L’évacuation des Européens de Libye commence (maj6)

L’évacuation des Européens de Libye commence (maj6)

Share

Un C130 des forces portugaises utilisés lors de l'opération Turquoise (Rwanda) (crédit : armée portugaise)

Les 27 étudient actuellement un plan coordonné d’évacuation des Européens se trouvant actuellement sur le sol de Libye. Plutôt que d’un plan au sens opérationnel, il faut d’ailleurs plutôt parler d’échanges d’information et de coordination.

Coordination et échanges d’information

Des échanges d’information ont eu lieu ces dernières heures par le biais du réseau consulaire. Les chefs de mission des Etats membres sur place, à Tripoli, ont également tenu une réunion pour échanger leurs informations. Les ministres des Affaires étrangères de l’UE en ont discuté ce lundi, de manière informelle, à Bruxelles en marge du Conseil. Selon nos informations, la majorité des Etats membres (sauf 2) ont recommandé le rapatriement de leurs nationaux.  (*)

Nb : L’Union européenne est représentée en Libye par l’ambassadeur hongrois en poste à Tripoli (le service diplomatique n’a pas de délégation en Libye, un bureau de liaison devait être ouvert). C’est lui qui a normalement en charge de coordonner les efforts européens sur place.

Avions portugais et autrichien, puis grec et italien

Les moyens d’évacuation vont être mutualisés. Aux moyens civils (l’aéroport de Tripoli continue de fonctionner), vont être ajoutés des moyens militaires. Le ministre portugais des Affaires étrangères, Luis Amado, a annoncé qu’un avion militaire C-130 portugais partirait vers Tripoli. Quant aux Autrichiens, ils ont mis en alerte leurs forces aériennes et décidé de prépositionner un avion à Malte. Un avion C130 de la Bundesheer est déjà parti, dimanche matin, vers La Valette avec une équipe des forces spéciales, un médecin, un psychologue. « Il permettra de rapatrier les Autrichiens et les citoyens européens si la situation s’aggrave » a précisé le ministre de la Défense, Norbert Darabos. L’Autriche dispose de 3 Hercules C-130 déjà utilisés pour l’évacuation de plusieurs dizaines de citoyens autrichiens et européens lors des évènements en Egypte (1). (Précisons également que l’Autriche participe à un des battlegroups européens qui est de permanence ce semestre.)

(mis à jour lundi et mardi) La Grèce a aussi indiqué dans la journée de lundi être prête à envoyer un avion C-130 en Libye dès que l’autorisation de vol aura été donnée par les autorités. A son tour, le ministre de la défense Italien a indiqué, mardi, qu’un C-130 était prêt à décoller pour Benghazi et rapatrier une centaine d’Italiens (et Européens) qui y sont bloqués. La France, enfin, a annoncé l’envoi de trois avions militaires à Tripoli pour rapatrier les nationaux, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Les Européens en Libye

(mis à jour : Lundi 22 h) Selon les différentes informations il y a en Libye : 30 Polonais, 70 Belges, 80 Autrichiens, 250 Grecs (et Chypriotes), 500 Allemands, 750 Français, 1500 Bulgares, 1500 Italiens, 3500 Britanniques (à comparer aux 25.000 Turcs).

Premières évacuations européennes

Toutes les informations se trouvent dans ce nouvel article : L’évacuation des Européens de Libye, l’opération s’accélère

C130 autrichien (crédit : armée autrichienne)

Rapatriement des Turcs

La Turquie a déjà entamé, lundi, l’évacuation de ses citoyens, notamment de Benghazi. Un avion de la Turkish airlines a atterri à l’aéroport international Atatürk, rapatriant un premier contingent de 287 personnes. Le gouvernement a mobilisé 4 avions et 2 bateaux et recommandé à ses ressortissants (ils sont environ 25.000 en Libye) de partir par la route jusqu’à la ville libyenne de Tobruk pour être évacués ensuite par avion. Plusieurs ambassades européennes (France, Allemagne, Hongrie, Croatie) ont également requis l’assistance des Turcs, selon Ankara. La situation est particulièrement difficile sur Benghazi où un avion turc a dû faire demi-tour.

Bilan en dramatique hausse

(mis à jour Lundi 24h) Les troubles ont fait au moins 230 morts selon l’organisation Human Rights Watch. Mais ce bilan pourrait s’alourdir rapidement. Les dernières manifestations, réprimées à Tripoli, auraient fait au moins une soixantaine de morts selon des sources locales, relayées sur Twitter et par Al-Jazeera. On parlait, lundi soir, de 500 morts (chiffre non confirmé). Parmi les blessés, on relève plusieurs citoyens étrangers, notamment une dizaine de travailleurs bengalis blessés (dont 2 graves) sur un chantier près de Tripoli et trois Sud-Coréens. Deux Egyptiens auraient également été tués.

Lire également :