(B2) Un avion Challenger danois a atterri le 1er décembre à Lille. Il va opérer au-dessus de la Manche pour le compte de Frontex, dans une situation tendue entre le continent et le Royaume-Uni.

(photo : Ministère de l’Intérieur/DICOM)
  • Cet avion fait suite à la réunion tenue à Calais ce dimanche (28 novembre) entre la France et les autres pays riverains du continent — Belgique, Pays-Bas, Allemagne — mais sans la présence du Royaume-Uni. Paris ayant retiré son invitation (lire : Carnet 30.11.2021))

La surveillance aérienne débute

Un premier avion a été engagé dans la région de la Manche et de la mer du Nord « pour soutenir les autorités françaises et belges » dans la gestion de la crise migratoire, indique Frontex dans un communiqué. Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin précise qu’il s’agit de « renforcer la surveillance aérienne ».

Un premier avion danois

Le premier avion déployé est un Challenger des forces aériennes danoises, qui opère pour le compte de Frontex. « Son équipage est très expérimenté et a déjà été déployé dans d’autres opérations Frontex, plus récemment en Espagne », indique l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes. Équipé de capteurs et de radars, l’appareil embarque également « des officiers de liaison des autorités compétentes pour soutenir l’équipage et faciliter une prise de décision rapide et efficace ».

Le dispositif prêt à évoluer

D’autres avions pourraient rejoindre le dispositif, indique le directeur de Frontex, Fabrice Leggeri : « Nous commençons avec un seul avion, mais nous sommes prêts à renforcer notre soutien si nécessaire ». Car il juge l’évolution de la situation… « préoccupante ».

(Helen Chachaty)

Lire aussi sur le même sujet :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.