Le retour des Britanniques au Parlement européen : chaos, foutoir ou opportunité ?

(B2 à Strasbourg) Le retour éventuel des Britanniques au Parlement européen après les élections européennes provoque des réactions différenciées dans l’enceinte parlementaire.

Pour le président du groupe S&D, Udo Bullmann, la présence des Britanniques dans le nouveau Parlement devrait marquer « le début de la fin du Brexit. Je suis convaincu qu’après le 23 mai, nous aurons de nouveaux débats au Royaume-Uni, ce sera le début de la fin du Brexit, car les citoyens britanniques auront l’opportunité de s’exprimer sur la procédure ».

Un « chaos » a tonné le leader des Libéraux et démocrates ALDE, Guy Verhofstadt, s’élevant contre un Parlement devenu un « pigeonnier [avec] les uns qui entrent, les autres qui sortent, les suppléants ». Même crainte exprimée par Gaby Zimmer, la présidente du groupe de la gauche (GUE), « ce sera le cirque ! », s’interrogeant sur la nécessité de prévoir « une double composition des commissions ? ».

Pour Nigel Farage c’est sûr, la révolution anti-Bruxelles est en marche : « Le parti du Brexit va changer la donne pendant ces élections ».

(Emmanuelle Stroesser)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).