News BlogEU Defense (Doctrine)

Germans and French determined to strengthen Defense Europe

G. Longuet and T. de Maiziere (credit: NATO)

(BRUSSELS2, analysis) “ We believe it ». C’est un peu le sens de la déclaration sur la politique européenne de sécurité et de défense signée lors du dernier sommet franco-allemand, le 6 février dernier, par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays, Alain Juppé et Guido Westerwelle, Gérard Longuet et Thomas de Maizière. Une déclaration passée un peu inaperçue et qui mérite une lecture un peu plus attentive.

L’affichage d’political convergence

Ce texte de 4 pages (version française) ou 7 pages (version anglaise) se veut un tour d’horizon complet de ce qui est possible en matière de défense européenne, que ce soit « in terms of structures, capacities and operations », de dialogue stratégique et de coopération en matière d’armement. Quelques projets concrets sont esquissés (transport médical, surveillance de l’espace). Mais plus encore c’est une convergence politique qui est recherchée. On trouve là effectivement davantage de points d’accord qu’entre Français et Britanniques. Une date butoir est cependant fixée : 2013, avec la célébration des 50 ans du Traité de l’Elysée, et l’ambition affichée de « give new impetus to their common security and defense policy ».

La PeSDC crédible et efficace : opérations au Sahel et dans la Corne de l’Afrique

« « Nous partageons depuis longtemps l’objectif d’une défense européenne plus forte. (…) Nous croyons que la politique de défense et sécurité commune est un instrument crédible et efficace pour la gestion de crises » écrivent les auteurs, exemple à l’appui. Le couple franco-allemand se veut ainsi déterminé à assurer le lancement du travail préparatoire à un engagement au Sahel, à continuer le travail en cours sur la mission de reinforcement des capacités maritimes dans la Corne de l’Afrique. Il réaffirme son intention de soutenir l’opération anti-piraterie Atalanta et celle de formation des soldats somaliens (EUTM Somalia) comme une « significant CSDP contribution to efforts to stabilize Somalia ».

A strategic dialogue advance on crises

Les différences d’approches existent entre  Français et Allemands, c’est un fait. Mais les deux partenaires entendent mieux surmonter, à l’avenir, leurs divergences. « Pour les crises à venir, la France et l’Allemagne se consulteront étroitement avant les décisions concernant l’engagement des forces militaires (NB : une concertation qui a, peu, fait défait lors de l’opération en Libye). Ils veulent aussi faire de la brigade franco allemande, le coeur de la réponse des deux pays. « A partir d’une évaluation commune des crises, devrait correspondre des réponses franco-allemandes, et si possible l’engagement de la Brigade franco-allemande. Cela suppose d’harmoniser les différences entre les procédures administratives nationales et de les réduire autant que possible. » Ce dialogue stratégique – qui passera également par une intensification du dialogue entre les deux parlements – « devra aussi inclure des réflexions sur des scénarios de crises, en se concentrant sur le Moyen-Orient et l’Afrique ».

Projets communs pour le transport médical et dans la surveillance de l’espace

Coté des capacités, les deux partenaires veulent aller plus loin qu’un soutien général aux initiatives en cours de pooling and sharing à l’agence européenne de défense et à l’OTAN. Ils veulent ainsi renforcer le Commandement européen du transport aérien (EATC), mis en place à Eindhoven, et « examine the possibilities of expanding its means and capacities ». Un projet de coopération en matière de soutien médical va être lancé avec des soutiens réciproques : l’Allemagne va mettre à disposition de la France ses hélicoptères CH-53 et  la France soutiendra l’Allemagne dans le domaine du CSAR – recherche et sauvetage au combat. Les deux pays veulent également favoriser le développement d’un « noyau d’une capacité européenne en matière de surveillance de l’espace ", so they want " develop a common capacity » ; a cooperation that could also extend to helicopters, land systems and missile defense activities".

Convergences dans la préparation et la conduite des programmes d’armements

De façon plus générale, d’ailleurs, pour « promote convergence in the different phases (preparatory and active) of common armaments programs”, France and Germany will intensify discussions on integrated teams and the “joint capability process” bringing together military expertise as well as entities in charge of design and procurement from both countries. They want to achieve better convergence in the definition of military and operational needs, harmonization of certification procedures for weapons and armament systems (mutual recognition of test methods) and to guarantee more continuity in exchanges between users and suppliers ". And want to look for joint industrial proposals responding to Franco-German projects”.

Pouvoir contrôler l’industrie européenne

The régulation de l’industrie et du marché constitutes another common theme, in particular “ on the security of supplies and the control of foreign investments”. NB : Un point clé pour éviter que l’industrie européenne d’armement ne s’en aille en lambeaux ou ne parte dans les mains d’investisseurs étrangers, comme les chantiers navals grecs récemment qui sont passés aux mains d’industriels chinois. Au final, « Our common efforts in favor of a more efficient European defense will contribute to the strengthening of European integration and of the Atlantic partnership, pillars of the security policy in Europe. »

Download the adopted declaration, in French English  (I recommend this latest version, the French version seems approximate to me)

Nicolas Gros Verheyde

Chief editor of the B2 site. Graduated in European law from the University of Paris I Pantheon Sorbonne and listener to the 65th session of the IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale. Journalist since 1989, founded B2 - Bruxelles2 in 2008. EU/NATO correspondent in Brussels for Sud-Ouest (previously West-France and France-Soir).