Tir contre EULEX au nord du Kosovo : un mort (maj5)

VehiculeAttaqué@Koha130919
(crédit : Koha Ditore)

(BRUXELLES2) Un coup de feu a atteint mortellement un agent de la mission européenne EULEX aujourd’hui (19 septembre) dans le nord du Kosovo. Il était « environ 7h30 ce matin. Et les deux véhicules d’Eulex avec à bord 6 personnes – agents d’Eulex – étaient en circulation, venant d’effectuer une rotation au point frontière « Gate 1 » (avec la Serbie), quand ils ont été pris sous des coups de feu, d’origine inconnue, tirés à proximité de Zveçan/Zvečan » (commune qui jouxte Mitrovica nord). L’agent d’EULEX a alors été mortellement atteint par un tir à la tête.

Un Lituanien tué, un Tchèque blessé

Selon nos informations, il s’agit d’un douanier lituanien. « Un jeune homme qui laisse derrière lui une femme et sa famille » a précisé Bernd Borchardt, le chef de mission d’EULEX (*). « Je suis choqué, très choqué, et triste » a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Les secours et médecins ont tout « tenté pour le sauver ». Mais le pronostic était déjà engagé. Les véhicules européens étaient – semble-t-il – délibérément visés avec plusieurs tirs, selon les premiers éléments de l’enquête. Un autre agent (tchèque) a été évacué sur l’hôpital, blessé ou peut-être simplement commotionné si l’on en croit les premières déclarations du chef de mission EULEX. Ses jours ne sont pas en danger, selon la mission. Outre le Lituanien et le Tchèque, un Grec, un Danois, un Bulgare et un Croate étaient à bord des véhicules.

Secteur bouclé, enquête en cours

La Task Force de Mitrovica a été immédiatement activée et une enquête pour meurtre ouverte. C’est le procureur spécial (SPRK) qui est saisi. La zone a été bouclée. Des unités spéciales d’Eulex et de la KFOR ont été déployés.« Aucun effort ne sera épargné pour amener l’auteur à la justice. » précise un communiqué d’EULEX qui « condamne dans les termes les plus forts possibles cette acte marquée par une violence lâche à l’égard de ses équipes. » Un appel a témoins a été lancé suite à cet incident. Les personnes ayant des personnes à donner étant invitées à donner leur témoignage par téléphone au +381 38 78 5555 ou 5556.

Des incidents très politisés

La situation était épisodiquement tendue dans cette région du Kosovo. La mission avait déjà la cible de tireurs isolés l’année dernière (lire : Fusillade contre un véhicule EULEX à un moment-clé pour le Kosovo) Des incidents qui ne sont pas totalement dénués de sens politique : ils sont ainsi plus fréquents à l’approche des moments-clés de négociation et de rapprochement serbe-kosovar. La période actuelle, avec les élections municipales et les derniers accords entre Belgrade et Pristina se discutent, est particulièrement tendue au niveau politique. « L’enquête nous indiquera qui est derrière cette attaque. (Mais) nous avons le sentiment que cette attaque est directement dirigée contre le processus de normalisation en cours que nous essayons de faciliter avec le dialogue engagé, pour le Kosovo en général et le nord en particulier » a indiqué très vite Samuel Žbogar, le représentant spécial de l’UE au Kosovo.

38e décès

C’est le 38e décès à déplorer dans les équipes de gestion de crise européennes depuis 1990 (selon notre base de données). Mais le premier au Kosovo, et même dans les Balkans, commis de façon intentionnelle à l’encontre des équipes européennes (hormis accidents et mines) depuis les années 1990 et le tir contre un hélicoptère des observateurs européens. Lire : *In Memoriam. Diplomates et militaires morts en mission CE / UE

(maj) Réactions au Kosovo… et au niveau européen

Le président du Kosovo Atifete Jahjaga ainsi que le Premier ministre Hashim Thaci ont condamné l’attaque. Selon le quotidien Koha Ditore, le président a aussi lancé un appel au « calme », à la veille des élections municipales, « afin de permettre un vote libre et dans la dignité pour tous les citoyens dans toutes les régions du Kosovo ». NB : Le Premier ministre kosovar était, plus ou moins, partisan d’un départ rapide de la mission européenne EULEX du Kosovo.

Le représentant spécial de l’ONU, Farid Zarif, a également condamné (à 11h), cette attaque. « Cet acte de violence est une attaque directe contre les principes de paix, de justice et de civisme que les missions internationales présentes au Kosovo servent. Tout attaque contre un des représentants de la communauté internationale est une attaque contre la communauté internationale dans son entier » a-t-il affirmé. Il a aussi appelé « d’urgence chacun à éviter toute spéculation sur les motifs et identités de ceux qui sont responsables (et de) laisser aux enquêteurs le soin de faire leur travail ».

Quant à la Haute représentante, Cathy Ashton, elle a exprimé sa « profonde tristesse », exprimant ses condoléances à la famille et amis de la victime ». Elle a condamné cette attaque — « les auteurs doivent être traduits en justice » — et affirmé la « détermination de l’Union européenne à continuer ses engagements au Kosovo et ses efforts dans le contexte du dialogue » entamé entre Pristina et Belgrade (EU-facilitated dialogue). Elle a aussi appelé « toutes les parties à redoubler leurs efforts pour mettre en oeuvre les accords déjà entérinés, à normaliser les relations et améliorer les vies de la population sur le terrain dans le nord du Kosovo » (**).

(Nicolas Gros-Verheyde)

(*) L’identité du Lituanien décédé a, entretemps, été révélée par la mission. Il s’agit de Audrius Šenavičius, âgé de 35 ans

(**) Texte original (anglais) : “I was deeply saddened by the death of the Lithuanian member of EULEX staff in northern Kosovo this morning. I extend my deepest condolences to the family and friends of the victim. I condemn in the strongest possible terms the attack that led to the death of the staff member. The perpetrators must be brought to justice. The European Union is determined to continue its engagement and commitment in Kosovo and will press on with its work in the context of the EU-facilitated dialogue. I appeal to all parties to redouble their efforts to implement the agreements reached, to normalise relations and to improve the lives of the people on the ground in northern Kosovo.”

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.