Libération réussie de 4 otages au Burkina Faso. Deux commandos marine morts dans l’opération (V3)

(B2) Deux militaires français membres des commandos marine sont morts dans une opération de libération d’otages au nord du Burkina Faso dans la nuit de jeudi à vendredi (10-11 mai).

Deux commandos marine perdent la vie

Le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, « tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales ont trouvé la mort au combat », indique un communiqué officiel de la présidence de la République. Ils étaient membres du commando Hubert. « Ils n’ont pas tremblé, ils n’ont pas hésité une seule seconde face aux ravisseurs, ils ont protégé les otages au prix de leur propre vie » a indiqué la ministre française des Armées, Florence Parly.

Les deux otages français libérés et deux autres  également

L’opération a néanmoins réussi. Quatre otages ont été libérés : deux Français Patrick Picque et Laurent Lassimouillas — enlevés le 1er mai dernier au Bénin —, une citoyenne américaine et une ressortissante sud-coréenne. Cette présence de deux otages supplémentaires est une surprise. « Nous n’avions pas absolument connaissance de la présence de [ces] deux otages » a indiqué la ministre Florence Parly. Et apparemment « leurs pays n’étaient pas au courant de leur enlèvement ». Elles étaient enlevées « depuis 28 jours ».

(NGV)

Lire aussi sur les détails de l’opération : La libération des otages au Burkina Faso : une opération menée avec rigueur et audace


(crédit : Marine nationale)

Né en 1986, le maître Cédric de Pierrepont est entré dans la Marine nationale en 2004, au sein des équipages de la flotte. Il intègre en 2005 la spécialité de fusilier marin et se distingue en terminant premier de sa promo. Un an et demi plus tard, il réussit le stage commando. Il est ensuite affecté au commando de Penfentenyo où il est promu au grade de second-maître et obtient son brevet d’aptitude technique fusilier marin-commando. En août 2012, il réussit le cours de nageur de combat puis rallie le commando Hubert. Il y occupait les fonctions de chef de groupe commando depuis le 1er avril 2018. En 15 ans de service, il a plusieurs fois été engagé sur des théâtres d’opérations en Méditerranée, au Levant et au Sahel.

(crédit : Marine nationale)

Né en 1991, le maître Alain Bertoncello est entré dans la Marine nationale en rejoignant l’école de maistrance le 14 février 2011. Il choisit le 1er mars 2012 la spécialité de fusilier marin et réussit le stage commando la même année. Après cinq ans au commando Jaubert, il obtient le brevet de nageur de combat et rejoint le commando Hubert basé à Saint-Mandrier dans le Var, où il était affecté depuis juillet 2017. Après son entrée au sein des commandos marine, le maître Bertoncello a participé à des missions de défense des intérêts maritimes français aux Seychelles (protection des thoniers) et à plusieurs opérations extérieures au Qatar, au Levant et au Sahel.


Mis à jour vendredi 10 mai 15h biographies + détails sur l’opération (mise dans un article séparé pour plus de lisibilité)