Deux militaires français de Barkhane blessés dans le Liptako malien (v2)

(B2) L’incident s’est produit au cours d’une action de combat, menée en commun par les Français et Nigériens, dans la région du Liptako au Mali, proche du Niger

Militaire français du GTD Bison en action dans le Liptako (Archives B2 – crédit : état-major des armées)

Lors d’une mission de reconnaissance « menée dans la région du Liptako malo-nigérien ( »), mardi (15 juin), les militaires commandos de la force Barkhane (1) et de la 114e compagnie de sécurité intérieure nigérienne ont été « pris à partie par un important » groupe armé, indique l’état-major des armées dans une information mise à disposition de la presse dont B2, mercredi (16 juin).

Sur le territoire du Mali

L’accrochage s’est produit « sur le territoire malien » à environ une douzaine de kilomètres de la frontière nigérienne, « dans le secteur d’In Araban », qui se situe entre Menaka et Inates. Mais ce sont bien les forces nigériennes qui étaient déployées (en vertu d’accords bilatéraux entre les deux pays, apparemment).

Le groupe armé neutralisé

« Cherchant à s’exfiltrer dans une zone boisée, le groupe armé terroriste a été poursuivi ». Appuyés par des aéronefs de la force Barkhane (hélicoptères d’attaque et avions de chasse), les militaires français et nigériens ont « neutralisé » le groupe. Environ une dizaine de combattants adverses ont ainsi été tués.

Coté allié, 3 blessés (2 Français et 1 Nigérien) et 1 tué (Nigérien)

Durant cette action de combat, un militaire nigérien a perdu la vie, un second a été blessé. Deux militaires français des commandos ont également été blessés (par balles). Ils ont été « évacués et pris en charge par l’hôpital militaire de Gao ». L’état-major ne veut pas indiquer davantage sur leur état. Mais « leur pronostic vital n’est pas engagé ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Le dispositif a été réorganisé le groupement commandos dépend désormais directement du commandant de la force, et composé de commandos montagne ou parachutistes, avec des éléments d’appuis.

Mis à jour avec des précisions sur la géographie des lieux et les forces intervenantes.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.