Carnet de route Ukraine 1. De Zakony à Chop, la frontière, tout un poème

(B2 en Ukraine) Passer la frontière entre l’Union européenne et l’Ukraine est une aventure épique. Les grandes paroles sur la facilitation du trafic restent un leurre, de part et d’autre. En particulier pour le fret, pour qui les formalités sont interminables.

Juste avant la frontière – les véhicules sont derrière bloqués par des policiers en attendant que le “stock” entré dans la zone frontière soit sortie (© NGV /B2)

C’est du grand art. Un art combinant à la fois la bureaucratie européenne et la bureaucratie de l’époque soviétique. Le tout matiné de l’habitude du bakchich si ancrée dans le quotidien, qu’elle en devient presque pittoresque. Aucun poste douanier conjoint, ni même accolé. Ce qui fait que les procédures sont allongées et doublonnées.

Une longue file en amont de Zahony

Juste avant le poste frontière hongrois, retenue quelques centaines de mètres avant, une longue file de véhicules s’étend sur plus d’un kilomètre. Ils transportent du fret. Et sont là depuis des heures. « C’est long » souffle un des chauffeurs. Les voitures qui ont en général des plaques temporaires (véhicules d’importation), passent au compte-goutte. Par heure, seule une dizaine de voitures est autorisée à entrer dans la zone de transit. Avant que le parcours des formalités ne débute.

Formalités en série, coté hongrois

Quand le véhicule arrive enfin dans la zone frontière, les obstacles s’enchaînent : papiers, tampon, contrôle, attente, papiers, tampon, attente. Deux heures. Au bas mot. Enfin passé, le contrôle hongrois. Le temps de passer la Tisza, le fleuve qui sert de démarcation entre Ukraine et Hongrie, et le poste frontière. Mais tout n’est pas terminé.

Zone frontière côté hongrois (© NGV / B2)

Rebelotte, côté ukrainien

De l’autre côté du pont, se trouvent les Ukrainiens. Alors, les formalités européennes paraissent presque une misère. Passeport une fois. Papiers deux fois. Re-Passeport. Contrôle des papiers. Paiement. Photocopie. Puis recontrôle des documents et passeports. Fouille succincte de voiture. De nouveau, deux heures.

Zone frontière ukrainienne (© NGV / B2)

Un petit manège

Pour les véhicules particuliers, c’est plus rapide. Mais avec un peu de temps, on aperçoit très vite un petit manège, insoupçonnable à première vue. Le plus extraordinaire, c’est le nombre de douaniers ukrainiens. Des militaires sont même là, armés. Comme si l’armée hongroise ou slovaque allait surgir à un moment donné pour les envahir. De jeunes conscrits qui semblent heureux de ne pas être au front à l’Est du pays.

Les privilégiés

Les habitués passent apparemment plus vite. Ils prennent bien soin de serrer la main des uns et des autres. Les douaniers contrôlent comme en pays de connaissance. Ils ouvrent même la porte des voitures, pour tout de suite refermer. Le contrôle est visiblement de pure forme. Des billets changent de main. L’habitué file vers la casemate des douaniers, avec, sous le manteau, un petit paquet. Une bouteille, ou quelques plaques de chocolat, et autres, qu’il glisse discrètement dans le bureau. L’air de rien, comme on jetterait un vieux papier. La pratique est le fait du jeune conducteur de minibus, comme du businessman un peu clinquant, ou de la femme élégante, l’air anodin, à qui on donnerait le bon dieu sans confession.

L’acceptation des douaniers

Le douanier de permanence vaque ailleurs à d’autres occupations plus loin. Et revient nonchalamment quand l’habitué a laissé ses bricoles. Ce dernier remonte alors dans la voiture, et démarre après un signe de tête. Chacun salue. Tout le monde est content. En l’espace d’une demi-heure, trois habitués sont ainsi passés par la casemate et repartis à une vitesse éclair. Rien de bien méchant en soi. La routine ordinaire, le pourboire habituel laissé à la terrasse d’un café.

Dernière formalité avant la route

Dernier contrôle à la sortie de l’espace frontière : il faut remettre aux militaires, le « bon de sortie » délivré à la douane. On peut repartir. Délai total : plus de 6 heures. Et encore, était-ce au début de la file. Pour certains, il faudra compter plutôt 12, voire 24 heures pour arriver en Ukraine.

(Nicolas Gros-Verheyde, à Zahony)

Les barrières se lèvent enfin, dernier contrôle au bout avec un poste de militaires (© NGV / B2)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.