La Pologne s’engage concrètement dans l’opération au Mali

La Pologne s’engage concrètement dans l’opération au Mali

Share

François Hollande et Donald Tusk (le PM polonais) pour la traditionnelle photo sur le perron l’Elysée (Crédit : Présidence de la République)

(BRUXELLES2) Reçu à l’Elysée, ce lundi (28 janvier), le Premier ministre polonais Donald Tusk a tenu à souligner combien la Pologne soutient clairement la mission de la France au Mali « depuis le début ». « Ce n’est pas uniquement un geste de solidarité par rapport à notre allié, ceci vient de notre conviction profonde après analyse de la situation sur le continent africain en entier, en particulier en ce qui concerne l’Afrique du nord. La stabilité de cette région est dans l’intérêt de l’Europe et de tout le monde. »

Participation de 20 instructeurs

Le cabinet (gouvernement) doit se réunir demain (mardi 29 janvier) à Varsovie pour décider de la participation d’instructeurs polonais à la mission de l’UE de formation de l’armée malienne. La Pologne devrait ainsi annoncer la participation d’une vingtaine d’instructeurs pour EUTM Mali. Soit plus que ce qui avait été annoncé dans un premier temps (une dizaine). Une décision devrait aussi être prise pour assurer un « soutien organisationnel et logistique » aux opérations en cours, comme l’opération Serval, assure-t-on à Varsovie.

Possibilité de livraison d’armes

Le Premier ministre polonais a ainsi évoqué clairement lors de la conférence de presse, la possibilité de livraison d’armes ou d’équipements. « Si le besoin se présente en ce qui concerne l’armement, si la Pologne peut aider au niveau du matériel, nous sommes à disposition. C’est le Ministre de la Défense qui va discuter des détails. » « Nous sommes en mesure de réagir rapidement pour certains détails de notre côté, il n’y aura pas de retard en ce qui concerne cette aide » a-t-il assuré.

Sommet Weimar-Visegrad à Varsovie

Plus généralement évoqué les questions de défense, un « sujet important sujet principal de la conversation avec le président français » ainsi que la réunion commune du groupe de Visegrad et de Weimar qui aura lieu le 6 mars prochain, à Varsovie. Thème de cette réunion au sommet – à laquelle devraient participer le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel – : « l’avenir de l’Europe, et travaille à la défense de l’Europe. »

Mais il n’y avait pas que la défense au menu de cette rencontre

Les deux dirigeants ont réaffirmé leur volonté de soutenir la politique agricole commune et les mécanismes de la politique de cohésion comme « nécessaires pour prévenir la crise » ainsi que l’a expliqué D. Tusk. Ils affichent également pour la réunion du Conseil européen à Bruxelles, en février, une volonté commune de maintenir le niveau le plus élevé possible de ces politiques. « Toute modification ne doit pas se faire au détriment de la politique de cohésion ou la politique agricole commune » ont-ils souligné de concert.

Lire aussi :