Les Hongrois arrivent dans Takuba

(B2) Ça y est. C’est décidé. Budapest a formellement soumis à son parlement cette semaine une proposition pour enclencher sa participation à la task force européenne engagée au Sahel

Forces spéciales en entrainement (Photo : Kormany HU / Archives B2)

Task-force initiée par la France, mais qui sera prochainement commandée par un Suédois.

80 hommes au maximum

La participation hongroise ne sera pas seulement symbolique. La Hongrie compte engager jusqu’à 80 militaires (plafond maximum). En réalité, ils seront sans doute un peu moins. Mais ils seront « au front ». Les forces d’opération spéciales hongroises assureront les « tâches de conseil, de soutien et de mentorat des forces maliennes au combat », précise la résolution.

Engagement sur deux ans

Le premier contingent hongrois devrait être déployé au premier trimestre 2022. Mais un premier déploiement préparatoire d’une vingtaine de soldats devrait avoir lieu d’ici fin 2021. Il y aura ensuite une rotation de quatre mois « en s’adaptant aux tâches opérationnelles de Takuba et à la mise en œuvre de la stratégie ». La durée de l’engagement — d’après la déclaration faite au Parlement national — est de deux ans, jusqu’à décembre 2023.

Geste de solidarité et objectif politique

Pour Budapest, cet engagement est justifié par « la volonté d’être un contributeur actif et crédible à la sécurité euro-atlantique ». Mais aussi par une raison qui résonne particulièrement dans la campagne hongroise : la pression migratoire. « L’une des causes de la pression du sud est la menace terroriste dans la région subsaharienne » explique Szilárd Németh, le secrétaire d’État parlementaire à la Défense. La Hongrie « est donc prête à accroître sa contribution à la sécurité dans la région. Il est dans notre intérêt national d’y jouer un rôle », ajoute-t-il.

NB : cet engagement de la Hongrie avait été scellé lors d’un entretien entre le président français Emmanuel Macron et son alter ego hongrois Viktor Orban, il y a quelques mois déjà. Entretien qui avait aussi une valeur très politique d’armistice dans les escarmouches entre les deux leaders. On peut penser que la tenue de l’engagement par Budapest devrait être gagé sur une réciprocité de Paris sur d’autres dossiers.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Agnès Faure st. a contribué à cet article

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre newsletter