B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogRussie Caucase Ukraine

La situation en Ukraine au 27 février. Les forces russes n’arrivent pas à percer. Sauf au Sud vers Marioupol

(B2) Voici un premier bilan des combats pour la journée de dimanche (27 février). Extrait d'un compte rendu fait par les militaires slovaques. Parmi les mieux informés de ce qui se passe en Ukraine. La Slovaquie ayant une frontière commune.

NB : Ces informations semblent en bonne partie basées sur des informations venant de Kiev. A prendre donc avec précaution. On est en temps de guerre. Et les informations restent parcellaires.

Kiev tient toujours

Il n'y a pas eu de changement significatif dans la situation militaire dans le conflit russo-ukrainien au cours des dernières 24 heures. Les combats se sont poursuivis le 27 février autour de la capitale Kiev et dans d'autres entités régionales sur la rive gauche du Dniepr. Mais les troupes russes n'ont toujours pas réussi à encercler complètement la capitale ukrainienne. Au contraire, elles ont été contraintes de battre en retraite dans certaines directions.

Une colonne blindée détruite

Les forces ukrainiennes ont réussi à détruire plusieurs colonnes de troupes russes avec des tirs d'artillerie, dont environ 20 véhicules blindés et non blindés à l'ouest de Kiev dans la ville de Bucha, et un drone Bayraktar TB2 (de fabrication turque) a détruit une colonne de troupes russes près de la ville de Jytomyr.

Des Tchétchènes autour de Kiev

La Russie aurait déployé plus de 10.000 Tchétchènes, combattants particulièrement redoutés, pour combattre à Kiev. Au cours des opérations dans la capitale Kiev, l'un des régiments de Tchétchénie a cependant été dispersé et leur commandant en chef, un général, est mort au combat.

A Kharkiv, Tchernihiv et Soumy les Russes contenus

Les forces armées ukrainiennes ont réussi à contenir les troupes russes près des villes de Tchernihiv (à 130 km au nord de Kiev), Soumy (au nord-est de l'Ukraine, près de la frontière russe) et Kharkiv (au nord-est, la 2e ville du pays). Les Russes « n'ont réalisé presque aucun gain territorial ». Au contraire, ils ont subi des « pertes importantes », en effectifs (morts et blessés) comme en matériel (destruction de blindés, de sécurité et d'équipement).

A Kharkiv, les Russes repoussés

« Aucune activité plus importante des troupes russes n'a été observée dans les directions de Soumy et de Kharkiv », où elles avaient subi des pertes importantes les jours précédents. Au contraire, les forces armées ukrainiennes et d'autres forces de sécurité ont « réussi à éliminer les [poches] formées par les troupes russes ayant pénétré à Kharkiv ».

Des bombardements indistincts

Les troupes russes ont utilisé des missiles balistiques et artillerie, notamment à Jytomyr, Tchernihiv (Tchernigov), Kharkiv et Marioupol.

Marioupol encerclée

Dans le sud de l'Ukraine, la situation est plus difficile pour les Ukrainiens. « Les gains les plus importants des forces armées russes ont été réalisés de Kherson à Mikolajiv (ville portuaire entre Kherson et Odessa). » Certaines offensives russes ont cependant pu être brisées près de Mikolaev et Kherson. On signale des « cas de panique et de désertion dans les rangs des troupes russes » (NB : sans nombre précis). Mais dans la ville de Melitopol, les forces russes « ont avancé au nord de Zaporozhye et à l'est, où ils ont réussi à encercler la ville de Marioupol ».

Le dernier obstacle pour le corridor terrestre

La ville portuaire de Marioupol, dans le sud de l'Ukraine sur la mer d'Azov, reste le dernier obstacle à la création d'un corridor terrestre de la Crimée au territoire de la Fédération de Russie. Malgré des bombardements intenses et un certain nombre d'attaques coordonnées, les forces armées russes et les unités séparatistes n'ont pas été en mesure de vaincre les défenses ukrainiennes.

La Biélorussie entre dans la danse

Selon plusieurs informations, la Biélorussie devrait se joindre à l'agression du côté russe dans un avenir proche et envoyer son contingent de troupes aux opérations en Ukraine.

Un corps de volontaires étrangers

Sont engagées du côté ukrainien, les forces armées, la Garde nationale, le Service national des frontières d'Ukraine et d'autres forces de sécurité. Une brigade de volontaires étrangers serait en cours de constitution pour venir soutenir les Ukrainiens. Des volontaires du Danemark et des vétérans des forces d'opérations spéciales des États-Unis et du Royaume-Uni sont annoncés.

(NGV)

Informations traduites et mises en forme par nos soins. La rédaction décline toute responsabilité sur la nature des informations n'ayant pu les vérifier sur le terrain.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®