Les Britanniques de la Minusma en opération près d’Ansongo au Mali

(B2) Des soldats britanniques, appartenant à la mission de maintien de la paix des Nations Unies, ont saisi quelques armes appartenant à un groupe de l’EIGS lors d’une opération près d’Ansongo, au Mali.

Les militaires britanniques récupérant la moto laissée au milieu du gué (Crédit : MOD UK)

En patrouille

C’est le résultat d’une opération de 17 jours (Makara 2), menée en septembre par les soldats du Long Range Reconnaissance Group, le LRRG. Cette unité de reconnaissance est d’abord tombée sur trois membres présumés du groupe terroriste EIGS (l’État islamique dans le Grand Sahara). Ceux-ci qui ont « abandonné leurs équipements, tout en fuyant » précise un communiqué du MinDéf britannique début novembre.

Plusieurs motos, armes et équipements saisis

Un des trois hommes a été arrêté alors qu’il essayait de s’échapper sur une moto à travers un plan d’eau. Lors d’une fouille dans la zone, les Britanniques du Queen’s Dragoon Guards ont pu saisir « deux motos, un lance-roquette (RPG) avec des munitions, des radios et des vêtements de combat ». Quelques jours plus tard, des soldats du même régiment de la cavalerie britannique sont tombés sur deux autres hommes armés, les arrêtant après qu’ils tentaient de s’enfuir. Bilan : « deux fusils AK47, des munitions, des radios et d’autres équipements militaires » saisis.

L’opération Makara 2 pour stabiliser la zone

Cette saisie ne tient pas tout à fait du hasard. L’opération Makara 2 de l’ONU a été montée après les attaques mortelles du mois d’août autour d’Ansongo, qui ont fait des dizaines de morts parmi les villageois, pour stabiliser la zone et rassurer la population locale. Le LRRG qui fournit à l’ONU « une capacité de reconnaissance spécialisée » au long cours, « en effectuant des patrouilles dans des zones reculées » avait aussi été déployée pour assister l’équipe des droits de l’homme des Nations Unies chargée d’enquêter sur cette tuerie.

Une approche robuste du maintien de la paix

Pour le lieutenant-colonel Will Meddings, chef de la task-force britannique, « la clé du succès consiste à déployer des patrouilles durant de longues périodes et rester sur place », pour recueillir informations, et renseignements, notamment en dialoguant avec la population. Cela permet d’avoir « une bonne image du fonctionnement des groupes djihadistes [et] de prendre ensuite des mesures contre eux ». Une « approche robuste » du maintien de la paix, nécessaire pour « protéger le peuple malien », selon lui.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre newsletter