Actu BlogGolfe Moyen-OrientPiraterie maritime

[Actualité] Les Houthis détournent en mer Rouge un navire « israélien ». Plusieurs marins européens capturés (v3)

(B2) C’est un acte de piraterie « politique » qui vient de se dérouler en mer Rouge. Les Houthis, la force au pouvoir au Yémen,  affirment avoir détourné un navire marchand, le Galaxy Leader.

Dépose des hommes armés par un hélicoptère (Flux Video : AlMasirahTV – Sélection B2)

Ayant traversé le canal de Suez en Egypte, ce navire transporteur de voitures qui bat pavillon des Bahamas a été détourné dimanche (19 novembre) à 14’50 Nord, 4’15 Est à 50 nautiques de Hodeidah alors qu’il se dirigeait vers le port de Pivavav en Inde. L’officier de sécurité de la compagnie a « perdu les communications avec le navire », après que celui-aurait été « abordé par des personnes non autorisés » a confirmé le centre britannique de suivi de la marine marchande (UKMTO) dimanche (19 novembre).

Une dépose par hélicoptère

Les forces houthis n’ont pas fait preuve d’amateurisme. Un hélicoptère a déposé sur le pont du navire une bonne demi-douzaine d’hommes armés qui ont très vite pris possession du navire, selon une vidéo diffusée par la télévision, Al Masirah du mouvement Houthi. Ils ont fait irruption dans le poste de pilotage et menaçant de leurs armes ses membres pour leur ordonner de se dérouter vers le port du Yémen.

Un avertissement

Les Houthis entendent ainsi donner un « avertissement » à Israël. Tous les navires « appartenant ou traitant avec l’ennemi israélien » deviendront « une cible légitime pour les forces armées ». Ce tant « jusqu’à ce que l’agression contre Gaza cesse et que les actes odieux contre nos frères palestiniens à Gaza et en Cisjordanie cessent ». Ils exhortent aussi « tous les pays dont les citoyens travaillent dans la mer Rouge à éviter tout travail ou activité impliquant des navires israéliens ou appartenant à des Israéliens » Quant à l’équipage du navire, il est traité « conformément aux principes et aux valeurs de notre religion islamique » assure son porte-parole sur XTwitter.

Un navire opéré par des Japonais, propriété britannique et d’Israéliens

« Il n’y a pas de cargaison à bord » a assuré l’affréteur, la compagnie de transport maritime japonaise NYK Line. Ce navire  est exploité la société britannique Galaxy Maritime Ltd., basée dans le paradis fiscal de l’Isle de Man, et propriété de Ray Shipping LTD, basée à Tel Aviv, dont l’actionnaire principal est Rami Ungar, l’un des principaux importateurs de voitures en Israël, comme il l’affirme lui-même.

25 membres d’équipage retenus, dont plusieurs Européens

Parmi les 25 membres d’équipage, retenus en otage, figurent au moins trois citoyens de l’Union européenne : deux Bulgares, le capitaine et son second, selon le secrétaire du ministère de l’Intérieur, Jivko Kotsev, cité par la télévision bulgare ; ainsi qu’un Roumain selon le ministère roumain des Affaires étrangères — et des Ukrainiens. Selon nos informations, une notice — dite IRTB (Industry Releasable Threat Bulletin) — est en cours de préparation pour informer l’industrie du transport maritime de la nouvelle situation causée par le conflit.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Mis à jour : v2 le 20.11 à 20h00 avec les détails sur les membres de l’équipage et l’IRTB, v3 21.11 vidéo de la dépose hélicoptère

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).