Les postes ouverts dans les ambassades de l’UE

(BRUXELLES2) L’appel à proposition pour la centaine de postes offerts dans les délégations (= ambassades) de l’Union européenne circule actuellement dans les institutions et les différents ministères des Etats membres. Et il est d’ores-et-déjà certain que Cathy Ashton, la Haute représentante, n’aura que l’embarras du choix, tant la mise en place du nouveau service diplomatique suscite une ferveur et un empressement. Ce donne, somme toute, un coup de jeune à nos vieilles diplomaties bien tranquilles.

Nos amis d’Euractiv ont eu la riche idée de publier l’appel d’offres du service diplomatique. Et on peut ainsi examiner les différentes sortes de postes et les pays concernés. Ces postes sont répartis sur les cinq continents et dans des pays, souvent clés, soit par leur importance politique et/ou économique, soit par leur importance stratégique. Certains d’entre eux sont placés dans des pays où se déroulent des missions de défense (Ouganda, Kenya – Somalie, Djibouti, Palestine, Géorgie, Ukraine…). Ils correspondent aux nouvelles fonctions de l’Union européenne qui ont une dimension davantage politique et diplomatique que les délégations de la Commission européenne, jusqu’ici.

Rappelons que ces postes ne sont ouverts que par voie de détachement soit des institutions européennes (Conseil et Commission uniquement dans un premier temps), soit des agents des Etats membres.

Le SEAE recrute aussi :

Des chefs adjoints de délégation de l’Union européenne (= ambassadeur adjoint) : en Bosnie-et-Herzégovine, au Brésil, en Éthiopie, aux Fidji, en Géorgie, en Indonésie (relations avec le Brunei et avec l’ANASE), au Kenya, au Mexique, au Pakistan, ainsi qu’à la représentation en Palestine (Cisjordanie et Bande de Gaza, Office de Secours et de Travaux des Nations Unies). Précisons que selon les pays, certaines fonctions sont plus poussées que d’autres. Ainsi l’ambassadeur adjoint au Kenya aura pour fonction d’assister les Etats membres dans leur « mission de protection consulaire ».

Des chefs de section politique (BELARUS, KIRGHIZSTAN, TADJIKISTAN, UKRAINE – ANGOLA, REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE, DJIBOUTI, ÉRYTHRÉE, GHANA, GUINEE-BISSAU, MADAGASCAR, MOZAMBIQUE, NAMIBIE, NIGER, RWANDA, SIERRA LEONE, SOMALIE (basé au KENYA), OUGANDA, ZIMBABWE – BOLIVIE, COLOMBIE, RÉPUBLIQUE DOMINICAINE – HONG KONG, PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINEE, SINGAPOUR, SRI LANKA – ARABIE SAOUDITE, JORDANIE, YÉMEN).

Des chargés des affaires politiques (ARMÉNIE, AZERBAÏDJAN, RUSSIE, UKRAINE, TURQUIE – AFRIQUE DU SUD, BOTSWANA, BURKINA FASO, CAP-VERT – BRÉSIL, CANADA, ÉTATS-UNIS, MEXIQUE, URUGUAY – CHINE, COREE DU SUD, INDE, JAPON, PHILIPPINES – IRAQ, SYRIE). Ces chargés d’affaires ont notamment, entre autres missions, de suivre l’évolution des questions relatives aux droits de l’homme, à la non-prolifération, au terrorisme et à la défense.

Des chargés des relations internationales dans les bureaux de représentation de l’UE auprès des organisations internationales (ONUDI, OSCE, ONU Vienne, ONU Genève, ONU New-York, UNESCO Paris, AIEA…) ainsi qu’un responsable de la presse et de l’information (ONU Genève).

Pour télécharger le profil des postes (voir annexe)

(Nicolas Gros-Verheyde)