Pourquoi les Européens n’arrivent pas à convaincre lors de l’achat d’équipements militaires

(B2) Mois après mois, les résultats tombent. Quand ils ont le choix, certains Européens préfèrent acheter américain plutôt qu’européen. Pourquoi ?

Coastal Ranger Commando en exercice au large de la Norvège (crédit : Mission US à l’OTAN)

Un achat de défense n’est pas uniquement un achat

En matière de défense, un pays n’achète pas seulement un matériel, il répond à une histoire — tradition maritime, terrestre, etc. —, une géopolitique intérieure — neutralité, non aligné, aligné, autonome —, une affirmation de soi — volonté de prouver au peuple, à ses voisins sa puissance —, un contexte géopolitique — proximité ou non d’adversaires ressentis ou réelle —. La volonté d’avoir une autonomie d’équipements, ou non, découle de tous ces facteurs.

La meilleure défense face à un adversaire …

Face à la Russie, nombre de pays européens estiment que la meilleure défense reste les États-Unis. Il ne s’agit donc pas de desserrer les liens qui existent avec les USA, mais de les resserrer. Et le meilleur moyen reste alors les achats d’équipement, qui solidifient de façon claire ce lien euro-atlantique.

La duplicité de l’appel à dépenser plus

C’est toute la duplicité de l’appel à dépenser davantage pour la défense. Appel largement soutenu par les Américains. Au-delà de l’objectif, justifié, de partage du fardeau entre Européens et Américains, la pression a un objectif purement économique : favoriser l’industrie américaine qui est la seule à répondre à la fois aux objectifs industriel (les matériels), opérationnel (l’interopérabilité), économique (le moins disant) et politique.

La panoplie complète des Américains

La fourniture des équipements militaires s’accompagne de la logistique, des armements et de la formation. Un ‘package’ ordinaire pour ce type d’armements. Mais les Américains ont une panoplie beaucoup plus complète, qui va de l’outil de financement à crédit au soutien logistique dans les opérations extérieures, en passant par la présence de troupes ou de matériels dans les pays concernés, destinés à les rassurer face à des voisins inquiétants, un forcing permanent de leurs politiques, sans oublier l’accueil de jeunes ou moins jeunes officiers ou sous-officiers stagiaires dans leurs écoles.

Un effort notable américain de formation

Rien que pour la Roumanie, par exemple, pays qui préside actuellement aux destinées de l’Union européenne, ce sont 700 officiers qui franchissent le seuil d’une des écoles militaires US, des écoles de guerre réputées aux simples écoles de gardes nationaux. Cela forge des réflexes, une culture commune, des camaraderies, une solidarité… et l’habitude d’utiliser certains matériels. Peu étonnant ensuite que chacun soit convaincu dans l’armée roumaine qu’il faille acheter ces équipements.

Une réflexion à engager

Si les Européens veulent un tant soit peu défendre leurs équipements, il va falloir réfléchir sérieusement à se doter de ces cinq outils : les échanges et l’accueil dans les écoles européennes — l’Erasmus militaire prôné dans la fin des années 2000 est un peu tombé dans l’oubli (1) —, le financement croisé, la présence dans les pays (qui ne soit pas dispersée).

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Erasmus militaire, premier bilan à pas comptés

Lire aussi notre dossier N°71. Réfléchir à l’Europe de la défense demain

Au Sofins, le salon de l’armement des forces spéciales françaises

(B2 à Souge) Véritable lieu de rencontre entre opérateurs des forces spéciales et industriels, le Sofins, salon des forces spéciales (1), a les spécificités de sa clientèle : très exigeante, celle-ci ne commande que de petits volumes… Mais la compter dans son carnet de commande est la garantie d’un prestige valorisable pour les fabricants d’équipements militaires. B2 s’est rendu sur place au camp de Souge, près de Bordeaux, en ce début d’avril pour identifier quelques tendances.

Avec un peu plus de 4000 visiteurs attendus, Sofins double presque l’effectif par rapport à l’édition précédente. Surtout, des délégations de plusieurs pays, notamment européens et africains, ont visité les lieux avec parfois des capacités de décision intéressantes.

En quelques clics, les opérateurs du Corvus peuvent produire les pièces manquantes (B2/Romain Mielcarek)

Corvus, drone low cost bricolé maison

Le Corvus (Capteur d’observation et de reconnaissance à voilure ultra légère en soutien des opérations spéciales), un petit drone au style original, passe pour l’une des stars du stand du ministère des Armées. Grâce à l’ingéniosité d’un sous-officier du Commando parachutiste de l’air numéro 10 (CPA 10), son maintien en conditions opérationnelles est réalisable en autonomie pour 90% des pièces. La voilure, toute en polystyrène, peut être reproduite en environ une heure à partir d’une matière première très peu coûteuse. Les pièces mécaniques sont fabriquées avec une imprimante 3D. Le prototype est actuellement testé avec une caméra mais pourrait aussi bien embarquer un relai radio ou un kit de santé. Il est surtout le résultat de l’astuce de la cellule drone de cette unité des forces spéciales qui a mis en place une solution peu onéreuse, pratique, répondant directement au besoin des opérateurs.

Le poste Armin ressemble à un simple portable. (B2 / Romain Mielcarek)

Armin, quand un gros industriel accélère le tempo

Ce projet, porté par la start-up de Thales Armin, est très inspiré d’Auxylium, une solution comparable développée par des militaires pour l’opération Sentinelle (nous vous en avions notamment parlé ici). L’idée de départ est toujours la même : la génération actuelle est tellement habituée à utiliser un téléphone portable qu’elle peine à s’approprier des radios militaires à l’interface parfois rugueuse. Ce poste, qui ressemble à un simple mobile, intègre à la fois les réseaux militaires et civils et peu passer facilement de l’un à l’autre. Il permet à une petite équipe (50 personnes maximum) de communiquer avec une relative sécurité et très rapidement, lors d’un déploiement en urgence par exemple. L’industriel étudie les besoins de différentes unités des forces spéciales, dans les armées et la police, pour des usages assez divers en opérations. Le cycle de vie de ce produit est également intéressant : réalisé à grande vitesse, ce prototype avancé est présenté au bout d’à peine deux ans, contre sept ans en moyenne pour un projet chez cet industriel.

Exemple d’application des produits de Mims & Tech. (B2 / Romain Mielcarek)

Camouflage : des forces spéciales à la création d’entreprise

Autre projet très remarqué sur ce salon, la gamme d’équipements de camouflage développée par la toute petite entreprise Mim&Tech. Fondée par un ancien du 13ème régiment de dragons parachutiste (13ème RDP) qui vient tout juste de quitter le service, elle propose des sortes de bâches semi-rigides, inspirées de matériaux utilisés pour les décors de théâtres, qui permettent de simuler à la fois reliefs et couleurs de l’environnement. Le jeune ancien, et désormais nouvel entrepreneur, dispose d’une véritable expertise : il a passé une partie de sa carrière à la tête de la cellule camouflage de son régiment.

Un mannequin de Medicalem. (B2/Romain Mielcarek)

Medicalem, le cas des nouveaux venus

Petite entreprise de la banlieue parisienne, Medicalem n’a aucune expérience du monde militaire. Elle a été invitée à Sofins pour l’originalité de ses produits. Ces spécialistes de la simulation médicale sont plus habitués aux écoles de chirurgiens et d’infirmiers, auxquelles ils fournissent des mannequins sur lesquels s’entraîner à toutes sortes d’opérations. Celui présenté ici peut, sur commande informatique, imiter différents caractères spécifiques à un blessé : cris, mouvements des yeux, palpitations cardiaques… Le médecin qui s’exerce dessus devra faire son garrot pour stopper une hémorragie ou encore réaliser un massage cardiaque, afin de « sauver » son patient. Un outil réaliste dont Medicalem espère encore augmenter le potentiel grâce à la réalité augmentée qui peut permettre de réaliser un briefing virtuel, dans un hélicoptère ou un bateau par exemple, en amont de l’intervention.

Un Masstech vue de dos, avec son mortier de 81mm. (B2 / Romain Mielcarek)

Masstech, le retour de la chenille

Avec ses petits airs de pick-up, le Masstech T4 est ici décliné dans une version à chenilles. Ce blindé léger, également doté d’un mortier, est actuellement testée par l’armée de terre française. Il remet au goût du jour, sous une forme très originale, l’éternel débat de la chenille face à la roue. La chenille est réputée plus chère à entretenir que la roue, mais elle a un avantage conséquent : une plus grande mobilité et la capacité d’aller sur des terrains particulièrement difficiles. Avec un véhicule comme celui-ci, des forces spéciales pourraient apporter un appui feu important jusque dans des reliefs très hostiles à des véhicules de ce gabarit. Cet engin, directement inspiré d’un modèle de Toyota, est conçu par le Français Technamm.

Le Hawkei de Thales. (B2/Romain Mielcarek)

Hawkei, le français made in Australia

Ce blindé de sept tonnes est visible sur les salons d’armement depuis plusieurs années maintenant. Thales essaie d’ailleurs de le vendre à la Pologne depuis 2014. Il commence aujourd’hui à arriver en Australie, seul pays à l’avoir commandé en 1100 exemplaires… Dans une version non armée. En France, son fabricant Thales aimerait convaincre les forces spéciales de l’intérêt de ce véhicule qui allie de bonnes capacités de franchissement, un blindage correct et un emport conséquent d’armement. Ici, il est présenté dans une version avec un canon du belge FN Herstal téléopéré et un panier de roquettes produit par Thales, identique à celles utilisées par l’hélicoptère de combat Tigre. La spécificité de cet engin ? S’il est produit par un industriel français, il est cependant fabriqué… En Australie. Dans le cas d’un achat par Paris, il s’agirait donc d’une importation d’armement.

L’outil est très intuitif. (B2 / Romain Mielcarek).

Find MP, la caisse à sable 2.0

De nombreux industriels tentent de proposer leurs propres solutions pour la numérisation de l’espace de bataille. Nexter, fabricant de véhicules blindés et, de plus en plus, de robots, présente ici une caisse à sable numérisée. Transportable, elle peut être facilement embarquée dans un véhicule. Outre la capacité de la plateforme à intégrer toutes les unités présentes sur le terrain, à projeter la cartographie en 3D et à planifier l’action, un argument nouveau apparaît de plus en plus souvent : l’industriel annonce une totale interopérabilité avec les produits concurrents.

(Romain Mielcarek)

(1) Special Operations Forces Innovation Network Seminar

Première livraison d’équipements de protection individuelle aux forces du G5 Sahel

(B2) La délégation de l’Union européenne au Mali a effectué, le 26 octobre, la première livraison d’équipements financés par l’UE aux éléments maliens de la force conjointe du G5 Sahel. Objectif : l’opérationnalisation de cette force africaine

Au nom de la délégation de l’UE au Mali, Benoit Cusin remet les premiers casques au général malien Moustapha Drabo (crédit : délégation de l’UE au Mali)

L’Union européenne a en effet livré une première vague de matériel destiné aux forces maliennes qui vont participer à la force du G5 Sahel chargée d’effectuer la stabilisation de la zone. Cette première livraison comportait notamment 300 lots d’équipements de protection individuelle (EPI), comprenant gilets pare-balles, casques, trousses de premiers secours et lunettes de protection. Ils serviront à renforcer la protection des deux bataillons maliens appartenant à la force lors de déploiements sur les théâtres d’opération.

Un pas vers l’opérationnalisation

Une première livraison qui « est un pas important en vue de l’opérationnalisation de la force conjointe » comme l’a souligné l’ambassadeur de l’UE au Mali Alain Holleville. Cette première livraison « sera complétée prochainement par l’arrivée d’autres équipements », accompagnés « d’actions destinées à renforcer la confiance entre les populations et les forces de sécurité ». Au total, ce sont 1050 lots d’équipements de protection individuelle qui seront remis au profit des sept bataillons des différents pays de la force. Précisons que les Européens peuvent livrer toutes sortes de matériels, sauf les armes et munitions.

NB : étaient présents lors de la remise des équipements, côté malien le général de brigade Moustapha Drabo, chef de la direction du Matériel, des Hydrocarbures et du Transport des Armées (DMHTA) du Mali, un représentant de la délégation de l’Union européenne au Mali, Benoit Cusin et le commandant de l’EUTM Mali, le Général de Brigade Enrique Millán.

(Aurélie Pugnet, st.)

Lire aussi :

Vrai/Faux. Quand Charles Michel défend le F-35, ses arguments sont-ils judicieux ?

(B2) Le Premier ministre belge Charles Michel a entendu défendre la position de son gouvernement sur le choix de l’avion américain F-35. Si certains arguments sont intelligibles et doivent être pris au sérieux, d’autres sont (beaucoup) plus discutables

Charles Michel à la RTBF La première face à Rachel Crivellaro s’explique sur le choix du F-35 par la Belgique (crédit : flux RTBF – sélection B2)

Dans cette affaire, énormément commentée, entre les cris d’orfraie de certains commentateurs qui se découvrent des âmes de militant européen uniquement parce qu’un produit français a été refusé à l’export, l’épais tissu de fumée, dressé à coups d’une grille d’arguments par les officiels belges et la guérilla politique qui fait se confronter majorité et opposition, il est difficile d’y voir clair. B2 a passé les déclarations du Premier ministre faites vendredi dernier sur la RTBF au tamis du ‘vrai-faux’.

La trahison de l’Europe de la Défense. Dire que la Belgique a trahi l’Europe est « ridicule. »

La Belgique achète aussi européen. « Nous choisissons d’autres matériels européens ».

  • Exact. Le choix d’autres matériels européens par la Belgique est la réalité. S’il est un pays qui a souvent fait le choix d’un matériel européen (et non uniquement national), c’est bien la Belgique. Cela a été le cas pour l’avion de transport terrestre Airbus A400M ou les futurs ravitailleurs A330 MRTT, les chasseurs de mines ou les frégates de la marine (achetés en commun avec les Néerlandais) ou les matériels terrestres (allemands ou français qui équipent l’armée belge). Maintenant l’achat d’un avion de chasse est à la fois plus structurant en termes économiques (montant investi) et plus significatif en termes stratégiques que d’autres achats.

Partenariat terrestre. « Le partenariat européen est très développé dans le cadre du matériel roulant (NB : terrestre), il le sera dans le cadre de la marine. Ce matériel roulant extrêmement performant sera le point de départ d’une industrie européenne qui aura un impact majeur pour l’Europe de la Défense. »

  • Exact. La Belgique a passé un méga contrat de fourniture de matériel terrestre (1,6 milliard d’euros) à la France, un contrat qui ne consiste pas juste à acheter du matériel, mais concerne également la maintenance, l’organisation, la gestion des équipements. On se dirige ainsi vers une ‘vraie’ imbrication techno-politique de part et d’autre de Quiévrain qui facilitera sans nul doute l’engagement en commun.

Un pas en avant pour l’Europe de la défense. « Trente pour cent des composants fabriqués en Europe c’est un pas en avant vers une Europe de la défense. »

  • Faux. Totalement Faux. Cette réponse est très illustrative d’une volonté de mélange des genres. Ce n’est pas parce qu’un avion fabriqué à l’étranger produit certaines retombées dans un ou deux pays européens, que c’est un pas pour l’Europe de la défense. C’est le contraire même. Le principe de l’Europe de la défense est, en effet, de maitriser le processus de production et le contrôle des équipements militaires. Ce n’est pas le cas avec le F-35 qui dépend du rythme de production américain, reste soumis aux décisions US que ce soit pour les futures mises à jour et même l’utilisation de certaines armes. Avec ce genre d’arguments, il n’y aurait non seulement pas d’Europe de la défense, mais pas d’Europe tout court. Il n’y aurait plus d’industrie européenne propre mais juste des sous traitants. Il vaudrait mieux ainsi acheter un Boeing 747 qu’un Airbus A400M, ou acheter qu’un Airbus A300, ou utiliser le GPS Us que le Galileo européen. C’est du grand n’importe quoi.

La pression US. « En aucun cas, il y a une pression (américaine) à laquelle nous aurions cédé ».

  • Un gros doute. Il y a eu une réelle pression américaine, exprimée à plusieurs reprises, à plusieurs niveaux. De manière subliminale par Donald Trump, de façon très claire par Jim Mattis, le secrétaire à la Défense, qui a adressé une lettre en ce sens à son homologue belge, sans oublier les démarches plus discrètes mais efficaces, ou les rappels à ses obligations du pays qui héberge l’Alliance atlantique. Sans oublier les différents lobbyings engagés à la fois par le constructeur et l’ambassadeur US. Mais chaque concurrent a engagé un tel lobbying. Il est un fait : le lobbying américain a été le plus efficace. Dire que la Belgique n’a pas cédé est donc faux, puisque finalement elle s’est rangé à cet avis. En 2003, les pressions américains sur la Belgique étaient sans doute au moins aussi fortes pour qu’elle se range dans le camp des pays interventionnistes en Irak. La Belgique dirigée alors par un libéral également (Guy Verhofstadt) et n’avait, là, pas cédé.

Un choix d’autres pays. « La plupart des pays européens au sein de l’OTAN ont choisi le F-35. La décision belge n’est pas extravagante. Ce qui permet d’être interopérable. »

  • Exact. La décision belge ne parait pas solitaire, mais elle n’est cependant pas tout à fait comparable à celle des autres pays. Certains pays (Royaume-Uni, Italie, Danemark) ont participé au développement de l’appareil. D’autres (Norvège, Danemark) ne participent pas au projet ‘Défense’ de l’Union européenne. Lire aussi : Avions de chasse. Les Européens adorent acheter américain. Pourquoi ?

La participation à l’avion du futur européen. « Nous pouvons le faire. 360 millions d’euros sont réservés précisément pour permettre à la Belgique de participer à l’avion du futur. Et nous souhaitons avoir plus d’information sur cet avion du futur »

  • A voir. Reste à savoir si tout d’abord les Français et les Allemands seront d’accord pour une participation des Belges a minima. Alors que ceux-ci n’auront plus de possibilité d’achats, étant ‘rincés’ par l’achat du F-35. Il faut définir ensuite si cette somme est suffisante pour faire la différence. A priori non. Cela ressemble donc davantage à un dégagement en touche.

La procédure. « La procédure a été transparente comme jamais en matière d’achats militaires dans l’histoire de ce pays [..] Par le passé, notre pays a été confronté à des scandales de corruption en matière d’achats militaires. »

  • Très exact. Le Premier ministre touche, là, un point sensible quand on connait les antécédents de Dassault dans l’affaire Agusta Dassault qui a marqué la vie politique belge. La modernisation des F-16 par l’industriel français à la fin des années 1990 donne lieu à une solide affaire de corruption, touchant principalement les socialistes et entraînant des démissions en cascade, dont le secrétaire général de l’OTAN de l’époque, Willy Claes ! NB : on peut noter que certains pays (France) quand il s’est agi de renouveler leur flotte aérienne ou maritime n’ont pas procédé à des appels d’offre. Ce qui n’est pas obligatoire, en matière d’équipements stratégiques.

Le meilleur rapport qualité prix. « Le F-35 apparaît comme le meilleur rapport qualité-prix. L’offre de F-35 était la plus intéressante. »

  • A voir. Tout dépend ce qu’on entend par qualité et par prix. Il est vrai que le Rafale actuel comme l’Eurofighter sont des avions qui ont été conçus à une autre époque et ne sont pas de la même génération que le F-35. Même avec un rabais, le prix conséquent du F-35 tout comme des performances qui restent encore à démontrer pour un avion qui n’a pas encore été éprouvé restent à prouver.

Pas de prix du Rafale. « J’aurais été ravi que les Français introduisent une offre, mais à ce jour je ne sais toujours pas quel est le prix de l’avion français. Quand j’achète une voiture, avant de signer le bon de commande, je veux savoir quel est le prix. »

  • Un problème si c’est le cas. J’ai demandé confirmation auprès des Français. La réponse tarde…

Pas de participation des Français à la procédure. « Les Français n’ont pas fait d’offre dans le cadre de cette procédure transparente, il y a eu une proposition mais qui ne correspondait pas aux critères de notre demande. »

  • La stricte réalité. Le choix français de se retirer de l’appel d’offres au dernier moment, tout en maintenant une offre est difficilement compréhensible. Soit on ne participait pas à l’appel d’offres et on présentait une autre offre. Soit on s’en retirait mais pas au dernier moment (comme l’ont fait Boeing avec le F-18, Saab avec le Gripen)

La Belgique, mauvais élève de l’OTAN. « La Belgique n’est pas un bon élève en matière de défense, on est même l’avant-dernier au sein de l’OTAN. Même avec les investissements décidés jeudi, probablement, on ne sera pas dans la moyenne des pays européens présents au sein de l’OTAN. »

  • Très exact. Ce schéma l’illustre amplement. La Belgique est un des plus mauvais élèves à la fois en termes de dépenses et en termes d’équipement. Seul le Luxembourg (mais avec une autre situation géographique) est derrière.

Les dés étaient-ils pipés ? « Les parlementaires de l’opposition ont été jusqu’à dire que les dés étaient pipés, je les mets au défi d’aller présenter un dossier chez le procureur du Roi. C’est très grave de tenir de tels propos, c’est de la diffamation. »

  • Un propos (très) discutable. Les parlementaires n’ont pas été les seuls à dire que les dés étaient pipés. Les deux industriels (Boeing et Saab) qui ont jeté l’éponge très vite l’ont dit de façon plus ou moins directe. « Nous regrettons qu’après avoir examiné la demande, nous ne voyions pas l’opportunité de concourir avec des règles du jeu véritablement équitables avec le Super Hornet F/A-18 » avait notamment indiqué le groupe américain en avril 2017 (2). L’industriel Dassault affirme aussi n’être « pas surpris par cette décision du gouvernement belge dont la préférence de certains acteurs pour le F-35 est manifeste depuis longtemps ».
  • Ensuite il peut y avoir une ‘orientation’ d’un appel d’offres envers une offre qui le favorise sans nécessairement avoir un acte répréhensible au plan pénal (digne du procureur).
  • Quant à la diffamation, qui est enfermée dans de strictes conditions, je ne suis pas sûr qu’elle soit applicable à des propos émanant de députés dans le cadre d’un débat politique qui doit garantir que la parole est libre.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) On peut noter l’engagement n°16 de la PESCO qui prévoit de « examiner en priorité une approche collaborative européenne afin de combler les lacunes capacitaires identifiées à l’échelon national et, en règle générale, ne recourir à une approche exclusivement nationale qu’après avoir mené un tel examen. »

(2) Voir notamment sur la RTBF

Avions de chasse. Les Européens adorent acheter américain. Pourquoi ?

(B2) Quand on regarde l’équipement des Européens, en avions de chasse ou de combat, on remarque une constante. Les pays européens préfèrent acheter américain qu’européen. Mais à y regarder de près, on voit aussi que ceux qui proclament haut et fort qu’ils sont tenants de l’Europe de la défense ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Ce papier a fait l’objet d’une chronique dans l’excellente émission ‘La Faute à l’Europe‘, de FranceTvInfo, animée par mes confrères Yann Antony-Noguès, Kattalin Landaburu, Jean Quatremer et préparée par Hughes Beaudouin.

Combien de pays ne volent pas avec du matériel américain ?

Cela se compte sur les doigts d’une main et un doigt. Seuls six pays ne volent pas américains (en bleu et en vert sur la carte) : France, Allemagne, Suède, Rép. Tchèque, Autriche, Hongrie. Parmi ces pays, il faut distinguer la Suède (Gripen) et la France (Rafale) qui s’équipent uniquement en national  (en vert sur la carte), et l’Allemagne qui vole avec du matériel européen (Eurofigther) certes mais fabriqué sur son sol. Tandis que l’Autriche, la Hongrie et la Tchéquie volent avec du matériel acheté chez un de leurs voisins. Le premier en Eurofighter, les deux autres en matériel suédois.

Certains pays pratiquent-ils un équipement mixte ?

Oui. Le panachage est un procédé typique de plusieurs pays (en jaune sur la carte). C’est le cas de tous les pays du Sud de l’Europe — l’Ejército del aire espagnole, l’Aeronautica italienne, l’Hellenic Air Force —, qui ont jusqu’ici pris grand soin d’avoir au moins deux modèles dans leur flotte aérienne : l’un de fabrication UE, l’autre de fabrication US. A une exception notable près : le Portugal. C’est aussi le cas… du Royaume-Uni.

… le Royaume-Uni aussi ?

Qui l’eut cru ! Ce pays très attaché au lien transatlantique prend bien soin d’équilibrer ses achats entre le made in USA et le made in Europa. Une tradition de la Royal Air Force. Les Britanniques — à la différence des Français — préfèrent fabriquer en multinational que fabriquer en solo. Cela a été le cas du Tornado (un avion fabriqué avec l’Allemagne et l’Italie) puis de l’Eurofighter (renommé Typhoon outre-Manche). Hors de l’aviation de chasse, c’est aussi le cas de l’Airbus A400M. Un pragmatisme qui a un fondement très industriel. Une partie de ces avions (européens) sont fabriqués dans les usines britanniques.

Y-a-t-il des tendances géopolitiques dans l’équipement exclusif made in USA ?

Clairement. Les pays qui ont une frontière avec la Russie s’équipent exclusivement en matériel américain (en orange sur la carte), en général avec du F-16 (fabriqués par General Dynamics, aujourd’hui repris par Lockheed Martin). Il ne s’agit pas alors seulement de performances de l’appareil mais aussi d’avoir une ‘assurance-vie’ américaine… et de bénéficier à moindre prix d’une flotte d’appareils. Ceux-ci étant souvent amortis ou d’occasions.

… et d’autres raisons plus idéologiques ?

Les pays du nord de l’Europe (Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique) sont aussi équipés en matériel américain. Il s’agit là d’une solidarité euro-atlantique plutôt que d’une solidarité européenne. Assez atypique par rapport à ses voisins, le Portugal a également acheté du matériel américain, pour des raisons idéologiques (et des raisons politiques très personnelles). Hors de l’Union européenne, même la neutre Suisse vole US : avec des F/A 18 Hornet fabriqués par Boeing (1). Décidément, en matière d’équipement d’avions de chasse… ceux qui se prétendent très Européens ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Dans ce panorama, comment se situent les Français ?

La France est totalement isolée. Son aviation de chasse est équipée uniquement de matériel national (2). Mais, à la différence de la Suède, autre producteur national, et du précédent du Mirage, Dassault n’a pas réussi à exporter son Rafale (avion pourtant excellent) dans d’autres pays en Europe. Certes, deux pays figurent aujourd’hui dans la lunette de tir de Paris : la Belgique et la Suisse. Cela nécessitera cependant un sacré effort pour convaincre ces deux pays, francophones, de s’équiper ‘français’. Dans le futur, le Rafale pourrait être ainsi le dernier avion à être produit en ‘national’. L’avion du futur (habité ou non = drone) devra l’être avec un autre pays (Royaume-Uni ou/et Allemagne). Une raison davantage économique que politique. La France ne peut plus suivre en solo.

 

© B2 – Bruxelles2

Quel est l’avantage comparatif du matériel américain ?

On ne peut pas vraiment en vouloir à un pays de choisir un modèle éprouvé, compétent, suffisant pour les besoins nationaux et qui procure un rapport qualité / prix très convenable, voire largement supérieur au prix d’un avion européen. Le F-16 a été produit en grand nombre : environ 4500 exemplaires. Ce qui permet des économies d’échelle. La moitié a été achetée par l’US Air Force, la moitié à l’export. Pour un avion Eurofighter, Rafale ou JAS 39 neuf, vous pouvez vous payer environ quatre F-16 d’occasion.

Outre les raisons politiques, acheter US est-il efficace ?

Oui. Il faut le reconnaitre. L’avantage d’acheter US, c’est appartenir à un club mondial. Le club des pays équipés du F-16 se réunit d’ailleurs régulièrement pour échanger ou demander des modifications. Et quand on interroge des pilotes équipés de ce type d’avions, la liste des avantages est longue. On « bénéficie de l’expérience des autres » m’expliquait ainsi un officier. « Il y a une mise à jour constante des avions ». Le « F-16 d’aujourd’hui ne ressemble ainsi plus du tout au F-16 acheté à l’époque ». En déplacement ou en opération, autre atout, il est toujours possible de trouver un voisin qui a une pièce de rechange ou un mécano capable de vous donner un coup de main. Très appréciable. Et, puis, il ne faut pas le nier. L’aura de l’Amérique joue. Le plaisir de côtoyer de près les pilotes américains, d’aller s’entraîner en Arizona que dans la plaine du Pô ou au-dessus de l’Auvergne 😉

La tendance pourrait-elle s’inverser ?

Pour l’instant, aucun signe ne le montre. Les derniers pays qui viennent de s’équiper (Roumanie, Croatie, Slovaquie) l’ont fait avec du F-16. Et les Bulgares devraient suivre ce chemin. Les Autrichiens ont remis en cause leur équipement avec l’Eurofighter d’Airbus.

L’accusation américaine du protectionnisme européen est-elle valable ?

Non. C’est un pur mensonge… ou alors cela se révèle d’une incompétence notoire. L’arrivée de l’avion américain de nouvelle génération F-35 (fabriqué par Lockheed Martin) dans la flotte de plusieurs États va siphonner tous les budgets pour de longues années. Il est assez coûteux, son prix réel toujours très incertain. Mais, surtout, l’équipement en avion de chasse est un investissement lourd. Le renouvellement n’intervient que tous les 20 ans (au mieux si achat d’occasion) à 40 ans (si achat en neuf). Autant dire que les acquisitions prévues aujourd’hui vont plomber l’industrie européenne jusqu’à 2060 !

Les Américains sont-ils seuls en cause ?

Non. Accuser les Américains d’être trop puissants, c’est surtout mettre le doigt sur un problème typiquement européen : la dispersion. L’industrie aéronautique européenne est éclatée entre trois constructeurs (Airbus, Dassault, Saab). Ce qui l’empêche d’avoir un modèle unique (quitte à ce qu’il soit décliné en plusieurs versions) et donc des économies d’échelle. Quand il s’agit de choisir un nouvel avion, les petits egos nationaux, tout comme les différences de portée stratégique, empêchent de s’unir.

Pourquoi ne pas s’équiper comme certains le font avec des modèles fabriqués dans différents pays ?

Ce type d’équipement mixte est réservé à des pays qui disposent de certains moyens et d’une certaine flotte. Car il coûte cher. La tendance, aujourd’hui, est plutôt désormais de s’équiper avec un seul modèle ou au moins avec un seul fabricant. Il faut le reconnaître aussi : l’utilité opérationnelle d’un avion (ses qualités requises) diffèrent grandement selon les pays. La plupart des pays (de la Finlande au Portugal, en passant par l’Allemagne ou la Belgique) ont surtout besoin d’une surveillance de leur sol, et éventuellement d’une participation à la police du ciel internationale (en opération multinationale ou sous couvert de l’OTAN). Alors que la France ou la Grande-Bretagne entendent garder une capacité d’intervention offensive.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Après avoir annulé un premier appel d’offres (suite à une votation populaire hostile), la Suisse a mis en concurrence, pour le renouvellement de sa flotte, cinq avions : le Gripen suédois, l’Eurofighter européen, le Rafale français, le F-18 Super Hornet et le  F-35 américains.

(2) Un mono-équipement qui ne concerne que l’aviation avec pilote (dite ‘habitée’). Pour les avions sans pilote (drones), la France est obligée de recourir à des matériels américains, faute d’avoir développé à temps ce type de matériel.

L’armée européenne : une fausse bonne idée (Guy Buchsenschmidt)

(B2) L’ancien commandant de l’Eurocorps, le général belge Guy Buchsenschmidt aujourd’hui à la retraite ne mâche pas ses mots sur les projets d’armée européenne.

Cette terminologie évoquée régulièrement, plus ou moins ouvertement, par des responsables européens, tels Jean-Claude Juncker (le président de la Commission européenne) ou des hommes politiques aussi différents que des Allemands, des Italiens ou des Tchèques, reste souvent théorique, sans s’attarder sur les conséquences pratiques, politiques, techniques qu’une telle idée supposerait pour arriver à sa mise en œuvre. Le général belge relève, un par un, les obstacles qui se dressent comme autant d’embûches sur ce chemin qui parait illusoire.

Une standardisation qui relève de la fiction

La mise sur pied d’une armée regroupant les moyens militaires disparates de 27 nations, supposerait un niveau de standardisation qui relève de la fiction. A l’époque où je commandais le Corps de réaction rapide européen (Eurocorps), soit de juin 2013 à juin 2015, on m’a souvent demandé si je cautionnais l’idée d’une « armée européenne ». N’en déplaise à M. Junker, ma réponse était (et reste) invariable : une défense européenne, oui ; une armée européenne, non.

Des moyens militaires très disparates

Pourquoi ? Très simplement, parce que la mise sur pied d’une telle armée, regroupant les moyens militaires très disparates de 27 nations, supposerait un niveau de standardisation qui relève de la fiction. Mieux : c’est du ‘wishful thinking’. C’est pourtant une idée ancienne, portée sur les fonts baptismaux par le chancelier Kohl et le président Mitterrand, avec la création, dans un premier temps, de la Brigade franco-allemande, puis de l’Eurocorps. Une ‘success story’ qui a malheureusement fait long feu, même si l’Eurocorps aligne un palmarès impressionnant en matière d’opérations extérieures.

Du chemin à faire pour parler une même langue, au propre et au figuré

L’anglais pour tous les soldats ? Certaines fonctions du leadership et du management militaire sont certes relativement aisées à standardiser. Il en va par exemple de l’utilisation de l’anglais comme langue de travail – le français, deuxième langue officielle de l’Otan est en « décrochage » -, à tout le moins à partir d’un certain échelon, car au niveau du soldat, il reste du chemin à faire. Il en est de même pour les procédures d’état-major, dès lors qu’elles reposent sur des standards otaniens ou européens. N’importe quel officier issu d’une école de guerre (ou institut supérieur de défense) occidental(e) connaît les grandes lignes de ces procédures.

Avec quels équipements ?

En revanche, il n’en est pas de même pour les matériels, au sens large. Peut-on imaginer que l’Armée de l’air française mette ses « Rafale » au rebut, pour leur préférer le F-35 américain ? Peut-on penser un seul instant que les Forces armées italiennes se permettent le luxe de bouder Iveco ? Est-il concevable que les Forces armées belges privilégient en matière d’armement léger une firme américaine, au détriment de la Fabrique nationale (FN) d’armes de Herstal ? Certes non.

Des emblèmes toujours très nationaux

On pourrait objecter que les personnels de l’Eurocorps portent tous, sans distinction de nationalité ou de grade, le même béret bleu foncé, frappé de l’emblème représentatif de ce quartier-général. En effet. Mais ce fut un combat de longue haleine tant certains particularismes étaient exacerbés. On pourrait également user de l’argument selon lequel en dépit d’un « parc » de moyens de commandement et d’information pour le moins bigarré, le quartier-général de l’Eurocorps tourne comme une horloge suisse, tant en opérations qu’en exercices. Oui, mais au prix de quels efforts…

Un autre exemple, à la limite de l’anecdote : il est totalement illusoire de songer à « uniformiser » les tenues et les équipements individuels. D’une part, ce serait une gabegie impardonnable et d’autre part, une fois encore, les particularismes nationaux (port des badges, des insignes d’unités, des distinctions honorifiques…) rendraient cette idée irrémédiablement caduque.

La question de la carrière

D’autres obstacles se dressent devant la création d’une armée européenne, car les nations refusent catégoriquement – et on les comprend – d’abandonner leur souveraineté dans un large éventail de domaines. C’est notamment le cas des ressources humaines, avec tout ce que cela implique : trajectoires de carrière, politique de rotation et de formation, promotions, affectations, discipline, etc. En matière de santé, le sacro-saint secret médical ne facilite pas – c’est un euphémisme – la constitution d’unités médicales multinationales.

La question de la vie privée

Certaines nations – dont l’Allemagne – sont extrêmement chatouilleuses (pour ne pas dire paranoïaques) sur les questions de protection de la vie privée, ceci expliquant cela. Le domaine « légal » est lui aussi très sensible : à titre d’exemple, tous les pays de l’Union européenne n’ont pas la même perception de la notion de « légitime défense ». En matière de renseignement, la création d’un climat de confiance, pierre angulaire d’une coopération renforcée, constitue encore et toujours un défi majeur.

La présence de syndicats… ou non

Autre obstacle : la défense des intérêts du travailleur, par le biais de syndicats. Inconcevable pour certains pays européens. Un dernier exemple : dans le meilleur des mondes, on peut imaginer qu’au sein d’une armée européenne, les soldes seraient standardisées. Pure fiction…

Une armée européenne, non… une défense européenne, oui

En résumé, soyons clairs : dans les circonstances actuelles, la mise sur pied d’une armée européenne est « une fausse bonne idée ». En revanche, une « Défense européenne » est possible, à condition que l’ensemble des nations de l’Union y adhèrent sans arrière-pensée et acceptent de céder certains pans de leur souveraineté. Mais c’est là un autre débat…

(Guy Buchsenschmidt)

Général en retraite, vice-président de la Société européenne de défense et ancien commandant de l’Eurocorps (2013-2015) après en avoir été le chef d’état-major (2011-2013). Officier de la cavalerie blindée, il a commandé l’escadron A du 3e régiments de lanciers, et le 1er régiment de Lanciers, et a été commandant adjoint de la Composante Terre de l’armée belge. Chef d’état de la 7e Brigade mécanisée, il est déployé à l’état-major de la Brigade multinationale Nord (1999-2000) ayant sous sa responsabilité la zone Nord du Kosovo (Mitrovica), où vit la minorité serbe du Kosovo.

Publié une première fois dans le quotidien La Libre Belgique (et reproduit avec son autorisation) Chapô, titres et intertitres sont de la rédaction

Le mythe des 2%

(B2) C’est la dernière antienne à la mode. Il faut que les dépenses de défense (publiques) soient à la hauteur de 2% du produit intérieur brut.

Cet objectif a été fixé au niveau de l’Alliance atlantique, rappelé régulièrement à tous les sommets (Pays de Galles septembre 2014, Varsovie juillet 2016). James Mattis, le nouveau secrétaire d’État à la Défense, l’a encore rappelé lors de sa venue à l’OTAN : le contribuable américain ne doit pas payer pour le contribuable européen… Chaque pays doit faire des progrès « immédiats et réguliers » vers cet objectif.

Une réalité ou une illusion

2% c’est un chiffre mythique… Il est un peu à la défense ce qu’est le « 3% de déficit » du pacte de stabilité à l’économie : une ligne de crête mais aussi une certaine illusion. C’est le gage, selon ses promoteurs, d’une défense efficace. On peut en douter. L’augmentation des dépenses de défense n’est un gage ni de qualité ni d’efficacité ni de disponibilité ni de volonté d’engagement. Les années précédentes de l’histoire européenne l’ont prouvé. Et on peut le constater encore aujourd’hui en se livrant à quelques essais comparatifs.

Efficace à 1% et inefficace à 2% ?

Le taux de dépenses ne signifie pas l’efficience militaire. La Grèce dépense 2,38% de son budget à la défense tandis qu’à l’autre bout de l’échelle, le Luxembourg dépense 0,44% de son PIB pour la défense. On ne peut pas dire que la première soit vraiment engagée sur le plan extérieur… Autre exemple : la Pologne consacre 2% de son budget à la défense tandis que la France engage 1,78% (1). A l’aune de la sécurité européenne, et des menaces internationales, la défense polonaise n’a pas encore vraiment démontré un engagement dynamique à l’inverse de l’armée française. On peut regarder aussi la Bulgarie ou le Portugal — qui consacrent 1,35% de leur PIB à la défense — alors que le Danemark qui y consacre 1,17%. Là encore, l’efficacité militaire est sans doute inversée (chiffres OTAN, prévisions pour 2016).

Un chiffre très partiel

Ce chiffre de 2% est donc loin d’être la panacée. Car il n’est qu’un pourcentage et n’a qu’une valeur très limitée. Il faudrait aussi examiner le ratio investissement/équipements sur le ratio personnel, le ration de dépenses de recherche, l’engagement en opération extérieure ou au niveau solidaire… et la réalité sur le terrain comme la volonté politique. Ce qui est autrement plus difficile à quantifier et oblige à dire certaines vérités. Ce chiffre dépend aussi du volume et de la croissance économique. Ainsi le passage à 2% du PIB de l’Allemagne par exemple signifierait un engagement autrement conséquent et donnerait à Berlin un poids dominant dans l’engagement militaire européen dans l’Alliance, en valeur absolue (lire : Consacrer 2% du Pib à la défense ? Combien va coûter ce nouveau Graal ?).

Les Européens en recherche d’efficacité

Pour être plus efficaces, les États européens ont surtout besoin de mieux se coordonner dans le cadre de leurs investissements de défense. Certaines lacunes persistantes (hélicoptères, renseignements, technique géospatiale) ne sont toujours pas vraiment comblées. Chacun songe déjà à racheter des équipements — somme toute semblables (chars, véhicules blindés, avions de chasse) — qui ont leur utilité sans doute mais qui n’ont plus le monopole de l’action sur le terrain — les robots et drones faisant leur apparition —. Les duplications sont de règle.

Peu d’ambitions sur le futur

Les budgets européens de défense sont toujours frappés par une (très) petite part consacrée à la recherche & développement / technologie (R&D, R&T). Ce qui empêche toute projection vers le futur. En sachant qu’un équipement acheté aujourd’hui est valable pour au minimum 20 ans (voire 30, 40 ou 50 ans), on a ainsi la valeur des échecs possibles. Tandis que l’absence de coordination entre les différents pays, la dispersion des armées, la fragmentation de l’industrie européenne et l’absence de volonté et d’incitants pour la développer (2), demeurent des principes inscrits dans le marbre, donnant ainsi une double faiblesse aux budgets européens : peu importants en volume et peu coordonnés.

Le panier percé des 2%…

Sans résoudre ces points, le respect des 2% apparaît comme remplir un panier percé… ou est juste bon pour permettre aux industriels américains d’écouler leurs surplus sur le Vieux continent et d’amortir ainsi leurs frais.

… au profit de qui ?

L’antienne, répétée à longueur de mois, par les responsables divers de l’Alliance et américains, est, certes, louable — obliger à un effort, nécessaire, supplémentaire pour la défense — mais il recèle aussi un objectif sous-jacent. Dépenser davantage et très vite = acheter ce qui est disponible sur le marché, avec un bon rapport qualité/prix, testé sur le terrain, garanti et… compatible avec les autres = acheter américain. CQFD. America first… Ou comme l’explique l’eurodéputé Arnaud Danjean (3) : « Si ce qu’on nous demande, c’est de signer plus de contrats avec l’industrie américaine, qu’on nous le dise… ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Le pourcentage calculé à l’OTAN inclut normalement les pensions (retraites),  sauf dans certaines pays, Bulgarie par exemple. Il peut donc différer de celui mentionné ailleurs. Le poids de ces retraites n’est pas négligeable : en France, il représentait en 2016 (avec les sommes versées aux anciens combattants), environ un quart du budget : 10,33 milliards € sur un budget total du ministère de 42,63 milliards €.

(2) La plupart des États européens n’ont pas instauré une préférence européenne qui reste taboue. A défaut d’une préférence nationale — toujours recherchée dans l’attribution des marchés —, ils préfèrent passer directement à la préférence américaine. La décision française d’achat des Famas est, en soi, un contre-exemple à cette tendance.

(3) dans un entretien à B2 à paraitre prochainement

Des équipements pour la police palestinienne

(B2) La mission de soutien à la police palestinienne (EUPOL COPPS) a remis lundi (7 décembre), divers équipements à la police civile palestinienne : 474 vestes d’hiver haute visibilité, gilets de sécurité et panneaux d’arrêt du trafic. L’objectif de ces équipements est « d’améliorer encore la police de la circulation et de sensibiliser le public à la sécurité routière » indique un communiqué de la mission. La mission a également livré des dizaines de mégaphones, d’oreillettes et des torches pour aider le police à améliorer l’équipement existant. Ces livraisons font partie du soutien de l’UE au PCP afin de renforcer leurs capacités en matière de maintien de la sécurité sur les routes.

Je veux bien acheter US. Mais chut !

(BRUXELLES2) La Commission européenne a approuvé, hier, un rapport intitulé « une nouvelle donne pour la défense européenne ». Objectif, selon les termes même de la Commission : « renforcer le marché unique de la défense, promouvoir une industrie de la défense plus compétitive » et plus généralement favoriser la politique de sécurité et défense commune. Etonnamment, aucun mot de l’accord en préparation – accord dit ACSA – avec les Etats-Unis visant à fournir certains matériels ou équipements (que les lecteurs de B2 connaissent déjà. Lire : Un accord militaire avec Oncle Sam).

Interrogée par mes soins, lors du briefing de midi, la porte-parole de la Commission a d’ailleurs confirmé que ce sujet n’a pas été ni discuté ni évoqué lors de la réunion des commissaires européens. Et pour en savoir plus, inutile d’insister. La seule réponse détaillée est : « Nous te répondrons de façon bilatérale ». En gros, nous te répondrons mais autour d’un café, histoire d’éviter de faire une réponse publique.

Tout faire, mais ne rien dire

Le sujet est, en effet, délicat. L’exécutif européen – plus exactement la vice-présidente de la Commission chargée des relations extérieures – a tenu soigneusement à l’écart non seulement le Parlement européen mais également les Etats membres (du moins au niveau ministériel, et même des ambassadeurs). Ce sujet étant négocié uniquement dans des enceintes « techniques », loin des curieux.

Une position de discrétion totalement incompréhensible. Nous ne sommes pas, ici, dans le secret défense, mais dans un accord de fourniture. L’équivalent pour le militaire, d’une certaine façon, de l’accord de libre échange au niveau civil TTIP (même si les objectifs et moyens ne sont pas comparables). Ce type d’accord mériterait, tout au moins, un minimum d’information.

Washington communique, Bruxelles se terre

Position d’autant plus incompréhensible que les Américains ne se cachent pas de cet accord. Le Pentagone a ainsi rendu public en quelques mots, lors du dernier sommet UE-US, le lancement des négociations.

« The United States and EU have launched negotiations on an Acquisition and Cross-Servicing Agreement to provide a mechanism that could facilitate cooperation on logistical support.  »

Commentaire : l’Europe n’a rien à gagner à adopter la position de l’autruche – ne pas voir, ne rien dire, ne rien savoir. Cet accord peut être bénéfique aux opérations de maintien de la paix ou aux autres actions européennes. Encore faut-il que ce sujet soit connu et débattu dans les enceintes prévues pour cela (Conseil des ministres et/ou Parlement européen. C’est le prix de la démocratie.