L’embargo aérien contre le Mali non respecté par Air France, la Turquie et Ethiopian Airlines

(B2) Malgré la fermeture de l’espace aérien décrété par la CEDEAO, la communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, contre le Mali, et certaines déclarations officielles, la compagnie française Air France continue de voler vers Bamako.

capture d’écran sur le site d’Air France samedi matin (15 janvier) à 8h

Il est ainsi toujours possible de prendre des places pour la semaine du 24 janvier (*). Certes le vol peut toujours être annulé. Mais en rendant la réservation possible, le signal est désastreux. La compagnie continue d’assurer des vols directs ou à partir de Monrovia (Liberia) ou Banjul (Gambie). Deux pays pourtant membres de la CEDEAO !

Quant aux compagnies turques Turkish Airlines et éthiopienne, Ethiopian Airlines, qui sont parmi les principales à desservir Bamako, elles continuent allègrement de desservir la capitale malienne, à partir de leurs hubs respectifs (Istanbul ou Addis Abeba), voire à partir de certaines villes africaines.

Les Européens ont cependant affirmé lors de leur réunion ministérielle informelle (Gymnich), ce vendredi (14 janvier) à Brest, un « plein soutien » aux mesures prises par la CEDEAO (lire : Les Européens bien embêtés par les sanctions de la CEDEAO contre le Mali). Apparemment, cela a du mal à entrer en pratique.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(*) Dans la première version de l’article publiée samedi, le dispositif de réservation de Air France ne donnait la possibilité de prendre des places que en classe business, avec un prix important de plus de 3000 euros pour l’aller. Une recherche effectuée le lendemain avait fait tomber les tarifs, les faisant revenir à la normale, voire même au-dessous des concurrents pour un départ dans les jours suivants le 24.

Mis à jour dimanche 16.1 4h avec les nouveaux tarifs d’Air France

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.