Tim écrit à Helga : Je suis venu te dire que je m’en vais… de la PSDC

(B2 – exclusif) Ce n’est pas la retraite de Dunkerque. Mais cela y ressemble. Les Britanniques partent, sur la pointe des pieds, des missions et opérations de la PSDC. C’est définitif… à partir de 2021

Le contingent britannique en Somalie déjà réduit à portion congrue fin 2018 (crédit : EUTM Somalia – Archives B2)

L’ambassadeur britannique à Bruxelles, Tim Barrow, vient d’écrire à Helga Schmid, la secrétaire générale du SEAE, une petite lettre pour formaliser ce que chacun pressent depuis plusieurs semaines : le retrait définitif des Britanniques des missions PSDC. Lettre dont B2 a pu prendre connaissance.

Un ‘bye bye’ dans l’ordre

En gros, cela dit : « Comme vous le savez nous avons pu maintenir notre participation dans les missions/opérations PSDC durant la période de transition. Je tiens à vous informer du retrait à la fin de la période de transition le 31 décembre. Nous continuerons de travailler de près avec l’UE et ses États membres afin de minimiser cette interruption (disruption) et d’assurer un retrait dans l’ordre ».

Sur la pointe des pieds

C’est tout. L’ambassadeur ne va pas plus loin. Il ne peut pas. Chacun sait que les négociations sur l’accord de sortie sont très délicates aujourd’hui. Et que tout faux pas pourrait commencer par coûter son poste à son auteur. Chacun sait aussi que la participation britannique aux futures missions de la PSDC est une question très facilement résolvable soit par le biais d’un accord cadre de participation (comme il en a déjà été signé une bonne vingtaine), soit par de simples participations ad hoc. Mais l’heure n’est pas encore venue.

L’association de pays tiers est d’ailleurs aujourd’hui plutôt la norme que l’exception dans les missions et opérations PSDC : des Turcs et Chiliens en Bosnie-Herzégovine aux Américains au Kosovo, en passant par les Géorgiens ou Canadiens en Ukraine, les Serbes en Afrique ou les Norvégiens en Palestine, les exemples ne manquent pas.

Une présence résiduelle

En termes militaires, cette décision a peu de conséquence. Le gros du transfert avait eu lieu début 2019, quand le QG de l’opération anti-piraterie avait été transféré de Northwood à Rota (Espagne) (lire : Opération Atalanta : Rota prend le commandement) et quand le commandement avait changé de main à EUFOR Althea (Lire : Brexit oblige, le commandement de l’opération EUFOR Althea va passer à un Français). Aujourd’hui, les Britanniques ne sont plus très nombreux dans les missions/opérations. J’en ai parlé avec plusieurs responsables. Difficile de faire le point, tant l’effectif est faiblard. Selon nos éléments, ils sont quelques uns dans les missions de formation au Mali et Somalie (EUTM Mali et EUTM Somalia), quelques autres dans l’opération de stabilisation en Bosnie-Herzégovine (EUFOR Althea) et quelques citoyens de sa Gracieuse majesté encore présents à EUAM Ukraine et à EULEX Kosovo en particulier.

Une certaine anticipation

Dans la plupart des cas, les Européens ont pris les devants et remplacé certains postes stratégiques (par exemple les hommes du renseignement à EUFOR Althea). Le seul problème est pour la compagnie de réserve qui sert à l’opération en Bosnie-Herzégovine. Bien que basée au Royaume-Uni, il manquera le cadre légal pour son intervention, nous est-il précisé. Plusieurs idées sont actuellement sur la table : un apport des Autrichiens, qui ne sont pas très loin au plan géographique, voire une utilisation des battlegroups. Une idée déjà envisagée avant la période du Brexit, mais qui avait été rejetée à l’époque. Globalement, à l’échelle européenne, cette solution n’est pas insurmontable.

Je suis venu te dire…

Cette lettre résonne donc comme un air de la chanson de Gainsbourg, enregistrée aux studios Phonogram de Londres en 1973, au lendemain d’un infarctus difficile pour le chanteur (et de l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE). À la différence de l’original, où on entendait des pleurs de Jane Birkin sur la bande son, je ne suis pas sûr qu’Helga Schmid ait beaucoup pleuré à la lecture de cette lettre de rupture, largement attendue.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : Brexit. Le Britannique est-il nécessaire à l’Europe de la défense ?

et sur B2 Pro : Sanctions, Défense, Espace, le Royaume-Uni sera en fait plus ‘exit’ que ‘in’ durant la période transitoire. Explications

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.