément visées notamment par le régime syrien. Ce n’est pas souvent des dégâts collatéraux. C’est un objectif délibéré, destiné à éliminer — comme pour les boulangeries et les écoles — toute possibilité d’une vie normale, et faire fuir la population. C’est une sorte de nettoyage général, la politique de la terre brûlée. Pas moins de quatre hôpitaux dans les provinces d’Idlib et d’Azaz ont été visés lundi (15 février). « Ces attaques meurtrières contre des installations médicales et les écoles à Alep et Idlib dans le nord de la Syrie sont totalement inacceptables » a déclaré le commissaire européen à l’Aide humanitaire, Chrystos Stylianides.

Un hôpital de MSF détruit

Un hôpital soutenu par Médecins sans frontières a quasiment été totalement détruit lundi à Ma’arat Al Numan. Il a été touché par « quatre roquettes au cours de deux séries d’attaques menées à quelques minutes d’intervalle » souligne MSF dans un communiqué. « Sept personnes ont été tuées: cinq patients, un accompagnant et un des gardiens de l’hôpital. Huit membres du personnel sont également portés disparus, supposés décédés. D’autres patients manquent à l’appel, sans qu’on en connaisse encore le chiffre exact ». Cet hôpital de 30 lits employait 54 personnes et recensait deux blocs opératoires, un service de consultations externes et une salle d’urgences. « Le service de consultations externes accueillait environ 1 500 patients par mois, la salle d’urgences opérait en moyenne 1100 consultations par mois, et environ 140 opérations de chirurgie orthopédique et générale étaient effectuées chaque mois dans les blocs opératoires » indique l’ONG

Un tiers des structures sanitaires hors d’état

« Un tiers des hôpitaux ne fonctionnent plus en Syrie » souligne la Haute représentante de l’UE Federica Mogherini. « Et près de la moitié des médecins de la Syrie ont été contraints de fuir, laissant de grandes parties du pays presque entièrement coupées de toute forme d’assistance médicale ». Et la chef de la diplomatie européenne de rappeler que selon les « récents accords conclus à Munich et à Genève, nous nous attendons à ce que toutes les parties au conflit ne prennent pas pour cible des civils et des infrastructures civiles. » « Des civils innocents ont déjà tant souffert dans cinq années de ce conflit sanglant. Ils doivent être protégés ! ».

(NGV)

Lire aussi : Russes et Américains alliés objectifs en Syrie