La facture de l’opération en Libye pour la Belgique : 44 millions d’euros (Maj2)

(crédit : ministère belge de la Défense)

(B2) L’opération en Libye a coûté près de 44 millions € à la Belgique selon le ministre de la Défense, Pieter De Crem, dont 32,3 millions net, pris en charge par le budget de la Défense.

Le premier chiffre, en brut, se rapporte au coût total de l’opération. Mais il faut déduire de ce chiffre le coût normal qu’auraient coûté les mêmes militaires et moyens s’ils n’avaient pas été employés. Le second chiffre, en “net”, indique donc le surcoût réel pour la Défense de l’opération. Le réel coût de l’opération.

Le ministre a fourni des chiffres détaillés dans une réponse à un sénateur du N-VA, Karl Vanlouwe, comme le rapporte nos confrères de l’agence Belga.

La facture belge est décomposée ainsi :

– un détachement de six avions bombardiers F16 + personnel (pilotes, techniciens, autres) basés à Araxos en Grèce = 36,4 millions € (dont 31,5 net) ;
– le dragueur de mines Narcis, relevé ensuite par le Lobelia, pour les missions de – surveillance en mer = 7,3 millions € (dont 495 000 net) ;
– un détachement au sein de l’état-major maritime = 26 000 € net ;
– militaires au détachement AWACS = 306 000 € net.

473 Bombes

(Maj) Selon les informations communiquées par le ministère de la Défense à B2, les avions F-16 belges ont lâché 473 bombes lors de 615 sorties, totalisant en tout 2516 heures de vol. Et selon un officier belge, les forces tricolores (noir, jaune, rouge) totalisent un des meilleurs scores de tirs au but parmi les Alliés. Les F-16 ont ainsi largué 133 bombes laser GBU 10-12, 151 bombes Gps GBU-38, 11 bombes Laser GBU-2, 147 bombes GBU-31 v1 et 31 bombes GPS GBU-31 v3.

La prise en charge du coût de ces 473 bombes à guidage de précision (laser ou GPS) est comprise dans ces chiffres selon un responsable de la défense qui s’est cependant refusé à en communiquer le coût. Selon les estimations de B2, il faut compter, au bas mot, 7 millions d’euros, selon le type de bombe et de guidage.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).