Opération Solstice contre l’EIGS. Takuba entame sa coopération avec les Nigériens

Des moyens héliportés ont concouru à l’opération Solstice (DICOD / Etat-major des armées)

(B2) Plusieurs cadres de l’État islamique au Grand Sahara ont été neutralisés lors d’une intervention menée par Barkhane, Takuba et les Nigériens courant juin. Deux cadres de l’EIGS ont été arrêtés. L’organisation terroriste est affaiblie dit la ministre des Armées. Les Européens débutent leur coopération avec les forces nigériennes

L’opération Solstice : 1 200 militaires engagés

Des Français, des Nigériens et des Européens

Dénommée ‘Solstice’, cette opération a été menée du 6 au 20 juin entre Niger et Mali associant Français, Européens et Nigériens. De l’aveu même du ministère « la frontière reste floue » dans cet endroit. Près de 300 militaires français et européens ainsi que 800 Nigériens ont été déployés « entre Ouallam au Niger et Ménaka au Mali, pour traquer les groupes armés terroristes dans leur sanctuaire, autour des villages d’Akabar, de Tabankort et d’In Araban » indique-t-on à l’état-major des Armées. Durant toute l’opération, ils ont été appuyés au niveau aérien par des avions « Mirage 2000, des hélicoptères Tigre, des drones armés ». Cette opération a été coordonnée à partir d’un poste de commandement colocalisé avec celui de l’armée nigérienne à Ouallam.

Suédois et Tchèques engagés, aux côtés des Nigériens

Selon nos informations, du côté européen sont intervenus des Tchèques et des Suédois de la task-force Takuba. Les Européens sont cependant intervenus « sans les Maliens des ULRI » qu’ils encadrent d’habitude, conformément à la suspension de coopération opérationnelle décidée par l’Élysée, a précisé à B2 une source officielle. Une association qui n’est pas fortuite. Cela permet « d’initier la coopération opérationnelle avec les forces armées nigériennes, appelée à se renforcer dans les mois et les années à venir ». NB : c’est apparemment lors de cette opération que des Tchèques ont été victimes d’un IED. Pas de blessés

Des combats violents

Les combats au sol ont été « violents » de l’aveu même de l’état-major. Un soldat nigérien est décédé. Tandis que trois soldats français et un soldat nigérien ont été blessés. Ils ont été rapidement évacués par hélicoptère vers les antennes chirurgicales militaires de Ménaka et de Gao. Ce qui a permis de « sauver leur vie ».

Des matériels saisis

La saisie de nombreuses ressources : treize motos, près de trente armes légères d’infanterie, une cinquantaine d’appareils de communication ou encore du matériel entrant dans la confection d’engins explosifs.

L’EIGS désorganisé

Des cadres de l’EIGS, l’État islamique au Grand Sahara, ont été atteints dans cette opération.

Six hommes neutralisés

L’opération a permis de « neutraliser » (tuer), six adversaires, notamment un des cadres de l’EIGS, réputé « proche de l’émir » de l’EIGS (Walid al-Sahaouiri), selon la ministre française des Armées Florence Parly qui a révélé l’information aux journalistes de l’AJD (dont fait partie B2) : Almahmoud Al Baye (alias Ikaray), « chef du groupe de combattants de Ménaka ».

et deux autres arrêtés

Point plus notable, l’opération a aussi permis la capture de « deux lieutenants de l’émir de l’EIGS » : Daddi Ould Shouaib, plus connu sous son diminutif de combat Abou Dardar, et Sidi Ould Ahmed Mohamed, alias Katab el Mauritani. Une arrestation « dont on attend beaucoup en termes de renseignements », souligne Florence Parly, qui s’est cependant refusé à indiquer si les deux prisonniers avaient été, ou non, remis aux autorités maliennes.

NB : Selon l’accord avec les Maliens, toute personne arrêtée par Barkhane ou les Européens de Takuba, doit ensuite être transférée aux autorités maliennes pour être jugée et incarcérée (lire : Le statut des forces dans Takuba. Le texte du SOFA conclu entre Paris, Bamako et les partenaires européens). Mais le délai n’est pas exactement précisé.

L’EIGS gravement atteint

A cela il faut ajouter le fait que le numéro 2 de l’EIGS Abdel Akim, un proche al-Sahaouiri, « très médiatique, connu pour son application extrêmement stricte de la Charia auprès des populations locales » et sa cruauté « égorgeant lui-même ses victimes », serait « mort en mai dans des circonstances non connues et qui restent à élucider ». Paris n’indique pas « être à l’origine » de cette mort. L’EIGS, organisation proclamée ennemi numéro 1 par les Français, a été « gravement affaibli ces derniers mois » s’est réjouie Florence Parly. « Les opérations menées ont été utiles et efficaces. J’espère que ces coups vont désorganiser l’organisation. »

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Les forces armées nigériennes étaient « employées de multiples manières » indique l’état-major des armées. Elles ont mené « en autonomie des opérations dans le centre et le sud-est de la zone d’opération ». Des troupes nigériennes faisant preuve d’une « grande valeur combattante » ont également été intégrées au sein d’un Sous-groupement tactique désert (SGTD) et du Groupement commando (GC) de la Force Barkhane.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.