News BlogWest Africa - Sahel

The Minusma severely attacked in Gao and Sévaré. A strategy to review?

ClarionFarewellBangali@MINUSMA160517(BRUSSELS2) Several attacks have taken place one after the other in Mali, against MINUSMA. The United Nations force in Mali is thus increasingly proving to be a target of choice for the rebels.

Mardi (31 mai), au soir, deux attaques ont visé coup sur coup les “internationaux” à Gao. Vers 20h45, le camp de la MINUSMA, situé au quartier Chateau d’eau, est la cible d’une attaque l’arme lourde, par mortiers ou roquettes. Bilan : un casque bleu (chinois) a été tué, trois casques bleus grièvement blessés et plus d’une dizaine des membres du personnel de la MINUSMA, dont des civils, légèrement blessés. Des conteneurs de logement du personnel ont été détruits, indiquent les Nations Unies.

Une deuxième attaque suit, à l’arme légère cette fois. Elle vise le service de lutte anti-mines (UNMAS), un partenaire de l’ONU, situé dans un autre quartier de Gao. Deux agents de sécurité maliens et un Français ont été tués. Des attaques bien préparées et coordonnées semble-t-il témoigne le correspondant de RFI in Mali " Pendant (la première) attaque, une bonne partie de la ville était subitement plongée dans le noir, privée d’électricité. Les assaillants ont infiltré une partie de la ville par petits groupes. Ils avaient probablement pu faire un repérage. (…) Les cibles visées prouvent que les assaillants connaissaient le terrain. »

La MINUSMA déploie ses hélicoptères d’attaques, pour effectuer des surveillances aériennes, et sa force de réaction rapide dans Gao.

Another attack against a convoy in the Sévaré region

Dimanche (29 mai), le matin vers 11h00, déjà, c’était un convoi de la Force de la MINUSMA qui avait été pris dans une embuscade à 30km à l’ouest de Sevaré, sur l’axe Tenenkou-Sevaré. Un axe qui « becomes at risk according to the soldiers on the spot. According to initial information, five blue helmets are on the carpet, another seriously injured and evacuated.

Commentaire : le nord du Mali loin d’être pacifié, au contraire

Un prix très lourd payé par les “internationaux” comme les Maliens

On ne le dira jamais assez. La Force des Nations Unies paie un prix très lourd pour la stabilisation au Mali, dans un silence quasi total. Mais ils ne sont pas les seuls. Les Maliens, eux-même très engagés, ont subi des pertes encore plus importantes, qui se compte en plusieurs dizaines de morts, selon nos sources. Ceci n’interdit pas de s’interroger sur la stratégie poursuivie par la force internationale.

The containment strategy in the bases: a mistake!

L’ONU dispose tout de même de près de 12.000 hommes sur place (2). Le territoire est certes vaste. Mais c’est une force déjà suffisant… peut-être mal répartie. Selon un observateur sur place, consulté par B2, la force des Nations Unies paie sa stratégie d’enterrement dans des bases et de convois. Les soldats restent « most often in bases », qu’ils estiment super protégées, mais qui se révèlent, au final, autant de pièges. Comparées au nombre de militaires engagés, les patrouilles de stabilisation hors des murs restent « limited ».

Rebels present, growing stronger?

Results ! The rebels (or terrorists *) are always " well present " and " hold ground ». On pourrait même dire qu’ils sont désormais présents dans des zones dont ils avaient été chassé auparavant. Ils réapparaissent dès que les convois ont disparu. Ils disposent de nombreux informateurs et relais « in the towns " but also " even within certain forces”, les Maliens notamment. Les attaques visant délibérément certains gradés ne peuvent, en effet, qu’avoir bénéficié « de renseignements de l’intérieur ».

An increasingly refined FDI strategy

Les combattants ont affiné au fur et à mesure leur stratégie, que ce soit en matière d’engins explosifs ou d’attaques des Maliens et des internationaux.  « At the beginning – me raconte ce spécialiste du terrain – they resorted to "simple" means » : a convoy was spotted. An IED was planted, triggered by the passage, with the risk of causing collateral victims. " Ce qu’ils cherchent à éviter malgré tout ». (…) Les “Onusiens” ont réagi en faisant précéder chaque convoi d’un hélicoptère pour détecter la pose de ces engins. Les rebelles « then adapted, refining their technique »… Avec des IED télécommandés par téléphone. Une montée en puissance, qui s’est affinée au fil du temps, un peu comme en Afghanistan avec les talibans.

Elaborate actions, combining attacks and IED

The rebels also use combined actions » attack then explosion (or the opposite) —. " Les voitures béliers, chargées d’explosifs sont désormais utilisées. L’action est kamikaze, le conducteur, protégé par des tôles blindées, contre les éventuels tirs, meurt dans l’explosion ". Or they resort to simultaneous, coordinated attacks, as in Gao on Tuesday.

On est loin ainsi d’attaques rudimentaires. Et la stratégie d’enterrement de la MINUSMA — avec bases et convois — parait condamnée. Au moment où le secrétaire général de l’ONU demande aux Etats membres de fournir 2500 soldats et policiers de plus, il faut aussi s’interroger sur d’autres modalités de stabilisation. Si la Minusma ne repasse pas à l’offensive, elle paraît devoir subir les pressions extérieures…

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Besides, the losses suffered by the Barkhane forces (7 dead since 2014), although very committed, remain limited. Read : Three French soldiers killed by the explosion of a mine in northern Mali

(2) Exactly 9142 soldiers (out of 11200 authorized), 1178 police and 1180 civilians

(*) Read our terminology guide

Nicolas Gros Verheyde

Chief editor of the B2 site. Graduated in European law from the University of Paris I Pantheon Sorbonne and listener to the 65th session of the IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale. Journalist since 1989, founded B2 - Bruxelles2 in 2008. EU/NATO correspondent in Brussels for Sud-Ouest (previously West-France and France-Soir).