Remboursement des soins. L’idée des assureurs: recentrer la Sécu

(B2) Vous cherchiez à comprendre à quoi servait la directive sur le remboursement des soins transfrontières qu’a présenté la Commission européenne en juillet (voir première analyse). Vous avez en partie une réponse désormais…

C’est le président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), Gérard de la Martinière (et ancien président du lobby européen des assurances), qui l’a expliqué doctement à l’issue d’une rencontre avec le gouvernement.  Il faut confier le remboursement des soins d’optique et dentaires aux compagnies d’assurances, laissant la Sécurité sociale se concentrer sur les maladies graves, explique-t-il. Les complémentaires santé « remboursent déjà en grande partie sans avoir leur mot à dire » des blocs comme l’optique ou le dentaire. « Nous avons demandé si le gouvernement est prêt à évoluer dans ce sens, d’ici un ou deux ans, avec transfert réel de responsabilités et liberté de négocier avec les prestataires de santé », a déclaré M. de la Martinière samedi dans une interview au Parisien (rapporté par l’AFP). « Si l’on veut préserver l’acquis de la protection sociale à la française, il faut recentrer la Sécurité sociale sur les vrais enjeux de solidarité nationale (…) La Sécu doit se concentrer sur les maladies les plus graves », a -t-il ajouté précisant qu « un certain nombre de risques assurables » ne nécessitent pas la solidarité nationale…

NB : Gérard de la Martinière était jusqu’à mi juin président du centre européen des assurances, qui regroupe la plupart des acteurs économiques du secteur (le CEA).

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).