B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogAfrique EstPiraterie maritime

[Actualité] Plusieurs actes de piraterie en mer d’Oman, à l’Est de l’Océan indien (v5)

(B2) C'est loin de leur zone de chalandise que les pirates somaliens semblent avoir porté leur dévolu, multipliant les attaques en mer d'Oman ou d'Arabie. Trois ont failli réussir ce week-end et lundi. L'intervention rapide de la marine indienne d'un côté, des garde-côté seychellois de l'autre ont permis de mettre fin aux attaques.

Pirates repérés sur le FV Al Naeemi (Photo : Marine indienne)

En plein mer d'Oman / d'Arabie

Samedi (27 janvier), un navire, le Waimea, battant pavillon du Libéria, est l'objet d'une tentative d'attaque, très loin de la Somalie, à 780 miles marins à l'est d'Hafun, en pleine mer d'Oman/Arabie. Une zone plus proche des côtes indiennes. Quatre hommes à bord, armés de fusils automatiques et de lances grenades sont observés, s'approchant à moins de 300 mètres du navire, précise le centre maritime britannique UKMTO. L'incident se situe à hauteur de Khozhikode selon nos données (10°54 nord et 064°17 Est). Les gardes de sécurité à bord tirent des tirs d'avertissements. Les attaquants rebroussent chemin.

Un chalutier sri-lankais sauvé par la marine seychelloise

Le même jour, une autre tentative réussit. Un chalutier sri-lankais, le Lorenzo Putha-4, avec six membres d’équipage à bord, est abordé par les pirates à quelque 840 nautiques au large des côtes somaliennes et saisi. La marine indienne déploie un patrouilleur de haute mer INS Sharda (P55) et des drones HALE Sea Guardian pour localiser le navire indique le porte-parole de la marine indienne. L'intervention du navire Topaz des garde-côtes des Seychelles permet rapidement de mettre fin à l'épisode lundi (29 janvier). Il intercepte le navire piraté dans sa zone économique exclusive, à plus de 230 nautiques tout de même de Mahé. Les trois pirates sont arrêtés. Le chalutier sri-lankais est escorté jusqu'au port Victoria (Seychelles) où il doit arriver mardi, selon Seychelles News Agency. NB : ils sont arrivés mercredi matin.

Un navire de pêche iranien, libéré par la marine indienne

Lundi (29 janvier), le patrouilleur de haute mer de la marine indienne INS Sumitra (P59) est intervenu pour libérer un navire de pêche iranien, FV Iman, détourné par les pirates somaliens, avec 17 membres d'équipage, en pleine mer d'Arabie, indique la marine indienne lundi (29 janvier) (source ANI). L'hélicoptère de bord de type ALH Dhruv a d'abord survolé le navire détourné avertissant les pirates. Puis les militaires indiens sont intervenus, « désarmant les pirates et leur ordonnant de s'éloigner vers la Somalie », selon la presse indienne (Républic Word).

Un autre navire de pêche iranien, libéré par la marine indienne

Le même jour, l'INS Sumitra intervient une seconde fois pour libérer un autre navire capturé par les pirates. Le navire de pêche FV Al Naeemi battant pavillon iranien et son équipage (19 ressortissants pakistanais) a été pris d'assaut par 11 pirates somaliens selon le porte-parole de la marine indienne. Le déploiement de l'hélicoptère pour repérer l'emplacement des pirates (cf. photo) et l'intervention de ses équipes commandos mettent fin à la prise d'otages.

Arrestation des pirates par les équipes commandos de l'INS Sumitra (Photo : Marine indienne)

Commentaire : ces attaques très loin des côtes somaliennes interrogent. D'autant que les cibles ne sont pas « profitables » au sens des prises d'otages lucratives. Elles semblent plutôt destinées à se procurer des bateaux-mères en nombre, afin de pouvoir faire ensuite d'autres attaques plus importantes comme des navires. Les pirates avaient peut-être sous-estimé la réaction des marines locales, notamment de la marine indienne mais aussi des Seychellois. La bonne coordination apparente entre les différents pays impliqués (Inde, Sri-Lanka, Seychelles) semble aoir payé.

(Nicolas Gros-Verheyde)


Une autre attaque près des côtes somaliennes

Dimanche (28 janvier), une autre attaque a lieu. Cette fois, toute proche de la Somalie (à 11*30 Nord et 048 Est). À 70 nautiques de Bossaso, un navire, le Panta Rei, battant pavillon du Panama, est approché à moins de 400 mètres par un skiff, avec cinq hommes à bord dont quatre armés d'armes de type AK47 (Kalachnikov). L'équipe de sécurité à bord fait un tir d'avertissement, le skiff cesse son approche.


Mis à jour - avec l'information de la libération du navire sri-lankais (v2 12h30) + détails sur l'arrestation des pirates (v3) + nouvelle attaque déjouée par la marine indienne et changement de la photo (v4) + commentaire et précisions sur l'arrivée des pirates arrêtés à Port Victoria (v5)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

s2Member®