Un navire colombien engagé dans la lutte anti-pirates

(crédit : Eunavfor)
(crédit : Eunavfor)

(B2) La marine colombienne est désormais à pied d’oeuvre dans l’Océan indien engagée dans l’opération européenne anti-piraterie EUNAVFOR Atalanta. Le navire de guerre de la marine colombienne ‘7 de Agosto‘ (47) est ainsi arrivé le 8 août dernier dans le port de Djibouti.

Une première pour la marine colombienne

C’est une première pour la marine colombienne, ainsi que nous l’avions annoncé (Lire : La marine colombienne en renfort dans l’Océan indien ?). Et c’est même la première fois qu’un navire d’Amérique latine est engagé aux côtés des Européens dans une mission de la PeSDC (*). Cette participation colombienne tient beaucoup cependant à l’Espagne qui a « parrainé » cette participation en vertu d’un accord de collaboration entre les deux marines.

L’engagement de l’Espagne

L’Armada espagnole entend faire de cette participation à l’opération européenne « un succès et servir d’expérience et de modèle pour l’intégration future d’autres marines », précise un communiqué du ministère de la Défense à Madrid. Avant d’être engagé, le ‘7 do agosto‘ a ainsi passé une « visite d’inspection » au Centre pour l’évaluation de la baie de Cadix (EVADIZ) du 14 et 17 juillet dernier. Inspection qui a permis d’évaluer l’interopérabilité et les capacités du navire (et de son équipage) « à mener des opérations de sécurité maritime intégrés dans une force multinationale », à l’aide d’exercices au port et en mer.

Une équipe de liaison à bord

Placé sous le commandement du Captain Darwin Alberto Alonso Torres, l’équipage ‘7 de Agosto‘ se compose de 65 personnes. Une équipe de liaison espagnole (composée d’un officier, un sous-officier et un première classe), restera à bord du navire jusqu’à l’achèvement du déploiement dans l’océan Indien, pour permettre la coordination, jour par jour avec le navire amiral de l’opération, le Galicia (L-51). Ce navire de patrouille en haute mer, de type OPV-80, a été fabriqué par les chantiers navals allemands Fassmer qui équipe également les marines argentine et chilienne (télécharger sa fiche technique). Long de 80,6 mètres et large de 13 mètres, il dispose deux canons (20mm et 40mm), 3 bateaux hors-bords et un hangar permettant d’abriter un hélicoptère Augusta Bell 412.

(NGV)

(*) Ce n’est cependant pas la première participation d’un pays d’Amérique latine à une mission PeSDC. Quelques officiers chiliens ont ainsi servi dans l’opération de maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine (EUFOR Althea). Mais cette participation était assez symbolique.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).