La présidence française de l’UE démarre dans un mois. Le calendrier

(Photo DR)

(B2) Cela fait quatorze ans que la France n’a pas eu la présidence de l’Union européenne. La dernière remonte à 2008. La prochaine présidence n’est pas attendue avant 2035 ! C’est dire l’importance de l’évènement, la PFUE en bon jargon bruxellois.

La présidence des Conseils

Pour être exact, la France va assurer la présidence du Conseil de l’Union européenne (et non pas de toutes les institutions, comme la Commission européenne ou le Parlement européen). Ou plutôt de certains Conseils. Car les Conseils des ministres des Affaires étrangères, de la Défense ou du Développement continuent d’être présidés par le Haut représentant de l’Union européenne, l’Espagnol Josep Borrell (et non par Jean-Yves le Drian ou Florence Parly). L’Eurogroupe reste, lui, présidé par l’Irlandais Paschal Donohoe. Et le Conseil européen, l’instance suprême qui réunit les chefs d’État et de gouvernement deux ou trois fois par semestre, par le Belge Charles Michel.

Une certaine co-présidence

En pratique, la présidence tournante arrive à faire passer ses priorités. « Surtout si c’est la France », comme le confie une source interne. Cela sera d’autant plus facile que Josep Borrell, Paschal Donohoe et Charles Michel sont assez proches, soit idéologiquement, soit personnellement de leurs homologues français. Charles Michel fait partie de la même génération de dirigeants libéraux qu’Emmanuel Macron. Josep Borrell et Jean-Yves Le Drian appartiennent à une autre génération, plus social-démocrate, mais ils s’estiment et se connaissent personnellement depuis des dizaines d’années. On peut donc parler d’une co-présidence.

Une proximité à la Commission européenne

La présidente de la Commission européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen, entretient des relations directes avec l’Élysée. Tandis que le commissaire français Thierry Breton agit en tandem très étroit avec le gouvernement français. Retournant tous les week-ends à Paris, non seulement il fait le tour des plateaux radios ou télévisions françaises, mais il rencontre le plus régulièrement possible tous ses interlocuteurs français. Il était encore ce week-end (27-28 novembre) à Rennes aux côtés de J.-Y. Le Drian pour visiter la cyberdefence factory. Une excuse plus qu’une nécessité. Son poids au sein du Berlaymont (le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles) s’est renforcé au fil de la crise du Covid-19. Au point que même s’il n’en a pas le titre, on peut dire qu’il est un des vice-présidents de l’institution.

La vraie présidence

La présidence des Conseils des ministres n’est que la version immergée de l’iceberg. Le vrai travail au niveau européen se situe en amont, dans les près de 150 groupes et comités qui préparent les réunions, des plus discrets (comme le fameux SCIFA qui s’occupe de questions d’asile et d’immigration), au plus célèbre et médiatisé, le comité des représentants permanents. Ce Coreper (dans l’appellation commune) regroupe en effet les chefs des missions des 27 États membres présentes à Bruxelles. Un club assez select d’ambassadeurs. Son instance maîtresse est le Coreper 2 qui s’occupe des matières ‘régaliennes’ (affaires étrangères, justice et affaires intérieures, économie et euro). Tandis que le Coreper 1 (qui regroupe les représentants permanents adjoints) a en charge les affaires “réelles”, celles qui concernent la vie “intérieure” de l’Union européenne (Agriculture, Pêche, Culture, Éducation, Espace, Environnement, Energie, Transport etc.).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Le calendrier

L’agenda officiel ne devrait être dévoilé qu’au moment du dernier Conseil européen de l’année, les 16-17 décembre. Pour nos lecteurs, le voici en avant-première. Toutes les dates synthétisées par B2.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).