Actu BlogAfrique Ouest - SahelMissions Opérations

Un soldat français tué à Gao. Plusieurs autres blessés dans une attaque au mortier

(B2) Ce n’est pas la première fois que le camp de Gao est attaqué. Mais cette fois, l’attaque a été mortelle.

L’attaque a été commise au mortier samedi après-midi (22 janvier) sur cette base gigantesque — où sont colocalisées les forces françaises de Barkhane (avec des Estoniens en soutien) et les Casques bleus de la Minusma — située dans la partie Nord du Mali. Plusieurs soldats ont été touchés.

Le brigadier Alexandre Martin, du 54e régiment d’artillerie de Hyères, a été touché très gravement. Malgré la prise en charge rapide par l’équipe médico-chirurgical sur place, il est « décédé de ses blessures » annonce l’état-major ce dimanche (23 janvier). Neuf autres soldats ont été blessés plus légèrement.

Né en mars 1997 à Rouen, âgé de 24 ans, il s’était engagé dans l’armée très jeune, il y six ans. Il était depuis octobre, avec une partie de son régiment, au Mali.

Le camp de Gao a été l’objet de plusieurs attaques au mortier en décembre dernier. Heureusement sans faire de victimes (lire : La MINUSMA cible de plusieurs attaques en quelques jours). En juillet 2019, une attaque suicide, au véhicule piégé, avait fait plusieurs blessés dont certains graves (lire : Plusieurs soldats français et estoniens blessés à Gao lors d’une attaque suicide)

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).