Operation Marfil. Le C130 espagnol à pied d’oeuvre à Dakar pour soutenir le déploiement de la Misma

(BRUXELLES2) L’avion C-130 avec 30 premiers militaires de l’armée de l’air espagnole sont arrivés à 16h10 samedi (26 janvier) à l’aéroport de Dakar (Sénégal) . Une vingtaine de soldats devraient suivre dans le milieu de la semaine prochaine.

Le C-130 Hercules (T-10 en dénomination espagnole), de l’Ala 31, est parti à 7h15 de sa base de Saragosse. Après une escale pour intégrer du personnel et de l’équipement additionnels à la base aérienne de Moron de la Frontera, Sevilla, il a évité le territoire marocain, survolant la mer par les Canaries, le long de la côte de la Mauritanie, puis le Sénégal.

Pont aérien vers Bamako, mais pas de liaison inter-théâtres

Sur place, à Dakar, l’avion espagnol sera chargé de maintenir un pont aérien vers Bamako, capitale du Mali, pour le transport de troupes et de matériel de la Misma. Cet avion « ne fera pas de vols inter-théatres, entre les aéroports sur le territoire malien » précise le ministère espagnol de la Défense. Il a pour mission « de faciliter le transport des troupes et du matériel de la Mission d’appui international Mali sous conduite internationale » (AFISMA / MISMA).

Détachement composé

Parmi les 30 soldats qui composent le détachement espagnol, le commandant en chef de la mission, les deux équipages complets d’Hercule (composés d’un pilote, d’un copilote, d’un navigateur, d’un ingénieur de vol, y compris deux superviseurs de chaque chargement), appartenant à l’Ala 31. Un chef et deux équipes de déploiement opérationnel de l’Escadron de soutien au déploiement de l’armée de l’air (EADA) assurent la responsabilité de la sécurité du détachement espagnol. Une unité médicale de soutien au déploiement aérien (UMAAD) complète le dispositif pour la mise en place d’un hôpital de « rôle 1 » ainsi qu’une équipe du groupe de contrôle aérien mobile (GRUMOCA), qui établira des communications sécurisées avec l’Espagne.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).