Quand EUTM Somalie déménagera à Mogadiscio

(BRUXELLES2 à Dublin) On ne le sait pas vraiment. Mais la formation des soldats somaliens par les forces de l’Union européenne est « un des grand succès de la politique européenne de défense » a tenu à souligner le général irlandais Gerald Aherne, qui a pris le commandement de cette mission EUTM Somalia. « Nous avons formé 3000 soldats qui constituent aujourd’hui le coeur des nouvelles forces nationales somaliennes » et ont pour tâche de « stabiliser la situation à Mogadiscio et aussi en dehors ». Ce qui a permis « d’augmenter de façon significative la zone d’action (footprint) du gouvernement somalien » a-t-il précisé lors d’un petit point de presse effectué à l’issue de la réunion informelle des ministres de la Défense ce mercredi (13 février). Pour le général, « il y a un lien direct entre la stabilisation de la Somalie et la formation de l’armée somalienne ».

Des formations spécialisées

L’effectif actuel est de 87 Européens de 13 pays différents, basés à Bihanga (Ouganda) avec des équipes en renfort pour les formations spécialisées : Civilo-Militaire (CIMIC), génie, détection d’engins explosifs (contre-IED), police militaire… « Chaque armée apporte ce qu’elle a le plus de forces, là où elle est le plus capable. C’est là, la  force européenne » a ajouté le général De Rousiers, conseiller militaire de la Haute représentante de l’UE.

Défi : gérer le déménagement

Tout le défi aujourd’hui pour l’équipe du général est de gérer le déménagement vers Mogadiscio. Une requête expresse du gouvernement somalien. Ceci ne pourra se faire a-t-il précisé que sous deux conditions : que la sécurité soit assurée sur place et que la génération de forces soit positive. Une conférence de génération de forces devrait avoir lieu d’ici la fin du mois pour identifier les apports des Etats membres.

… et compléter la génération de forces

Là encore, comme pour nombre de missions européennes, c’est la protection de la force (force protection) et le soutien médical qui manquent. « Nous travaillons avec nos partenaires de façon étroite pour que ces conditions soient remplies » a précisé Aherne. Avoir un Rôle 1 et Rôle 2 (infirmerie et hopital de campagne), c’est une obligation. Mais c’est comme « une police d’assurance, nous espérons ne jamais y recourir ».

Selon les informations recueillies par B2, plusieurs options sont sur la table, soit des contributions fournies par les Etats membres, soit des éléments “contractés” (contractors). Le déménagement complet ne pourrait pas se produire avant la fin de l’année.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).