Combien de militaires Russes sont présents en Crimée et aux frontières ukrainiennes ? (v2)

(B2) Les chiffres varient selon les sources et le périmètre considéré. Et il est bien difficile de saisir quels sont exactement les forces russes aux frontières ukrainiennes. Mais les mouvements sont suffisamment nombreux pour inquiéter. La moindre étincelle peut faire déraper la situation

Compétitions du génie russe sur le terrain d’entraînement de Borodinovsky (crédit : MOD Russie – district Sud – Archives B2)

De façon ambivalente, on confond parfois le ‘stock’ des militaires russes déjà présents en Crimée ou aux frontières, avec ceux qui viennent d’arriver pour des manœuvres, exercices, préparations ou relèves… selon l’opinion

150.000 militaires russes selon les Ukrainiens…

Le ministre ukrainien de la défense Andreii Taran a cité le nombre de 110.000 hommes concentrés le long des frontières ukrainiennes dans le Nord-Est [près des régions de Luhansk et Donetsk] et de 42.000 hommes à la frontière de la Crimée lors de son audition devant le Parlement européen (lire : Les Russes se massent aux frontières. En Crimée des armements nucléaires dénonce Andrii Taran). Un chiffre en nette augmentation par rapport au chiffre précédemment donné par un porte-parole du président ukrainien qui mentionnait, à la mi-avril, un chiffre de 80.000 au total, environ 40.000 dans l’Est de l’Ukraine et 40.000 en Crimée (lire sur NBC).

… à moitié confirmé au niveau européen

Un chiffre repris par le Haut représentant Josep Borrell, ce lundi 19 avril après la réunion des ministres des Affaires étrangères. « Il y a plus de 150.000 militaires russes déployés avec tout type de matériel » à la frontière ukrainienne et en Crimée. « Il s’agit du déploiement le plus massif auquel nous ayons jamais assisté. Cette situation est très inquiétante. On n’est pas à l’abri d’un incident à tout moment », a déclaré le chef de la diplomatie européenne à l’issue de la réunion des ministres des Affaires étrangères. « Le risque d’une nouvelle escalade est évident. » NB : ce chiffre a ensuite été démenti et corrigé à la baisse dans le transcript publié en fin de journée. Le chiffre mentionné finalement est celui de 100.000 hommes.

Un peu moindre pour les Américains

Les Américains sont plus modérés. « Selon les informations obtenues auprès des sources disponibles, la Russie a maintenant plus de soldats stationnés à la frontière ukrainienne qu’à tout moment depuis 2014. La Russie a déplacé de 15.000 à 25.000 soldats en Crimée ou plus près des frontières ukrainiennes. Ce nombre comprend l’infanterie, les bataillons de chars, les hélicoptères et les moyens de défense aérienne. » indiquait ainsi le chargé d’affaires US à l’OSCE ((l’organisation de sécurité et de coopération en Europe)) mercredi (14 avril). Pour la seule Crimée, sur la base « des déclarations de la Russie ou de sources ouvertes », ils situent le chiffre à « plus de 17.000 soldats sont massés en Crimée ». Au total, la Russie aurait ainsi avec les effectifs présents dans l’ancienne péninsule ukrainienne, « environ 31.500 soldats (lire : Les bruits de bottes aux frontières ukrainiennes inquiètent les Alliés et les USA).

Moderato cantabile

Du côté français, à l’Élysée, on ne veut/peut pas confirmer le chiffre ukrainien. « Il y a beaucoup de soldats russes. Trop. » Ce qui est de fait un démenti plutôt sec au chiffre ukrainien. De plus, on relativise cette augmentation : « cela correspond à des cycles d’entrainement des forces russes » poursuit notre interlocuteur juste avant le sommet avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky à Paris vendredi (16 avril). « La situation est très évolutive. Il y a des mouvements » complète un diplomate européen. « Un jour c’est comme cela, l’autre c’est autrement. » Mais ce qui est sûr, « c’est qu’il y a une présence importante à la frontière. Trop importante. Nous suivons la situation avec beaucoup de vigilance. » Car, parfois un conflit peut naitre d’une étincelle « de causes plus ou moins établies, d’un mouvement mal compris. On a retenu les leçons de l’histoire. »

Un exercice militaire qui doit se terminer

Cette accumulation de troupes était peut-être un « exercice militaire au début. Mais dans ce cas, on a un mécanisme au sein de l’OSCE peut être utilisé [NDLR : le document de Vienne], en invitant des observateurs, etc. » Toutes mesures qui permettent de faire baisser la température. Et « si c’est un exercice militaire, il doit se finir le plus tôt possible », a indiqué le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto répondant à B2 après la réunion des Affaires étrangères.

(Nicolas Gros-Verheyde, avec Leonor Hubaut et Aurélie Pugnet)

A suivre : les indicateurs du conflit (violations du cessez-le-feu) et mon analyse sur la position russe.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.