Mali. Un premier tour salué par les Européens

(Crédits: Mission d'observation/Ezequiel Scagnetti)
(Crédits: Mission d’observation/Ezequiel Scagnetti)

(BRUXELLES2) Comme prévu ! Le premier tour de l’élection présidentielle malienne – qui s’est tenu dimanche (28 juillet) s’est déroulé de la meilleure façon souhaitée, selon les réactions internationales. Le scrutin s’est déroulé dans le calme et le taux de participation est élevé pour un pays comme le Mali où il est habituellement faible.

Un scrutin sans « incident majeur » et une participation forte

La Haute Représentante, Catherine Ashton, par la voix de son porte-parole a ainsi salué « la tenue dans le calme et la sérénité des opérations de vote ». La participation serait relativement importante, notamment dans le sud du pays. « (Catherine Ashton) constate que, selon les premières informations émanant de l’administration malienne et des observateurs internationaux sur l’ensemble du territoire, les électeurs maliens se sont largement mobilisés pour assurer le succès de ce scrutin. »

Le président français, François Hollande a lui aussi, salué « le bon déroulement du scrutin présidentiel malien, marqué par une mobilisation importante et une absence d’incident majeur ». Cela «témoigne de l’attachement des Maliens aux valeurs démocratiques. C’est une chance et un symbole » a-t-il indiqué.

Un premier pas vers un Mali démocratique

« Cette élection présidentielle est fondamentale. Elle doit permettre de désigner de manière démocratique et dans des conditions acceptables un Président de la République doté d’une réelle légitimité, un préalable indispensable à la reconstruction du pays » affirmait Louis Michel lors d’une conférence de presse vendredi. L’euro-député belge, ancien commissaire en charge du Développement, a pris la tête de la Mission d’observation de l’UE sur place. En ce qui concerne l’objectif d’offrir un visage démocratique au Mali, les voix sont unanimes. Pour Catherine Ashton, cette élection peut « constituer une avancée majeure dans le processus de plein retour à l’ordre constitutionnel sur l’ensemble du territoire malien. Un nombre important de candidats ont participé à la campagne électorale dans l’objectif déclaré de continuer à promouvoir le retour à l’unité du Mali, le dialogue et la réconciliation nationale ».

Une élection compliquée…

« On peut quand même se réjouir que le processus a offert aux citoyens la possibilité de voter » a affirmé Louis Michel depuis Kidal. Mais le scrutin ne fut, bien sûr, pas parfait. Pour tenir les délais imposés par la communauté internationale, les élections ont été organisées dans un laps de temps très court. Certains Maliens n’ont pas pu recevoir leur carte d’électeur à temps. D’autres ont eu du mal à accéder aux bureaux de vote du fait de la saison des pluies. Certains déplacés internes ne sont toujours pas revenus dans leurs villes et villages. La question du vote des réfugiés externes pose aussi problème. La Haute représentante souligne cependant que « malgré des conditions difficiles, l’administration malienne a fait preuve de détermination pour garantir la transparence et la crédibilité des élections ».

Une élection vitale…

Au-delà de rendre la démocratie aux maliens, cette élection était indispensable pour permettre à l’aide internationale promise, notamment à Bruxelles lors de la conférence sur le Mali le 19 mai dernier, d’être versée. La sécurité, le développement, la démocratie et donc la tenue d’élections régulières et transparentes figuraient en effet parmi les conditions.

(Crédits: Mission d'observation/Ezequiel Scagnetti)
(Crédits: Mission d’observation/Ezequiel Scagnetti)

La Mission d’observation européenne

Reste maintenant la question des résultats. Le dépouillement est en cours depuis hier soir. Celui-ci « doit être transparent et global » a affirmé le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle. Coté européen, « La Haute Représentante encourage à poursuivre les efforts dans la transparence, alors que s’engagent les opérations de décompte des voix. » Comme le rappelle le porte-parole de Lady Ashton, « Une mission d’observation électorale de l’Union Européenne poursuit présentement ses travaux au Mali. Des observateurs étaient déployés dans les bureaux de vote des réfugiés maliens au Burkina Faso et en Mauritanie. La mission présentera ses conclusions préliminaires lors d’une Conférence de presse mardi 30 juillet à Bamako ». Cette mission compte 100 observateurs dispersés dans différents districts, sous la supervision de 9 analystes. Une délégation de députés européens s’est également rendue sur place.

Pas de résultats mais des premiers échos

Bien que l’on ne connaisse pas encore les résultats, de premières indications sur place donnent l’ex-premier ministre, Ibrahim Boubacar Keita, en tête. Une victoire au premier tour serait possible, évitant la tenue d’un second round prévu pour le 11 aout prochain.