La Russie attaque violemment l’Ukraine. Que faire : rien, sanctionner ou réfléchir ?

(B2) Face à la menace d’un nouveau conflit ouvert à l’Est de l’Ukraine, les Européens ont tenté de se mobiliser. Sans succès. Des sanctions ont été prononcées. Une voie diplomatique a été ouverte. Un nouveau sommet est convoqué ce jeudi. Trop faible. Trop tard. Quant à l’OTAN, elle est bien décidée à ne pas intervenir militairement. Uniquement en paroles et pour défendre ses États membres. Pas plus. Bis repetita de la Crimée en 2014… ou de Budapest en 1956.

Cimetière de Farkasrét à Budapest en hommage aux morts de 1956 (© NGV / B2)

La bonne comparaison à avoir : 1956

L’attaque de la Russie contre l’Ukraine n’est pas une réplique de la Seconde guerre mondiale. Comme certains se plaisent à le dire. C’est une erreur profonde. Une révision de l’histoire. Si elle était à comparer, en intensité, en objectif, en tactique, c’est bien avec l’intervention russe en Hongrie en 1956. A l’époque, on avait une concentration importante de militaires russes : 17 divisions blindées et d’infanterie, près de 190.000 hommes, 2500 tanks et 1000 véhicules de soutien, l’aviation bombarde les sites stratégiques (aéroports, usines) des principales villes de Hongrie.

Une intervention brutale et rapide

À l’époque, on assiste du côté russe aux mêmes tentatives de dissimulation, à la même brutalité d’intervention, et aux mêmes fausses justifications. Le bain de sang est édifiant : 700 morts soviétiques tout de même ! Environ 2500 Hongrois combattants et civils décédés, près de 13.000 blessés (1). Bien sûr, comme hier, aujourd’hui la solidarité est proclamée avec l’Ukraine urbi et orbi, dans les salons, à la télévision, sur twitter, au Conseil de sécurité de l’ONU. Mais c’est tout. Et ce sera tout (2).

NB : J’ai retrouvé dans mes archives le compte-rendu du Conseil de sécurité des Nations unies du 4 novembre 1956, au jour de l’intervention soviétique définitive sur Budapest. À relire. Vous avez un rappel de l’actualité.

Aucune intervention militaire

On assiste au même attentisme des Occidentaux. L’OTAN gesticule, met en avant ses milliers d’hommes, sa centaine d’avions et de navires mobilisés. Mais c’est tout. Ces moyens — sous-dimensionnés en fait par rapport à l’intervention russe — restent sagement à l’intérieur des frontières de l’Alliance atlantique. Ils n’interviendront pas. Moscou le sait. Les Occidentaux l’en ont assuré.

Un feu vert tacite

Le tacle final est venu de Washington. Les États-Unis se sont empressés quelques semaines avant l’intervention de retirer les militaires présents sur le sol ukrainien comme dans la mission d’observation de l’OSCE (SMM). Un signal non pas de faiblesse, mais une sorte de feu vert tacite à l’intervention russe. L’objectif n’était pas seulement de protéger des citoyens américains, mais d’éviter qu’ils puissent être touchés par inadvertance et oblige ainsi à une intervention américaine.

Et demain ?

Une intervention qui devra être courte

Pour être victorieuse pour la Russie, cette intervention devra être courte, limitée et éclair. À défaut, elle pourrait se transformer en un tombeau non seulement pour des soldats russes, mais aussi pour le régime de Vladimir Poutine. Tenir le pays n’est pas à portée d’une force armée, même forte de plusieurs dizaines de milliers d’hommes, dans un pays foncièrement hostile. Une fois l’intervention terminée, il faudra recomposer avec une Russie, renouer des liens.

Écoutons ce que dit la Russie

Pour être (en partie) faux, les propos de Poutine ne reposent pas moins sur une certaine rationalité. Et sont nets et précis. Les Occidentaux n’ont pas su donner à la Russie les assurances de sécurité qu’elle méritait. Au contraire, du Kosovo 1999 à la Libye 2021, en passant par l’Iraq 2003, ils ont pris des aises avec le droit international comme avec le respect de la puissance russe. Moscou se venge en utilisant les mêmes armes : le mensonge, le contournement des règles internationales, la force plutôt que le droit. Il faut lire (ou relire) les propos de Vladimir Poutine face à la presse mardi (22 février) au lendemain de sa reconnaissance des républiques séparatistes du Donbass (Lire : Les accords de Minsk sont morts. La Russie a choisi : elle préfère le côté noir de la force (Poutine)).

Garder espoir

Tout n’est cependant pas perdu. Entre 1956 ou 1968 et 1989, il ne s’est passé que 20 à 35 ans, une bonne génération. On peut espérer que dans une génération, se lèvera une nouvelle élite de cadres et dirigeants russes, capables d’entrer dans une nouvelle modernité, alliant la puissance et le respect du droit. Pour cela, il faudra une véritable révolution mentale en Orient, mais aussi en Occident. Cesser de considérer tout ce qui vient de Moscou comme « paranoïaque ». Et tenter d’aboutir à un nouvel accord de sécurité européenne. Il faut dès maintenant y réfléchir ! C’est plus important en soi qu’un nouveau paquet de sanctions qui n’aura aucun effet, sinon de solidifier encore plus les Russes autour de leur régime.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Sans oublier la fuite de 200 et 300.000 Hongrois fuiront vers l’Ouest, des jeunes pour l’essentiel).
  2. On ne peut même pas dire que les Européens auront tout tenté. La négociation diplomatique a été faible, très faible. Aucune troïka européenne permanente pour négocier entre Moscou et Kiev. Aucune proposition d’une force d’interposition, d’une mission d’observation.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).