Les armées doivent être plus agiles, prêtes à faire face à toute situation (Burkhard)

(B2) Gagner la guerre avant la guerre. C’est ainsi que le nouveau chef d’état-major français résume sa vision stratégique.

(crédit : DICOD/EMA)
  • Dans ce document de treize pages, en français et en anglais, le général Thierry Burkhard expose ce que doit être l’armée française du futur. Aux antipodes de certaines réflexions en Europe qui semblent vouloir retourner à une guerre de position (chars lourds, casernes, etc.).
  • Un document utile à l’aube de la présidence française du Conseil de l’UE qui commence le 1er janvier et de la réflexion stratégique entamée tant au niveau européen que de l’Alliance atlantique.
  • À lire avec intérêt comme la longue interview que le CEMA avait accordé à B2, il y a quelques jours, détaillant certains points notamment les méthodes des adversaires et compétiteurs, et les modalités de coopération entre Alliés et Européens.

Un outil militaire primordial

Dans une Europe qui semble souvent hésiter à utiliser l’outil militaire, celui qui a fait ses armes dans la Légion étrangère, de Djibouti au CPCO, l’affirme haut et fort : « la force militaire est l’un des éléments indispensables de la politique de puissance et d’influence internationale de la France ». Une France qui doit « assumer son statut de puissance d’équilibre ».

La compétition se durcit

Face au « durcissement de la compétition entre grandes puissances, au réarmement et la désinihibition de certaines puissances régionales », les armées doivent « faire preuve de la plus grande agilité » Elles doivent « embrasser les changements contre lesquels on ne peut agir, et saisir toutes les opportunités pour défendre les intérêts stratégiques de la France et de l’Europe ».

Une agilité intellectuelle

Cette agilité intellectuelle doit d’abord être « intellectuelle ». Elle doit « irriguer l’ensemble de la chaîne de commandement » comme tous les secteurs : les opérations, le soutien, la préparation opérationnelle, le développement capacitaire. « Des états-majors au terrain, il faut promouvoir un état d’esprit qui permette de gagner la bataille des idées, d’anticiper davantage, d’être encore plus réactifs et d’imposer le rythme des initiatives. »

Une organisation pour faire face à la structure stratégique

Les armées doivent être « organisées pour faire face à la surprise stratégique, résilientes au-delà des seules postures permanentes de dissuasion nucléaire, de sûreté et de protection ». Elles doivent être ainsi « aptes en permanence à s’engager pour répondre à toute situation qui menacerait la France et ses intérêts ». Du niveau infra-conflictuel — qui est le plus courant — jusque « si nécessaire dans un affrontement de haute intensité ».

Une palette d’intervention infra-conflit

Le chef des armées doit être en capacité de « proposer au président de la République une très large palette d’options militaires » insiste le général cinq étoiles. On doit pouvoir « combiner des effets maîtrisés dans tous les milieux et champs de confrontation, avec une attention particulière pour l’action dans les milieux exo-atmosphérique et cyber et dans le champ informationnel ». L’objectif reste le même : dissuader l’adversaire, « infléchir [sa] détermination en imposant des rapports de force favorables ». En deux mots : « gagner la guerre avant la guerre ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

Télécharger la vision stratégique FR / ENG

Lire : Les compétiteurs deviennent plus agressifs. Il faut être plus stratégique. Les sept réflexions du général Burkhard (CEMA) – article ouvert ces jours-ci

Rédaction de B2

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre newsletter