Attentat à Djibouti. Plusieurs membres des missions européennes PSDC blessés (Maj)

(BRUXELLES2) Plusieurs membres des missions européennes EUCAP Nestor et EUNAVFOR Atalanta ont été blessés dans l‘attentat contre le restaurant la Chaumière, à Djibouti, samedi (24mai) à 20h. Ce lieu, tenu par un ancien militaire français est bien connu des expatriés à Djibouti. Et à cette heure là, 20h, le restaurant était bondé. C’est alors que les kamikazes ont attaqué à la grenade le restaurant, certains entrant dans le lieu, selon les premiers éléments de l’enquête. La Mission « Eucap Nestor » compte 3 blessés dans ces rangs, dont 1 sérieusement. Et l’opération « Eunavfor Atalanta » 9 militaires, dont 1 gravement.

Une vingtaine de blessés

Selon le dernier bilan, l’attentat a fait trois morts – dont un ressortissant turc et un ou deux des kamikazes. On dénombre également une vingtaine de blessés, dont certains assez sérieux. Selon un décompte provisoire, parmi les blessés : il y a 7 Français, 4 Allemands, 3 Espagnols (armée de l’air) – dont 1 grave – 6 Néerlandais (marine). Tous ont été pris en charge notamment par les médecins militaires français de l’hôpital général « Bouffard ».

Les trois Espagnols blessés proviennent du détachement du P3 Orion qui assure la surveillance aérienne anti-piraterie pour l’opération européenne EUNAVFOR Atalanta. L’un est « en état grave mais stable » assure le ministère espagnol de la Défense à Madrid. Le 1er sergent Manuel Maria Lorenzana souffre en effet « de blessures par éclats d’obus. Tandis que les caporaux Manuel López Veiga et Jose Miguel Mateos Hernandez, « souffrent de blessures mineures et leur état n’est pas grave ». Un avion T-22 de l’ Armée de l’Air est parti dans la nuit de samedi de la base aérienne de Torrejon en Espagne pour évacuer les trois blessés.

Les six Néerlandais servent sur la frégate De Zeven Provinciën engagée dans l’opération anti-piraterie de l’UE (EUNAVFOR Atalanta) et qui faisait escale à Djibouti. Ils ont été légèrement blessés (notamment avec des éclats de verre) et choqués. « Ils ont réintégré leur navire rapidement et vont très bien » a assuré le commandant du navire. Par mesure de précaution, le navire a d’ailleurs quitté Djibouti plus tôt que prévu et repris la mer avec l’équipage au complet. La frégate venait tout juste le 19 mai, de rejoindre l’opération européenne anti-piraterie, après avoir embarqué à Malte, un détachement de soldats maltais qui assurent la fonction d’équipe de protection embarquée (VPD ou EPE) à bord des navires marchands.

Trois Allemands blessés servaient dans la mission européenne de renforcement des capacités maritimes (EUCAP Nestor). L’un d’entre eux est plus sérieusement atteint (une femme), au visage, mais « sa vie n’est pas en danger », précise-t-on de source bien informée. Ils ont été rapatriés par évacuation sanitaire dimanche soir vers un hôpital allemand.

Quatre Français sont des employés de la société Sovereign Global Services (SGS) qui assure la formation de l’armée djiboutienne, parmi eux deux colonels français de la gendarmerie, ainsi que le signale mon collègue Jean Guisnel du Point.

La Haute représentante de l’UE, Catherine Ashton, a rapidement condamné cet attentat et adressé « toutes ses pensées aux victimes et à leurs familles. Et nous souhaitons un plein et rapide rétablissement. » (*)

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : In Memoriam. Diplomates et militaires morts en mission CE / UE

(*) “We strongly condemn the terrorist attack that targeted a restaurant in Djibouti Saturday evening. Our thoughts are with all the victims and their families, and we wish a full and speedy recovery to those injured, including several members of the EU missions EUCAP Nestor and EU NAVFOR Atalanta. Such attacks against innocent people can never be justified. Those responsible must be brought to justice and held accountable for their acts.

(Maj) Lundi 26 mai – matin

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).