B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Afrique EstBrève blogMissions Opérations

[Actualité] Évacuation du Soudan. Le gros retard à l’allumage des Britanniques

(B2) De façon étonnante, le Royaume-Uni, pourtant bon connaisseur du Soudan, une ancienne colonie, a été absent dans les premiers jours. Les évacuations n'ont commencé que le 25 avril.

Dernier vol de la RAF un C130J part de Port Soudan (Photo : Royal Air Force)

Le gouvernement de Rishi Sunak (Conservateur) n'a ainsi tout d'abord ordonné l'évacuation que du personnel de son ambassade (diplomates et autres "fonctionnaires"). Opération effectuée dimanche (23 avril).

Le chef de la diplomatie britannique, James Cleverly, a justifié cette absence par la capacité « très limitée » d'évacuer d'autres ressortissants britanniques dans un milieu de guerre. Une excuse, plutôt inaudible au Royaume-Uni (1). Chacun pouvait observer que d'autres alliés, notamment les membres de l'UE, menaient rotation sur rotation. D'autres avaient choisi la voie routière, tels l'Arabie saoudite, l'Égypte ou l'Inde, assurant la mise en sécurité des citoyens.

Comble de l'ironie, ce sont finalement les Européens (de l'UE) qui ont commencé par évacuer les ressortissants britanniques.

Une opération déclenchée avec retard

Sous le feu des critiques, le premier ministre Rishi Sunak a fini par battre en retraite et annoncer, mardi (25 avril) « une évacuation à grande échelle des détenteurs de passeports britanniques du Soudan » par la RAF (Royal Air Force). Priorité étant donnée « aux plus vulnérables, familles avec enfants et personnes âgées ». Cette « phase 2 » de l'opération d'évacuation a démarré le jour même.

Les militaires britanniques ne devaient pas opérer de la même façon que les Français. Ils n'iront pas chercher en ville leurs ressortissants. Le Foreign office a ainsi prié ses ressortissants de gagner l'aéroport « dès que possible » et « par leurs propres moyens ».

Les vols britanniques opéreront à partir du même aéroport que celui utilisé par les Européens : Wadi Saeedna, situé au Nord de Kharthoum. Ce sont les Français qui ont assuré l'ouverture de l'aéroport, relayés par les Allemands. Ceux-ci ont remis les « clés » de l'aéroport aux Britanniques.

Près de 30 vols en tout

Un premier vol d'un A400M de la RAF a ainsi rapatrié à Chypre 38 ressortissants. Il sera suivi de plusieurs autres. Il y a en effet environ 4000 Britanniques au Soudan dont 2000 environ ont demandé leur évacuation, selon la BBC. Le dernier vol C130 du 47e Squadron est parti dans la nuit du 3 au 4 mai de Port Soudan à destination de Chypre servant de hub pour les rapatriements britanniques. En tout, 2450 personnes ont été évacuées sur 30 vols partis soit de Wadi Saeedna ou de Port Soudan, a annoncé le ministère britannique de la Défense.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. NB : La doctrine anglo-saxonne en cas de crise diffère sensiblement de la doctrine européenne. Ce n'est pas le gouvernement qui assure l'évacuation de ses concitoyens mais le secteur privé.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®