Lezaky village martyr

La rivière Lezak à Lezaky (crédit : CSJiří Sedláček aka Frettie)
La rivière Lezak à Lezaky (crédit : CSJiří Sedláček aka Frettie)

(BRUXELLES2) C’était un 24 juin 1942, un petit village calme, en Bohême de l’Est, Ležáky, située près de Chrudim (ville qui abrite aujourd’hui un bataillon parachutiste). Le village est l’objet d’une opération « razzia » mené par une division SS. Une cinquantaine d’habitants sont emmenés, les adultes fusillés immédiatement. La plupart des enfants envoyés au camp d’extermination de Chelmno avec au bout la mort dans les chambres à gaz. Deux seront sauvés in extremis et confiés à une famille allemande. Les bâtiments sont pillés et incendiés, le village rasé. La commune n’a jamais été reconstruite. Lidice avait subi le même sort 15 jours plus tôt, avec plusieurs centaines de morts. La raison de cette fureur meurtrière ? L’attentat (réussi) contre Reinhard Heydrich, alors protecteur du Reich dans en Bohême-Moravie et chef des forces de sécurité du Reich, assassiné par deux parachutistes tchécoslovaques. Le pouvoir nazi ordonne des représailles qui firent quelque 5000 victimes.

Nom de code de cette opération : « Anthropoid »

L’opération Antropoid est un épisode, encore peu connu de la « résistance » européenne contre le nazisme. Du moins pas assez connu, surtout à l’ouest de l’Europe, même si elle a donné lieu à des films (notamment le « Sept hommes à l’aube » ou « Operation: Daybreak » de Lewis Gilbert). Elle est préparée par les commandos britanniques et approuvée par le gouvernement tchèque en exil à Londres. Celui-ci semble désireux de montrer que, malgré trois années d’annexion complète au Reich, Tchèques et Slovaques résistent encore. Deux officiers sont choisis pour l’opération : un Slovaque Jozef Gabčík et un Tchèque Jan Kubiš, parachutés entre juste après Noël à l’est de Prague. L’opération ne fut réalisée que plusieurs mois plus tard. Nous sommes le 27 mai 1942. L’idée est d’atteindre Heydrich, entre son domicile et le château de Prague, alors qu’il circule à bord de sa voiture, une Mercedes. Mais la mitrailleuse Sten d’un des parachutistes s’enraye, et c’est finalement avec une grenade anti-char que Heydrich est touché, par des éclats de grenade. Il meurt plusieurs jours plus tard à l’hôpital des suites de ces blessures.

Un élément fort du régime nazi

Heydrich n’est pas n’importe qui. Adjoint de Heinrich Himmler, il s’engage très tôt dans les rangs nazis, dès les années 1930, et en sera un membre très actif, poussant toujours plus loin la volonté de destruction des opposants comme des Juifs. Il crée le SD, Sicherheitsdienst, le service de renseignement du parti, chargé de surveiller les opposants comme les membres du parti. Il participe à l’Anschluss en Autriche chassant les opposants, à la Nuit de Cristal en novembre 1938 contre les Juifs, met en scène la fausse attaque de la radio allemande de Gleiwitz en septembre 1939 qui sert de prétexte à l’invasion de la Pologne, créé les Einsatzgruppen chargés de « nettoyer » la Pologne, est un des artisans de la création des ghettos juifs, puis de l’extermination des juifs,. Bref ce n’est pas un pur exécuteur mais un concepteur de la « solution finale ».

(NGV)