Pleine capacité opérationnelle pour la mission Eulex au Kosovo

Share

(B2) La mission État de droit « Eulex » au Kosovo est désormais pleinement opérationnelle. Une cérémonie a lieu au quartier général d’Eulex à Pristina pour marquer cet événement, le 6 avril. Soit avec un peu plus de six mois de retard sur le calendrier prévu : les Serbes d’abord, aidés des Russes, les Kosovars ensuite s’étant opposés à l’arrivée des Européens d’Eulex pour prendre le relais de la Mission des Nations-Unies pour le Kosovo (Minuk). La pleine capacité opérationnelle (FOC) signifie que ses effectifs sont au complet ou quasiment (un dernier rerutement est en cours) et qu’elle est active sur toute sa zone d’action. Selon un dernier décompte, plus de 1700 experts internationaux sont à pied d’oeuvre, assistés de 820 agents locaux.

Présente partout même au nord de Mitrovica. Malgré les difficultés du début, les policiers et douaniers européens sont déployés dans tout le Kosovo, y compris au nord de Mitrovica. Les policiers sont répartis dans les 34 postes de police et les six quartiers généraux. Les officiers des douanes européens surveillent ainsi les frontières « Gate 1 » et « Gate 31 » avec la Serbie, un des points les plus délicats de la mission. Car il marque de façon pratique, la coupure entre la Serbie et son ancienne province à majorité albanaise. Il met également fin à une ère de non-droit qui a favorisé les trafics, notamment d’essence. Selon Eulex, ainsi, la contrebande a chuté et les revenus fiscaux ont augmenté. Les magistrats et procureurs d’Eulex ont participé à 80 audiences. Parmi eux un jugement pour crime de guerre, condamnant son auteur à 17 ans de prison. Un procès s’est même tenu à Mitrovica, le premier depuis les incidents violents de mars 2008.

L’identification des disparus, action discrète d’Eulex mais nécessaire. Pour être discrète, la mission d’Eulex sur l’identification des personnes disparues doit être mentionnée. Car elle participe néanmoins du nécessaire travail de mémoire. Eulex a ainsi procédé à 13 exhumations. Et de nouveaux sites où pourraient se trouver les corps de personnes disparues ont été identifiées. Les restes de 23 personnes ont été formellement identifiées et 18 ont été retournées à leurs familles. 151 empreintes ont été remises pour analyse ADN.

(NGV)