La Commission prête à négocier sur tout et sur beaucoup

La Commission prête à négocier sur tout et sur beaucoup

Share
Juncker et Cameron au sommet du 19 mars (crédit : Conseil de l'UE)

Juncker et Cameron au sommet du 19 mars (crédit : Conseil de l’UE)

(BRUXELLES2) Le président Juncker a adressé un signe amical vendredi (8 mai) à David Cameron après l’avoir félicité pour sa victoire aux législatives. « I stand ready to work with you to strike a fair deal for the United Kingdom in the EU and look forward to your ideas and proposals in this regard » autrement dit : « Je suis prêt à travailler avec vous pour trouver un accord équitable pour le Royaume-Uni dans l’UE et nous nous réjouissons de vos idées et des propositions sur ce sujet ». Ce qui ouvre la porte à une négociation accommodante. Peu avant cette déclaration, lors de l’échange quotidien de la presse avec le porte-parole, nous en avions eu les pistes de négociation possibles.

Intransigeant sur le principe…

A la question de savoir si la libre circulation des personnes comme les autres libertés fondamentales (marchandises, services, capitaux) était négociable, la réponse a fusé, martiale, intransigeante. « Les quatre libertés restent non négociables. » Mais quand on cherche à en savoir plus, à creuser, vouloir préciser les lignes rouges ou les points de négociation (ce qui était le sens de ma question de suivi, le ton change.

Accommodant sur l’application

On s’aperçoit que, même à l’intérieur des 4 libertés, en particulier pour la libre circulation des personnes, il y a des marges de négociation qui pourraient rencontrer l’intérêt du Royaume-Uni. « Oui — a-t-il répondu —, il y a des zones grises, des points qui méritent éclaircissement (notamment pour le cas de l’aide sociale ou de la libre circulation des chômeurs). Ce n’est pas une nouveauté. Car l’abus de liberté est autre chose. » Or, on sait que c’est là où cela coince : le droit de séjour des personnes qui se retrouvent privées d’emploi ou au chômage.

Essai de ruse

En fait, la Commission louvoie, essaie de ruser. Mais le message délivré reste un peu confus. Londres qui bénéfice déjà d’un rabais de cotisation, a négocié une exonération à la Charte des droits fondamentaux, ne participe ni à certaines politiques (Euro, Schengen, Coopération policière), ni à certaines charges (sa participation à la politique de défense est minime) mais par contre veut participer à toutes les décisions bénéficierait encore d’autres exonérations.

Deux poids, deux mesures

Plus que jamais, avec le Royaume-Uni, on semble en face d’un « deux poids, deux mesures ». Pour les Etats qui veulent rester dans l’Union, c’est l’application des règles, de toutes les règles. Pour ceux qui disent : retenez-moi sinon je pars. Alors, là on dit : « négocions, c’est une bonne idée, pourquoi pas, hein, que voulez-vous ? Un petit rabais de plus ? une exception de plus ? Un calin et une jolie histoire pour vous border le soir, le petit déjeuner servi au lit le matin, tous les jours, le beurre, l’argent du beurre, la crémière et le potage, allez, soyons généreux, c’est normal, vous êtes le Royaume-Uni… » Non soyons sérieux. Plus l’Europe se couchera, fera la danse du ventre devant David Cameron et Londres, plus les Britanniques exigeront de l’Europe, sans renoncer à aucun de leurs privilèges. Et il n’est pas dit au final qu’ils ne rejetteront pas la proposition, juste pour pouvoir exiger davantage encore que ce que nous aurons octroyer au départ.