Malmstrom@E140711

Malmström fait marche arrière

Malmstrom@E140711(BRUXELLES2) Interrogé lors de la présentation du rapport sur l’immigration et les stéréotypes, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström s’est exprimée sur l’opération sur la Libye et l’opération Frontex.

Plus de coopération avec la Libye

« Il est clair qu’avec les États membres et l’Union européenne, nous voulons renforcer les relations avec le pays car le pays traverse une situation difficile. S’il y a une conférence sur l’immigration à l’automne, je pense que c’est une bonne idée, nous allons étudier ces conclusions plus en détails pour voir comment nous pouvons renforcer la coopération avec la Libye ».

L’opération ne peut-être la solution 

La commissaire rappelle que « Frontex est une petite agence pour coordonner les opérations en Méditerranée. C’est une petite agence avec un petit budget. Du reste, son rôle s’est déjà épaissi. Mais ne pourra pas absorber Mare Nostrum ».

Vers un Frontex plus ? 

La commissaire Malmstrom en appelle aux Etats : « Si les Etats veulent une opération européenne, ils devront mettre la main à la pâte. Nous sommes en contact très régulier, quasi-quotidien, avec nos interlocuteurs italiens, maltais, pour connaître de quoi ils ont besoin en termes de navires, d’équipages et de ressources. Et dès que nous aurons plus d’informations, une idée, l’Italie et d’autres pays comme Malte, on sonnera à la porte d’autres Etats membres ».

Hommage aux morts de Lampedusa - 9 octobre 2013 (crédit : Commission européenne)

Nouveau drame de migration. Malmstrom et le HCR réagissent

Hommage aux morts de Lampedusa - 9 octobre 2013 (crédit : Commission européenne)

Hommage aux morts de Lampedusa, auxquels assistaient C. Malmström et JM Barroso, le 9 octobre 2013 (crédit : Commission européenne)

(BRUXELLES2) La commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström a réagi après l’annonce d’un nouveau naufrage de bateaux de migrants au large de Lampedusa. Elle revenait juste d’Italie où elle avait rendu hommage aux victimes du naufrage du 3 octobre (naufrage qui a fait plus de 300 morts ; 400 naufragés ayant été secourus).

Une nécessité : renforcer Frontex

« Ce nouvel et terrible évènement (comme celui de) Lampedusa nous appellent à agir de façon plus forte et démontrent l’urgence d’une vaste opération de Frontex de recherche et sauvetage en Méditerranée, de Chypre à l’Espagne, pour mieux détecter et assister les navires en détresse » a affirmé la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures appelant, une nouvelle fois « Tous les Etats membres de l’UE à allouer rapidement les ressources disponibles à Frontex pour définir les détails d’une telle opération »

Les mots restent vides s’ils ne sont pas suivis d’actions

Cecilia Malmström a eu des mots assez durs pour les « larmes de crocodile » et apitoiements non suivis d’effet. « Dans la foulée de la tragédie de Lampedusa, nous avons entendu des expressions de solidarité de tous les pays de l’UE. Mais ceux-ci ne resteront que des mots vides s’ils ne sont pas suivis par des actions concrètes. »

Réinstallation des réfugiés et lutte contre les réseaux criminels

Le message de la commissaire était dirigée dans deux directions. « Je tiens à réitérer mon appel aux Etats membres à participer davantage à la réinstallation des réfugiés afin de trouver des moyens sûrs pour eux de bénéficier d’une protection dans l’UE. Je demande également aux pays d’Afrique du Nord, en particulier la Libye, de lutter plus efficacement les criminels qui mettent ces personnes dans des embarcations de fortune et d’organiser ces voyages de la mort. »

Auparavant, Malmström avait adressé ses « condoléances » aux familles des disparus et son « soutien et gratitude à l’Italie et Malte, comme aux les personnes qui effectuent les opérations de sauvetage, dont le courage et la réaction rapide ont contribué à la réduction du nombre de morts ».

(NGV)